Le ministre de la Santé agressé par des pharmaciens au Parlement

Discussion dans 'Info du bled' créé par titegazelle, 10 Janvier 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    ouardi-mp.jpg
    Six pharmaciens se sont attaqués, mercredi après-midi, au ministre de la santé Houcine El Ouardi au sein du Parlement. La classe politique et la société civile sous le choc.

    Il s'agit d'une première au Maroc! L’incident s’est passé lors d'une réunion de la commission des secteurs sociaux. Les pharmaciens ont proféré des insultes à l'encontre d'El Ouardi. Et le tout, devant le regard médusé des députés présents. En cause, la réunion a porté sur un projet de loi sur la dissolution des conseils régionaux des pharmaciens du Nord et du Sud.

    Indigné, le ministre aurait contacté plusieurs hauts responsables, comme le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdellah, le ministre de la justice Mustapha Ramid et Mohamed Hassad et demandé l'ouverture d'une enquête sur le sujet.


    Selon des sources sur place, un groupe de six pharmaciens qui a réussi à s'introduire dans l’enceinte du Parlement aidé en cela par une députée d’un groupe d’opposition, attendait le ministre devant la porte de la salle de réunion, avant de s'en prendre à lui en proférant des insultes et des menaces, notamment de la part d'un membre du Conseil du Sud. Aussitôt informés, les éléments de sécurité de la chambre ont interpelé et remis les six pharmaciens à la police judiciaire arrivée sur les lieux.

    Menara / Houria Benmoussa - 09.01.2014 - 08h : 39


    conf-pam.jpg


    Deux des six pharmaciens qui s’en sont pris au ministre de la Santé mercredi ont été exclus des rangs de leur parti, le PAM. Le procès des pharmaciens, lui, démarre le 28 janvier à Rabat.

    «Nous ne sommes certes pas d’accord avec le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, dans certaines de ses décisions, voire dans son approche de la réforme du secteur. Mais cela ne nous empêche pas de prendre la sanction qu’il faut à l’encontre de deux membres de notre parti qui s’en sont pris au ministre dans l’enceinte du Parlement. Une attitude que nous condamnons et que nous ne pouvons accepter…» La déclaration que menara.ma a recueillie auprès d’un membre du bureau politique du PAM, jeudi en fin d’après midi a le mérite d’être claire. Sans équivoque.

    De quoi s’agit-il au fait ? Mercredi 8 janvier 2013, six pharmaciens ont pu gagner la salle de réunion de la commission des secteurs sociaux au sein de la première chambre du Parlement et ont proféré des insultes à l’encontre du ministre. Les six pharmaciens relèvent des conseils régionaux des pharmaciens du Nord et du Sud dont décision a été prise il y a quelque temps par le gouvernement de les dissoudre.

    Respect dû aux institutions

    Selon le communiqué du bureau politique du PAM, réuni mercredi soir en urgence, deux des six pharmaciens, Farid Ferhat, de la ville de Rabat, et Abderrezzak El Manfalouti, de Casablanca, sont du PAM, tous les deux étant membres du conseil national du parti. «En vertu des statuts du PAM et des valeurs qu’il défend, il a été décidé des les exclure de façon définitive des rangs du parti», souligne le communiqué qui insiste sur l’inacceptable manque de respect dû aux institutions dont ont fait montre les pharmaciens. Menara.ma a essayé de joindre les concernés, mais leur téléphone étaient hors zone.

    Jeudi en fin d’après midi, le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Rabat a rendu public un communiqué dans lequel il annonce que trois pharmaciens qui avaient été arrêtés la veille dans l’enceinte du parlement allaient être jugés pour outrage. La première audience de leur procès est fixée au 28 janvier.

    Rappelons que le chef du gouvernement n’a pas manqué de condamner avec la plus grande fermeté l’attaque dont a été victime M. El Ouardi qu’il a qualifié de ministre courageux, ajoutant que tout le gouvernement est ainsi visé. Quant au PPS, le parti dont le ministre est membre, il a lui aussi condamné l’acte des pharmaciens relevant que de tels actes relèvent du vandalisme n’ayant rien de commun avec les valeurs de démocratie et de dialogue civilisé auquel on aspire.

    Contacté par menara.ma, M. El Ouardi n’a pas voulu faire de commentaire. Un de ses collaborateurs a estimé que «le Maroc ne peut accepter de telles atteintes à la personne d’un commis de l’Etat, mais à l’institution parlementaire et du moment que la justice a pris les choses en main, on attend donc sa décision.»


    Menara.ma / S. Belhassan - 10.01.2014 : 08h05
    Le ministre de la Santé agressé par des pharmaciens au Parlement | Portail Menara.ma
     
    the dreamer aime ça.
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    """un groupe de six pharmaciens qui a réussi à s'introduire dans l’enceinte du Parlement aidé en cela par une députée d’un groupe d’opposition"""

    Soyons honnêtes !
    Si les six pharmaciens sont coupables d'agression et insultes, la dame qui les a aidés que risque-t-elle ?
    Logiquement, il y a complicité dans cette affaire !
     
    the dreamer aime ça.
  3. the dreamer

    the dreamer M3

    J'aime reçus:
    1717
    Points:
    113
    i totally agree!
     
    titegazelle aime ça.

Partager cette page