Le mea culpa de Dublin sur les prêtres pédophiles

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 26 Novembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]
    «J'offre à chacun des survivants mes excuses, mon chagrin et ma honte», a déclaré jeudi l'archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin



    L'Etat et l'archevêché de Dublin ont reconnu jeudi avoir fermé les yeux sur des abus sexuels perpétrés par des prêtres sur environ 450 enfants entre 1960 et 1990.

    Le gouvernement irlandais a présenté des excuses «sans réserves» jeudi pour les défaillances de l'Etat face à des décennies d'abus sexuels perpétrés sur des enfants par des prêtres catholiques. Des excuses qui font suite à la publication, le même jour, d'un rapport de 700 pages accablant pour l'Eglise, réclamé par l'actuel archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin. En tout, près de 450 enfants auraient été victimes de prêtres pédophiles entre 1960 et 1990.

    Il y a eu une «perversion systématique et calculée du pouvoir et de la confiance face à des enfants innocents et sans défense», a expliqué jeudi le gouvernement, en promettant que «cela ne se produira plus jamais» et que les auteurs d'abus sexuels «doivent continuer à être traduits en justice». En ligne de mire des institutions gouvernementales : la police irlandaise, la Gardai, accusée d'avoir fermé les yeux sur de nombreuses accusations d'abus sexuels de la part de prêtres, en jugeant qu'elles ne relevaient pas de sa compétence.


    L'Eglise versait de l'argent aux victimes

    L'archevêque de Dublin a également présenté ses «excuses» jeudi, mais aussi «(son) chagrin et (sa) honte». Mgr Diarmuid Martin, en fonction dans la capitale irlandaise depuis 2004, a déploré l'attitude de sa hiérarchie, qui a dissimulé les abus et n'a pas informé la police. «Le mal causé aux enfants ne pourra jamais être réparé», a déclaré celui qui a été le seul archevêque à vouloir rompre la loi du silence.

    Cette enquête, longue de six ans, a également mis en lumière le comportement de quatre anciens archevêques de Dublin (John Charles McQuaid, Dermot Ryan, Kevin McNamara et Desmond Connell), qui, selon les informations recueilles dans les archives du diocèse, étaient bien au courant de certaines affaires et ont fermé les yeux. Ou tenté de faire étouffer le scandale, notamment en versant de grosses sommes d'argent aux victimes : 20 millions d'euros auraient ainsi été dépensés en dommages et intérêts en plusieurs décennies.


    Les victimes réclament des sanctions


    «C'est la fin d'une longue route pour les victimes d'abus et en particulier pour ceux qui ont protesté pendant de nombreuses années et qui ont été diffamés par l'Eglise et qualifié de menteurs», a déclaré jeudi Marie Collins, elle-même victime d'abus dans les années 1960. Maeve Lewis, directrice d'une association de soutien aux victimes One in Four, s'est de son côté indignée que la police et les services sociaux n'aient pas dénoncé ces actes.«Ces gens sont aussi coupables que les auteurs d'abus sexuels eux-mêmes», a-t-elle déclaré, réclamant l'ouverture d'une enquête criminelle contre «tous ceux qui ont été de connivence et ont conspiré pour protéger l'Eglise catholique».

    Les conclusions de ce rapport arrivent six mois seulement après une autre enquête qui avait horrifié l'Irlande en mai dernier en révélant des décennies d'abus sexuels, parfois «endémiques», à partir des années 1930 et jusqu'en 1990 dans des institutions pour enfants (orphelinats, écoles , foyers) dirigées par l'Eglise catholique.


    Amnesty International a appelé à un référendum en Irlande pour inscrire les droits des enfants dans la constitution irlandaise afin d'éviter de tels abus à l'avenir.



    http://www.lefigaro.fr/internationa...ulpa-de-dublin-sur-les-pretes-pedophiles-.php
     

Partager cette page