Le Maroc et la France pour une politique agricole commune en Afrique

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 18 Février 2014.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Le Maroc et la France pour une politique agricole commune en Afrique
    Belle consécration à Paris pour le renouveau de l’agriculture marocaine. Les travaux du Comité agricole franco-marocain ont été l’occasion pour les deux pays de tracer une nouvelle feuille de route à leur partenariat dans le domaine qui est déjà très poussé.
    [​IMG]
    Et les propos du ministre de l’agriculture français, Stéphane Le Foll, en disent long sur les défis que les deux partenaires se proposent de relever. Premier objectif : l’Afrique. Ainsi, pour M. Le Foll, le Maroc et la France «ont intérêt à développer leur partenariat pour anticiper ce qui va se passer et pour être présents en termes économique et agricole, en particulier dans les grands pays qui sont en développement en Afrique du Nord, subsaharienne et de l’ouest».
    Pour le ministre français, qui intervenait lors de ce comité mixte aux côtés du ministre marocain de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, le continent africain pose en fait un double défi. D’abord, il recèle «des potentialités en termes de production et de débouchés» qui offrent des opportunités pour des actions communes entre les opérateurs des deux pays. Mais, surtout, a insisté le ministre français, l’Afrique pose aussi le grand défi de la sécurité alimentaire qu’il va falloir relever. Et pour cela, la France est de plus en plus consciente que son action et ses initiatives sur le continent seront davantage efficaces et fortes si elles s’appuient sur le Maroc «qui a déjà une présence importante en Afrique».
    Pour rendre ce partenariat opérationnel, les deux ministres ont évoqué ensemble l’importance d’aller au-delà de la coopération entre institutions pour instaurer et encourager le dialogue entre les opérateurs et les professionnels du secteur agricole des deux pays et plus particulièrement dans les filières des céréales, des viandes bovines et des fruits et légumes. Ces filières étaient d’ailleurs représentées lors de la rencontre de Paris. Evidemment, pour qu’une telle coopération entre opérateurs s’installe, ce sont les ministères de part et d’autre qui donnent le tempo et mettent en place le cadre propice. Et c’est déjà le cas puisque la France est aujourd’hui un partenaire de premier choix pour l’agriculture marocaine. Le comité mixte agricole entre les deux pays en est la meilleure illustration. Institué par une convention signée en avril 2013, en marge de la visite d’Etat au Maroc du président François Hollande, le comité a justement pour mission de dynamiser la coopération institutionnelle, certes, mais surtout la coopération entre les professionnels des deux pays en les encourageant à échanger et à se concerter sur les questions d’intérêt commun.
    Lors des travaux de ce premier comité, qui ont démarré le 10 février à Paris, les échanges sur le volet institutionnel ont porté essentiellement sur des questions comme la sécurité alimentaire, l’agro-écologie, le développement des territoires ruraux ou encore la recherche et développement et la formation dans les domaines agricole, agroalimentaire et vétérinaire. Pour l’agriculture marocaine, aujourd’hui en pleine effervescence grâce au Plan Maroc Vert, de tels partenariats ne peuvent qu’apporter davantage de technicité et de performance.
    La Vie éco
    www.lavieeco.com

     

Partager cette page