Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

Discussion dans 'Info du bled' créé par FoX, 4 Mai 2007.

  1. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Le ministre marocain de la Communication a jugé "pas objectif" un rapport du Comité (américain) pour la protection des journalistes (CPJ) ayant rangé le Maroc parmi dix pays ayant connu une grave détérioration de la liberté de la presse.

    [​IMG]


    Nous sommes très étonnés par ce rapport pas objectif qui ne reflète nullement la situation de la liberté de la presse au Maroc", a déclaré Nabil Benabdellah, également ministre de la Communication, lors d'un point de presse jeudi à Rabat.
    L'Ethiopie, la Russie, le Pakistan et le Maroc figurent parmi les dix Etats ayant connu la plus grave détérioration des droits de la presse en cinq ans, a estimé mercredi le CPJ, basé à New York, dans son rapport qui couvre la période 2002-2007.
    Le Maroc se rapproche de la Tunisie pour le nombre de journalistes condamnés à de la prison, a affirmé le CPJ.
    "Peut-on vraiment ranger le Maroc parmi des pays où la liberté de la presse est vraiment loin de ce qu'elle est au Maroc", s'est notamment demandé M. Benabdellah, ajoutant que "malgré ses critiques, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) s'est félicité de l'évolution que connaît le champ médiatique marocain".
    Contacté jeudi par l'AFP, le secrétaire général du SNPM, Younès Moujahid s'est d'abord opposé à "la logique des classements adoptée par le CPJ", affirmant opter pour une "démarche qualitative".
    "La situation de la liberté de la presse au Maroc est actuellement mitigée", a-t-il affirmé. "D'un côté, il y a des améliorations, mais de l'autre, les autorités laissent toujours ouverte la possibilité de revenir en arrière", a-t-il ajouté.
    M. Moujahid s'était félicité mercredi du fait qu'aucun journaliste n'ait été incarcéré ou interdit d'exercer depuis 2004, affirmant toutefois que "les autorités compensent avec des amendes et des dommages et intérêts exagérés contre des journalistes".
    Dans son rapport annuel présenté mercredi à Rabat, le SNPM a rappelé une "décision erronée" du Premier ministre Driss jettou qui avait interdit l'hebdomadaire Nichane. Deux de ses journalistes ont par la suite été condamnés à trois ans de prison avec sursis en janvier 2007.
    Cet hebdomadaire avait publié un dossier sur le thème "comment les Marocains se rient de la religion, du sexe et de la politique". Il a été condamné pour "diffamation envers l'islam et la monarchie".
    Le SNPM estime également "excessive" l'amende de 270.000 euros que "Le Journal Hebdomadaire" a dû verser en 2006 au Centre européen de recherche d'analyse et de conseil stratégique (ESISC), dont le siège est à Bruxelles, qui l'avait poursuivi en diffamation.
    Le SNPM avait appelé à l'adoption d'une loi qui organise "le droit à l'information". "Une démocratie sans transparence n'en est pas une", avait-il souligné mercredi.

    France24
     
  2. samir2000

    samir2000 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

    Ce n'est pas l' "impression" de liberté qui est illusoire, c'est la liberté elle-même.
     
  3. Dj AbDeL

    Dj AbDeL BaD BoYs

    J'aime reçus:
    60
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

    hadak nabil ben abdelah ga3 nhar o howa makhchi fe chikhate kay tssawar m3ahom mo7al ga3 wach 3araf ach tari fe lwizara dialo ola fe ssa7afa
     
  4. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

    Tout le monde sait au Maroc, qu'on a pas le droit de nous exprimer librement sur certaines choses. La presse en majorité n'est pas indépendante. Et celle qui essaye de prétendre à ce droit, se casse les dents, sinon se voit abattre sur elle la pression et la menace des autorités, notamment via les renseignements généraux.
    Lhimma ach 7adi nnhar w ma tal? lli tvenvene ta yesba7 ta ydo99 3lih! wach ta rriyada ma ta y9edrouch yedwiw b 7orriya 3la 7osni ben slimane!

    ça a l'air profond! wow Jolie expression en tout cas, bravo.
     
  5. aminechaoui

    aminechaoui Bannis

    J'aime reçus:
    54
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

    dans des pays comme la france la liberté d'expression regroupe mepris diffamation sans aucun respect de la vie privee et sans aucune morale. il nya pas une liberté absolue toute chose est encadrée, ce rapport fait allusion a plusieurs faits parmi eux celui du journal qui a publié des soi-disant "Noukat" sur Allahou t3ala 3amma 9addamt aydi8im, ca c'est vraiment la fin du monde où un supposé comité du pays le plus meurtrier du monde donne un jugement sur les libertés des journalistes dans les autres pays; moi à mon avis un critère plus important que la liberté qui doit être retenu dans ce rapport c'est "la moralité du jounaliste en matière des évènements rapportés"; là on retrouvrait dans cette liste tous les journalistes des pays occidentaux!!!
     
  6. manson10

    manson10 Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes


    Tu as l'art de te meler les fils. Si tu as bien lu l'article, le comite de protection des journalistes represente la societe civile a savoir ceux qui sont contre la politique neoconservatrice du gouvernement americain. ce sont eux qui descendent régulièrement protester contre la guerre en IraK (chose qu'on ne fait pas nous, nous qui prétendons être frères du peuple iraqien [27h])

    Ensuite, ce rapport et d'autres (Amnesty, reporters sans frontieres.....) ne font que confirmer la dégradation des libertés publiques au Maroc et le climat sécuritaire qui y regne au profit de la monarchie rentière.
    Les revues indépendantes sont censurées, suspendues et leurs auteurs condamnées a de lourdes amendes pour qu'ils n'exercent plus. Si En France il y avait un holding comme ONA, il aurait fait le bonheur des émissions d'investigation.

    Enfin, il est normal qu'il y ait des bavues de la part des médias de temps a autre : les journalistes peuvent faire des erreurs et les personnes touchées peuvent les poursuivre en justice. C'est aussi un chemin vers le progrès.
     
  7. vanlee

    vanlee Abou Mouataz

    J'aime reçus:
    118
    Points:
    0
    Re : Le Maroc réfute le rapport du Comité pour la protection des journalistes

    la liberte estb partial
     

Partager cette page