Le Maroc élu au Conseil des droits de l'Homme des Nations uniesUne consécration

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 10 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Une consécration internationale des réformes accomplies par le Royaume
    L'élection du Maroc au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies constitue une consécration internationale des importantes réformes accomplies par le Royaume dans le domaine des droits de l'Homme et des libertés fondamentales.


    Cette élection vient ainsi couronner les réalisations accomplies par le Royaume en matière de défense et de respect des droits de l'Homme et consacrer son engagement irréversible sur la voie de la démocratie et de l'Etat de droit.

    En effet, c'est sur cette base que la Communauté internationale a choisi le Maroc qui a tenu à placer sa candidature sous le signe de l'engagement en faveur des droits de l'Homme et de leur promotion, les Etats devant, dans le choix des candidats, selon les termes de la résolution créant le Conseil, «prendre en compte leurs contributions à la promotion et au respect des droits de l'Homme».

    Dans une note accompagnant l'annonce de sa candidature au poste de membre du Conseil, le Maroc rappelle ainsi qu'il a «fait du respect de ses obligations internationales un principe constitutionnel» et qu'il est «activement et profondément attaché à la promotion et au respect de l'universalité des droits de l'Homme».

    Le Maroc, qui s'emploie activement à mettre sa législation nationale en conformité avec les normes internationales, a adhéré à tous les principaux instruments des Nations unies relatifs aux droits de l'Homme et a toujours honoré ses obligations, rappelle également cette note.

    Outre les réformes importantes qu'il a entreprises dans les domaines des droits civils, politiques, économiques et culturels (Code de la famille, Diwan Al Madhalim, etc.), le gouvernement marocain a publié le rapport final de l'Instance Equité et Réconciliation et a également lancé l'Initiative nationale pour le développement humain, plan intégré visant à réduire les disparités sociales et à réaliser un développement social et économique durable et harmonieux, souligne encore la note.

    Mis en place en vertu d'une résolution votée par l'Assemblée générale de l'ONU en mars dernier, le Conseil des droits de l'Homme, dont le principe fut adopté par le dernier sommet mondial, vient remplacer la Commission des droits de l'Homme discréditée aux yeux de la Communauté internationale.

    Dans sa résolution instituant le Conseil, l'Assemblée générale a instauré également «un examen périodique universel» de la situation des droits de l'Homme. Contrairement à la défunte Commission, tous les Etats membres, sans exception, seront ainsi examinés périodiquement en vertu de cette résolution.

    Autre nouveauté, la résolution prévoit aussi que les Etats membres puissent décider de suspendre, par un vote de l'Assemblée générale à la majorité des deux tiers, le droit d'un Etat à siéger au Conseil au cas où ce membre viendrait à commettre de graves violations des droits de l'Homme.
    Elle prévoit aussi que «les Etats membres du Conseil seront examinés durant leur mandat».

    Le Conseil devra, par ailleurs, se réunir régulièrement tout au long de l'année et tenir un minimum de trois sessions par an, dont une session principale, pour une durée totale d'au moins 10 semaines. Il pourra aussi tenir des «sessions spéciales si nécessaire, à la requête d'un membre du Conseil et avec le soutien d'un tiers de ses membres».

    Le texte insiste, par ailleurs, dans son préambule, sur la nécessité du dialogue entre les peuples et de la compréhension mutuelle des civilisations, des cultures et des religions. Le Conseil des droits de l'Homme, rappelle-t-on, qui siègera à Genève, compte 47 sièges : 13 réservés à l'Afrique, 13 à l'Asie, 6 au groupe de l'Europe de l'Est, 8 à l'Amérique latine et aux Caraïbes et enfin 7 au groupe des Etats d'Europe Occidentale qui comprend aussi les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle Zélande et Israël.

    Le Maroc a été élu, mardi à New York, par l'Assemblée générale de l'ONU, dès le premier tour, membre du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies en obtenant 178 voix.

    A l'issue d'un vote secret, individuel et direct, le Maroc a obtenu la majorité absolue des votes des Etats membres, dont les voix des démocraties les plus enracinées au monde.


    Quelque soixante trois pays se sont portés candidats à siéger dans le nouveau Conseil des droits de l'Homme. Pour être élu, chaque candidat devait recueillir la majorité absolue, soit 96 voix.

    MAP
     

Partager cette page