Le Maroc est membre du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 26 Mai 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    L' élection des premiers membres du Conseil des droits de l'Homme a New York le 9 mai 2006 et, plus encore, le taux de participation élevé au scrutin, démontrent l'engagement de la communauté internationale à faire de ce nouvel organe un instrument plus efficace et plus crédible que l'ancienne commission.
    Le principe de la création du Conseil des droits de l'Homme, «en tant qu'organe subsidiaire de l'Assemblée générale», avait été décidé par les dirigeants des Etats membres lors du sommet mondial de septembre 2005.


    Cette forte participation démontre la volonté partagée des Etats membres de remplacer l'ancienne commission des droits de l'Homme par un organe qui pourra travailler de manière plus efficace et en même temps incarner les idéaux des droits de l'Homme avec plus de crédibilité.

    L'élection du Conseil offre «une chance unique» aux Nations unies de prendre «un nouveau départ» quant à la tâche qui lui incombe de promouvoir et défendre les droits de l'Homme.

    Le secrétaire général a rappelé que «le Conseil, qui commencera à travailler le 19 juin 2006, devra conduire un examen de l'action de tous les pays du monde dans le domaine des droits de l'Homme, à commencer par ses propres membres».
    Cela donnera aux membres la chance de montrer la fermeté de leur engagement à promouvoir les droits de l'Homme à la fois dans leur pays et à l'étranger.

    L'Assemblée générale a élu à New York les 47 membres du Conseil des droits de l'Homme, le nouvel organe de l'Onu qui siègera à Genève à partir du 19 juin prochain, pour promouvoir et défendre le respect de toutes les libertés fondamentales.

    Les 47 membres élus sont: le Maroc, l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Arabie Saoudite, l'Argentine, l'Azerbaïdjan, Bahreïn, le Bangladesh, le Brésil, le Cameroun, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, Cuba, Djibouti, l'Equateur, la Finlande, la France, le Gabon, le Ghana, le Guatemala, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la Jordanie, la Malaisie, le Mali, Maurice, le Mexique, le Nigeria, l'Inde, les Pays-bas, le Pakistan, le Pérou, les Philippines, la Pologne, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Roumanie, la Russie, le Sénégal, le Sri Lanka, la Suisse, la Tunisie, l'Ukraine, l'Uruguay, la Zambie, et l'Algérie.

    Après cinq mois de négociations, l'Assemblée générale avait approuvé, le 15 mars dernier, la création d'un nouveau Conseil des droits de l'Homme pour remplacer, à partir du 19 juin prochain, l'actuelle commission.
    A signaler que les membres du Conseil des droits de l'Homme ont été élus directement et individuellement, au scrutin secret, à la majorité des membres de l'Assemblée générale, pour un mandat de trois ans, non renouvelable après deux mandats consécutifs.

    L'Assemblée générale compte 191 membres. Chaque membre du Conseil élu a donc recueilli au moins 96 voix lors du scrutin.

    L'élection des membres du Conseil a suivi une représentation géographique équitable : 13 sièges pour le groupe des Etats africains, 13 pour celui des pays asiatiques, 8 pour les Etats d'Amérique latine et des Caraïbes, 7 pour «l'Europe Occidentale et autres Etats» et 6 pour l'Europe de l'Est.


    Quelque 64 Etats membres étaient candidats. Parmi les candidats qui n'ont pas été élus figuraient notamment : le Kenya, l'Iran, l'Iraq, le Kirghizistan, le Liban, la Thaïlande, le Nicaragua, le Pérou, le Venezuela, la Grèce, le Portugal, l'Albanie, l'Arménie, la Géorgie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovénie et la Hongrie.
    La résolution instituant le Conseil des droits de l'Homme avait été adoptée par 170 voix pour 4 contres et 3 absentions.

    Selon le texte, le Conseil sera chargé de promouvoir le respect universel et la défense de tous les droits de l'Homme et de toutes les libertés fondamentales, pour tous, sans aucune sorte de distinction et en toute justice et équité.
    Les membres du Conseil devront observer les normes les plus strictes en matière de promotion et de défense des droits de l'Homme.

    Chaque membre fera d'ailleurs l'objet d'un examen de son action dans le domaine des droits de l'Homme au cours de son mandat. L'Assemblée générale pourra, à la majorité des deux tiers des membres présents et votants, suspendre le droit d'un membre qui aurait commis des violations flagrantes et systématiques des droits de l'Homme et l'interdire à y siéger.

    La première réunion du nouveau conseil, qui siègera à Genève, se tiendra le 19 juin. Le Conseil se réunira régulièrement tout au long de l'année et tiendra au minimum trois sessions par an, dont une session principale, qui dureront au total au moins dix semaines.

    Il pourra tenir au besoin des sessions extraordinaires si un membre en fait la demande appuyé en cela par un tiers des membres.


    LEMATIN
     

Partager cette page