Le ministre de la Santé rassure mais appelle à la vigilance

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 8 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    [Le Maroc est épargné jusqu'à présent de la menace de la grippe aviaire mais reste vigilant quant à "une éventuelle" propagation du virus, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre de la Santé, M. Mohamed Cheikh Biadillah. Cette vigilance est nécessaire d'autant qu'il s'agit "d'une épizootie qui touche les oiseaux migrateurs et en particulier les volailles, soit par les points de contact ou les déjections des oiseaux migrateurs ", a-t-il ajouté, dans une déclaration à la presse

    en marge d'une réunion du comité national de lutte contre la pandémie de la grippe aviaire, consacrée notamment aux dispositions prises par le gouvernement en cas de menace.

    "Nous nous préparons à cet éventuel risque dans le cadre de l'alerte internationale lancée à cet effet", a précisé le ministre, ajoutant que l'OMS a mis en place un réseau de laboratoires qui se penche actuellement sur la préparation d'un prototype de vaccin à cette maladie.


    M. Biadillah a relevé, à cet égard, qu'il n'existe qu'un seul médicament pour le traitement de la grippe aviaire, précisant que le Maroc s'est déjà inscrit en avril dernier sur la liste des pays demandeurs pour faire face à une éventuelle déclaration de cas de contamination. Il a ajouté qu'un plan national de prévention est en train d'être finalisé à l'instar de celui adopté au lendemain de l'apparition de cas du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en Asie et qui a permis la mise en place de tout un dispositif de mesures susceptible d'être utilisé actuellement pour prévenir cette menace.

    Lors de cette réunion, des exposés ont été présentés notamment sur la grippe aviaire, l'épidémiovigilance, la migration des oiseaux et les possibilités dont dispose le Maroc pour prévenir une éventuelle propagation de la maladie.

    Outre le ministère de la santé, la réunion a connu la participation d'autres départements concernés par la lutte contre la pandémie de la grippe aviaire, dont ceux de l'intérieur, des affaires étrangères, des affaires islamiques, de l'agriculture, du commerce et de l'industrie et des eaux et forêt, en plus de l'inspection des services de santé des Forces armées Royales (FAR), la protection civile et la RAM.

    Union européenne : mesures de surveillance

    Les experts vétérinaires des 25 Etats membres de l'UE ont, précisé les mesures de surveillance à respecter pour lutter contre la grippe aviaire, selon un communiqué de l'exécutif européen.

    Les 25 avaient déjà, fin août, préconisé un renforcement de la surveillance des oiseaux migrateurs, considérés comme les principaux vecteurs potentiels du virus H5N1 transmissible à l'homme.

    Ils avaient aussi recommandé un renforcement des contrôles aux frontières pour assurer le respect de l'interdiction d'importation d'oiseaux vivants et de plumes en provenance de Russie et du Kazakhstan, en vigueur depuis le 12 août.

    Ce mardi, les experts ont adopté des lignes directrices, conseillant notamment d'identifier les oiseaux à plus fort risque sur la base de leur origine, de leurs plans migratoires, de leur nombre dans l'UE et de la probabilité qu'ils entrent en contact avec la volaille domestique.

    Ils ont aussi préconisé d'identifier des sites à risque, où les oiseaux peuvent se mélanger, en particulier les poulaillers et les zones situées le long des axes migratoires, ainsi que de rester vigilant à tout décès inhabituel d'oiseaux.
    Depuis 2003, la grippe aviaire a fait 61 morts en Asie du sud-est, où elle est apparue.



    LE MATIN
     

Partager cette page