Le Maroc n’a pas tiré toutes les leçons du 16 mai

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 17 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Pour Abdelali Benamor, l’approche sécuritaire ne pourrait pas contrer à elle seule l’idéologie obscurantiste. Le Maroc, précise le politologue, a besoin d’associer, sans calculs politiciens, toutes ses forces vives à la lutte contre cette idéologie.


    ALM : Exactement comme ce jour-ci, en 2003, le Maroc a été secoué par de terribles attentats terroristes. Que vous inspire, aujourd’hui, cet événement ?
    Abdelali Benamor : Un triste souvenir et en même temps la nécessité de prudence et de ne pas se tromper au niveau de l’évaluation des raisons et de ceux qui ont été directement à l’origine des attentats, ou indirectement, par des analyses passéistes. Je vois que beaucoup de Marocains continuent à faire des différenciations au niveau des mouvements intégristes sans poser la véritable question de confiance : sont-ils ou non pour un Etat islamiste avec un référentiel en termes de valeurs et de règles. N’ayons alors pas peur de se poser la question, ne soyons pas frileux, regardons l’engouement des jeunes de toutes parts à l’égard du film « Marock » et les réactions obscurantistes qui paraissent, pour une fois, minoritaires par rapport à ce qu’on a pu dire après le fameux sondage d’opinion.

    Trois ans après les exécrables attentats du 16 mai, le Maroc a-t-il réellement tiré les leçons de cet événement ?
    Il ne me semble pas que le Maroc ait tiré toutes les leçons de ce qui est arrivé. Pour faire face à l’obscurantisme, ce ne sont pas les moyens sécuritaires qui agissent en premier, même s’il ne faut pas les négliger. C’est la force de conviction qui compte. Le Maroc a besoin de mobiliser ses forces vives sans calculs politiciens pour faire face à toute idéologie obscurantiste. Autant on peut accepter un ou des mouvements conservateurs à connotation religieuse dans la ligne droite des partis religieux démocrates qui existent de par le monde et qui séparent le religieux du politique, autant on ne peut tolérer des mouvements qui prônent l’installation d’un Etat islamiste non-démocratique en mélangeant valeurs et règles telles que ces mêmes mouvements les expliquent.

    Que faut-il entreprendre pour contrer, efficacement, l’idéologie intégriste ?
    Il faut une stratégie fondée sur une vision. Et la vision que je développe personnellement est la suivante : autant, en tant que démocrate, je ne peux rien dire contre un parti musulman démocrate qui accepte la séparation des pouvoirs, à l’instar de ce qui se passe dans le monde, autant il faut dénoncer toute idéologie visant à instaurer un Etat totalitaire sous couvert d’islamisme. Il existe dans le pays un courant conservateur religieux, ouvert et tolérant qu’il faut accepter démocratiquement, mais il ne s’agit pas d’accepter des mouvements qui prônent, sous une forme ou une autre, des dictatures déguisées.

    Source - AUJOURD'HUI Le MAROC

     
  2. uncles_03

    uncles_03 Touriste

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    18
    Re : Le Maroc n’a pas tiré toutes les leçons du 16 mai

    Salam !!

    Tout d'abord, ce Mr est respectable. C'est un prof et un gestionnaire visionnaire très compétent & sympathique !!

    Mais là, je pense que soit il a voulu faire plaisir au journaliste qui fait l'interview, soit il pose mal le problème volontairement pour s'inscrire déja dans une logique électoraliste (il est proche du parti FC : je crois qu'il en ai l'un des fondateurs); soit alors il est passé à côté de quelque chose (c moins probable) : et quelle chose !!!?!!!

    Jusqu'à quand on va continuer à se mélanger les pinceaux ?? A cet égard, on va jamais tirer les lecons !! :-(

    La source du problème c'est ESSETIELLEMENT l'EDUCATION ==> alors que lui il parle de stratégie et de vision, à juste titre, mais mal placés en amont : deux termes qui sont devenus à la mode au lieu de s'inscrire dans l'évidence, alors qu'on a tendance à oublier qu'ils ont été (et le sont toujours) au coeur de la civilisation musulmane sous tous ses aspects.

    C'est dans l'éducation qu'il manque une vision (claire de préférence) et une stratégie bien ficelée, et pas dans le domaine politique ou religieux qui en jouissent déja.

    Quand les institutions (la famille, le système éductatif, donc l'Etat) ne jouent plus leur rôle on arrive à ce genre de conséquences. Et là, je pense qu'il s'est laissé emporter et emballer plus par l'importance du phénomène (en nous sortant des termes technocrates), que par sa mission première pour laquelle il a été formé (c'est d'abord un éducateur). {{ Ca m'étonne de lui d'ailleurs }}

    Et puis un autre truc, évoquant la confiance, croit-il vraiment que les Marocains qui pensent voter pour un certain parti sont dépourvus de sens de vision de stratégie et de confiance ??? :D

    Wattah !!

    A bon "visionnaire_et_stratège_qui_n'oublie_pas_ce_qu'il_a_enseigné_&_qui ne_parle_pas_juste_pour_faire_plaisir_à_un_journaliste", Salam !!! [:Z]
     

Partager cette page