Le Maroc gagne du terrain

Discussion dans 'Info du bled' créé par omarigno, 9 Mai 2006.

  1. omarigno

    omarigno Visiteur

    J'aime reçus:
    23
    Points:
    0
    14% de la population mondiale âgée de 15 ans, soit 694 millions de personnes sont connectées aujourd’hui à Internet dans le monde, révèle une étude publiée récemment par le groupe de recherche « Comscore Networks ».

    En tête, les Etats-Unis avec 152 millions, suivis par la Chine (72 millions d’internautes) et le Japon 52 millions. La France avec presque 24 millions, vient à la 7ème place après l’Allemagne et la Grande-Bretagne dont le nombre d’internautes est de 32 millions et 30 millions respectivement, placés ainsi à la 4ème et 5ème place, alors que la 6ème place revient à la Corée du Sud avec 24,6 millions d’internautes.

    Des avancées notables à l’échelle internationale à l’égard desquelles notre pays ne reste pas indifférent, car avec actuellement plus de 4 millions d’internautes réguliers, l’effort fait par le Maroc est bien réel en terme de parc d’abonnements ADSL qui a quadruplé en 2005.

    La nouvelle baisse de la grille tarifaire, depuis le 1er mai 2006, par l’opérateur national quant à son offre d’accès Internet haut débit, intervient à point nommé au regard de l’intérêt manifeste de la clientèle potentielle à l’égard de ce moyen d’information et de communication, considéré comme un levier vital dans le contexte actuel.

    Force est de reconnaître que l’outil Internet apparaît, de nos jours, comme un formidable levier de développement, étant admis qu’à l’ère des réseaux, tout pays qui ne parvient pas à utiliser efficacement les nouvelles technologies d’information, de communication et des télécommunications, risque fort de voir son niveau de développement reculer et se retrouver en marge de l’économie mondiale.

    L’évidence même est que dans un environnement mondial axé sur le savoir et la communication, chaque pays doit édifier ses propres capacités à maîtriser les technologies nouvelles, en optimisant l’exploitation et les adapter à ses besoins. S’y inscrire, il est vrai que la stratégie de notre pays qui s’articule autour de plusieurs axes, vise le développement de l’économie du savoir, la réduction de la fracture numérique et le positionnement du Royaume à l’échelle internationale.

    A tous ces niveaux et pour rattraper les retards enregistrés par les différents projets e-gouvernement, la stratégie préconisée renferme des mesures énergiques, l’objectif étant, d’ici 2010, de généraliser les services en ligne, dématérialiser la totalité des services, mettre en place la grande majorité des portails et d’Intranet administratif, notamment.

    Pour accompagner ce chantier d’envergure, l’action des pouvoirs publics et dans un souci d’efficience a entrepris nombre d’initiatives à caractère économique et social, s’agissant notamment de l’engagement d’une politique résolue de réduction des coûts de connexion et de solutions packagées pour les différents usagers par le biais d’un partenariat public-privé.

    Aussi, en vue d’assurer une formation adéquate aux besoins de l’économie du savoir, la stratégie accorde-t-elle la priorité à l’acquisition et au développement des compétences dans le domaine des technologies de la communication et de l’information comme c’est le cas à travers le programme d’équipement en technologie informatique des établissements d’enseignement public.

    Dans ce cadre, faut-il souligner que le programme de généralisation d’ici fin 2007, des équipements informatiques multimédias et des connexions Internet aux écoles, collèges et lycées devra aider les systèmes d’éducation et de formation à intégrer les technologies d’information et de communication aussi bien dans les conceptions d’apprentissage que dans les pratiques d’enseignement.

    Bien un choix stratégique à travers lequel les pouvoirs publics sont conscients de l’importance de la création d’une véritable industrie des technologies de l’information et de la communication productive, active et compétitive.

    Une industrie qui, conjuguée à l’identification et au renforcement des niches à forte valeur ajoutée, devra permettre à notre pays de rehausser le niveau de son positionnement à l’échelle internationale.

    Tout l’enjeu est de faire en sorte aujourd’hui, à ce que le secteur des nouvelles technologies d’information dont l’Internet, occupe une place majeure dans l’économie et dans la société. Car l’évidence même, c’est que les économies et les sociétés qui ont réussi à mobiliser aussi bien leur potentiel de production que les moyens dont elles disposent, sont celles qui ont consenti et qui réussissent à les intégrer au mieux.

    Que les collectivités locales, les acteurs locaux de développement, les ONG de développement, les opérateurs privés et les autorités publiques... se mobilisent pour coordonner leurs actions et leurs synergies afin de contribuer à cette ½uvre grandiose, celle préconisée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de faire du Maroc, ses régions et ses localités, un espace actif et compétitif et un espace d’échange et de communication, impératifs pour le développement intégré et durable.


    ((Abdelkader MOUHCINE))
    lopinion.ma
     

Partager cette page