Le Maroc bien en avance par rapport à d'autres pays en matière de réformes éco..

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 26 Juin 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Le Maroc bien en avance par rapport à d'autres pays en matière de réformes économiques

    Le Maroc se situe bien en avance par rapport à beaucoup d'autres pays dans la région d'Afrique du Nord en matière de libéralisation et de réformes économiques, a affirmé Jon Marks, directeur exécutif de la compagnie britannique "Cross Border Information LTD".

    Le Maroc a réalisé d'énormes progrès en matière de réformes économiques, qui suscitent l'espoir, a dit M. Marks lors d'une conférence qui s'est tenue au siège de l'Institut Royal britannique des affaires internationales (Chatham House) sur le thème "Justice, réconciliation et développement humain : l'expérience marocaine". L'expert britannique, qui a mis en exergue les atouts du Maroc notamment la qualité de ses cadres, son secteur agricole performant et son tissu industriel assez diversifié, a souligné que le Royaume "est doté actuellement de l'un des gouvernements les plus efficaces de toute son histoire".

    Parmi les réalisations à mettre à l'actif de l'actuel gouvernement marocain, M. Marks a notamment cité l'audacieuse politique de logement, qui s'assigne comme objectif l'éradication des bidonvilles et partant l'amélioration des conditions de vie de la population.

    Les efforts du Maroc visant à renforcer l'image du pays en tant que destination touristique de choix est un autre exemple de l'élan de développement que connaît le Maroc depuis l'accession de S.M. le Roi Mohammed VI au Trône en 1999, a-t-il dit, ajoutant que la mise en place de l'Instance Equité et Réconciliation (IER, dont le mandat a pris fin en janvier dernier) et les recommandations auxquelles elle est parvenue sont un pas dans la bonne direction.

    Ces recommandations notamment la réforme du système judiciaire renforceront à coup sûr la marche du pays vers le progrès, a-t-il encore dit, soulignant le climat de liberté d'expression et d'ouverture politique qui prévaut actuellement dans le Royaume.

    Or le Maroc reste toujours confronté à des défis de taille notamment en ce qui concerne l'amélioration des conditions de vie à travers la génération de davantage de postes d'emploi pour sa jeune population, a encore dit l'expert britannique.
    La transparence et l'indépendance du système judiciaire restent des éléments clés pour l'accroissement du flux des investissements étrangers dans le pays, a-t-il enchaîné.

    Il a, d'autre part, relevé que les élections législatives, qui se dérouleront en 2007 au Maroc, marqueront un tournant décisif dans la marche du Royaume vers davantage de démocratisation et de développement socio-économique conformément à la vision de S.M. le Roi MohammedVI.

    De son côté, Ahmed Herzenni, membre du comité ayant contribué à l'élaboration du rapport sur le développement humain, a donné un aperçu sur le travail du comité, qui a identifié, dans un cadre de transparence et de liberté, les avancées mais également les défaillances de la politique sociale et économique poursuivie par le Maroc depuis l'indépendance du pays en 1956.

    Le rapport de l'IER et celui du Comité témoignent de la volonté du Maroc de tourner la page du passé pour envisager l'avenir dans le cadre d'institutions démocratiques fortement ancrées, a-t-il dit.

    Parmi les réalisations du Maroc, M. Herzenni a notamment cité le fait que le Royaume soit doté d'un Etat bien établi ce qui lui a permis d'éviter plusieurs problèmes qui ont affecté d'autres pays.
    Sur le plan économique, il a mis en exergue l'importance de la politique des barrages adoptée par le Maroc depuis les années 60, une politique qui a aidé le pays à surmonter les effets de sévères périodes de sécheresse, notamment au début des années 80.

    Le Maroc a également pu développer son tissu industriel et des services ainsi que le renforcement des infrastructures, a-t-il dit, soulignant en outre les efforts consentis déployés dans le domaine de l'éducation.
    Or, des défaillances ont été constatées notamment au niveau de la gestion administrative et la gouvernance, a-t-il dit, ajoutant que le pays doit également relever le défi de l'amélioration de la qualité de l'éducation et la lutte contre la mortalité infantile et maternelle.


    Revenant sur les moyens de relever ces défis, M. Herzenni a mentionné le renforcement de la pratique démocratique sur la base des principes universellement reconnus, la consolidation de la bonne gouvernance et l'élimination des disparités sociales et économiques.

    Le Maroc a déjà commencé à redresser la situation à travers notamment la mise en ½uvre de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui représente un véritable projet de société, a-t-il conclu.

    A signaler que la conférence, s'est déroulée sous le thème "Justice, réconciliation et développement humain : l'expérience marocaine", avec des interventions notamment de Taïb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération et Kim Howells, ministre au Foreign Office britannique chargé de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Plusieurs personnalités ont pris part à cette conférence dont Mohamed Belmahi, ambassadeur du Maroc au Royaume-Uni, et Assia Alaoui, ambassadeur itinérant du Maroc.

    Source - LE MATIN
     

Partager cette page