Le Maroc face au changement démographique

Discussion dans 'Scooooop' créé par s_shadow, 23 Mars 2011.

  1. s_shadow

    s_shadow Power Schtroumpf

    J'aime reçus:
    55
    Points:
    48
    Selon un récent rapport d'état, les marocains vivent plus longtemps, se marient plus tard et le taux de fécondité des marocaines est en baisse.

    Une enquête nationale démographique récente révèle que la société marocaine est en train de vivre des mutations démocragiques et sociales massives.

    Les résultats d'une enquête réalisée en 2009/2010, révèlent qu'alors que dans les années soixante, à sa naissance, le Marocain moyen espérait vivre 47 ans, son espérance de vie est, maintenant, portée à 74,8 ans.

    "Il y a eu une augmentation de 28 ans, résultant de la baisse de la mortalité aux différents âges. Le rythme d’évolution de cette dernière, est comme on le sait, fortement corrélé au niveau d'amélioration des conditions sanitaires et du niveau de vie", a expliqué le Haut-Commissaire au Plan Ahmed Lahlimi, lundi 14 mars, dans un point de presse à Rabat.

    Le taux de mortalité infantile au Maroc a largement diminué même s’il est encore relativement élevé. Au début des années 1960, près d’un enfant sur 7 mourait avant d’atteindre un an contre un sur 33 aujourd’hui.

    Les dernières années ont été décisives dans la forte diminution de la fécondité, selon M.Lahlimi. En 2004, cet indice était de l’ordre de 2,46 enfants. Mais en 6 ans, il a quand même diminué à un rythme soutenu de presque -2% par an. "C'est un phénomène assez remarquable quand la fécondité est déjà basse", a-t-il déclaré.

    D’après l'officiel, ces transformations de la vie reproductive présupposent en amont des transformations de la conjugalité. En 50 ans, l’âge au 1er mariage a largement reculé. En 2010, les femmes se sont mariées en moyenne à 26,6 ans et les hommes à 31,4 ans, soit, par rapport à 1960, respectivement 9,3 ans et 7,5 ans plus tard.


    L’âge moyen au 1er mariage est plus élevé en milieu urbain qu'en milieu rural, les hommes ruraux se mariant en moyenne 2,5 ans plus tôt que les citadins et les femmes rurales 1,8 ans plus tôt que les citadines (respectivement 25,6 et 27,4 ans). Aujourd'hui, parmi les femmes de 15 à 19 ans, 9 sur 10 sont encore célibataires.

    L'endogamie, valorisée dans le cadre des traditions afin de maintenir la cohésion familiale ou la sauvegarde du patrimoine, a enregistré une baisse de 33% en 1987 à 29,3% en 1995 pour atteindre 21% en 2010. En qui concerne le divorce, le taux actuel est de 10,5 % contre 31 % dans les années 60.

    Lahlimi signale qu’on note des réformes profondes dans les systèmes de valeurs et les comportements sociétaux, dans un contexte d’un fort brassage des populations marocaines sous l’effet de l’émigration.

    Il explique que la baisse du taux d’accroissement démographique se traduit par une diminution de la population âgée de moins de 15 ans et permet d’accroître les efforts investis dans l’enseignement et d'améliorer la qualité de ceux qui pénètrent sur le marché du travail.

    L’Economiste Saâd Beddari déclare à Magharebia que l’importance d’une telle étude réside dans la détection des nouveaux besoins pour s’adapter aux mutations qu’est en train de vivre la société.

    Il signale que la population active composée essentiellement de jeunes est certes un atout de taille, mais que cela nécessite de la part de l’Etat de multiplier les investissements dans les secteurs porteurs. Cela, dit-il, passe, entre autres, par l’adaptation du système d’enseignement et de formation aux nouvelles exigences.

    La sociologue Samira Kassimi explique qu'il faut procéder à une analyse en profondeur des données pour apporter des solutions concrètes aux nouvelles problématiques qui apparaissent.

    " On assiste, à titre d’exemple, de plus en plus au célibat aussi bien auprès des femmes que des hommes à cause des problèmes socio-économiques", dit-elle. "On rencontre de plus en plus de femmes âgées qui ne travaillent pas et ne sont pas mariées. Elles sont prises en charge dans le cadre de la solidarité familiale. L’Etat devra prendre en compte les nouveaux changements pour prévoir des mécanismes adéquats."


    Source : Magharebia
     

Partager cette page