Le Maroc attire l'attention de l'ONU sur les agissements des autres parties

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 1 Mars 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le Maroc a une nouvelle fois attiré l'attention du secrétaire général de l'ONU sur la gravité des agissements des autres parties dans la zone tampon volontairement instaurée à l'est du mur après le cessez-le-feu proclamé en septembre 1991.

    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU par la mission permanente du Royaume auprès des Nations Unies, rendue publique, mardi à New York, le Maroc souligne que les autres parties persistent dans leur "logique de provocation en s'apprêtant à organiser, ce mardi 28 février, à l'est du mur, une marche de 3.000 à 4.000 personnes, ramenées, expressément, des camps de Tindouf et accompagnées de soi-disant invités étrangers", dans l'intention de leur faire franchir le mur.

    Le Royaume du Maroc estime que cette manifestation revêt un caractère gravissime et provocateur, souligne la lettre, ajoutant qu'elle représente, déjà, "une violation flagrante du cessez-le-feu, en raison de l'encadrement habituel de pareilles marches par des éléments militaires du +polisario+, habillés en civil pour la circonstance".


    La mission permanente rappelle, à cet effet, le rapport du secrétaire général de l'ONU en date du 13 octobre 2005 (S/2005/648) dans lequel il souligne que ces activités "ont contribué à une exacerbation des tensions sur le terrain et peuvent provoquer des incidents et une détérioration de la situation le long du mur de défense".

    Elle affirme que l'instrumentalisation des populations des camps de Tindouf dans cette manifestation se fait au mépris des règles du droit international humanitaire qui insistent sur le respect de la dignité de ces populations et interdisent leur exploitation dans des opérations de propagande politique.

    Cette manifestation, avertit-elle, comporte un risque majeur pour la vie des participants, en raison du statut et de la nature de la zone, rappelant la lettre du département des opérations de maintien de la paix (adressée le 29 mars 2005 à la Mission permanente du Royaume) dans laquelle il s'est dit "conscient des dangers auxquels s'exposent les manifestants dans la zone réglementée" et dont les organisateurs de la manifestation assument la pleine responsabilité.

    Pour toutes ces raisons, poursuit la lettre, "le Royaume du Maroc vous prie de bien vouloir attirer l'attention des autres parties sur le caractère illégal de cette manifestation, le danger qu'elle fait encourir aux personnes qui y participent et la menace qu'elle représente pour le cessez-le-feu, avec ses conséquences imprévisibles sur la stabilité de la région".

    La mission demande également au Secrétaire général de bien vouloir entreprendre les démarches nécessaires, en vue d'empêcher ces manifestations "éminemment politiques et dangereusement provocatrices" et d'instruire, à cet effet, son représentant spécial, ainsi que le commandant de la Force de la MINURSO.

    "La réussite des efforts actuels de votre Envoyé personnel nécessite la préservation d'un climat de sérénité, le respect du cessez-le-feu en vigueur et l'abstention de toute action de nature à compromettre la recherche, en cours, d'une solution politique et consensuelle à ce différend régional", conclut la mission dans sa lettre, demandant au Secrétaire général de l'ONU sa distribution aux membres du Conseil de sécurité et sa publication en tant que document du Conseil.


    MAP
    Article proposer par AGHILASSE
     

Partager cette page