Le mystère du Triangle des Bermudes

Discussion dans 'Bibliothèque Wladbladi' créé par titegazelle, 30 Avril 2009.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Le mystère du Triangle des Bermudes
    3 points (Miami, Porto Rico et l’île des Bermudes) formant un vaste triangle dans l’océan Atlantique. Dans ce triangle, depuis plus d'un siècle, de nombreuses disparitions inexpliquées d’avions et de navires, souvent caractérisées par leur soudaineté et l’absence d’épave. Partant de ce constat indéniable, de nombreux scientifiques et journalistes ont enquêté sur les causes de ces disparitions, sans jamais trouver d’explications fiables.
    Le Triangle des Bermudes est le secteur le plus mystérieux de notre planète pour l’aéronautique et la marine. De nombreux mythes et légendes accompagnent des théories plus pragmatiques et des témoignages mystérieux.


    Géographie du Triangle des Bermudes
    L’appellation "Triangle des Bermudes" revient au journaliste Vincent Gaddis dans un article du magazine Argosy en 1964 : "The Deadly Bermuda Triangle". Il décrit une zone coincée entre les îles des Bermudes, la Floride (Etats-Unis) et Porto-Rico, dans laquelle des disparitions inexpliquées d'avions et de navires surviennent. Situé dans l’océan Atlantique, sous le tropique du Cancer, sa superficie atteint 120 millions d’hectare.

    Cette situation tropicale combinée à des eaux chauffées par le Gulf Stream (courant marin chaud traversant le triangle des Bermudes) est propice à l’apparition régulière de violentes tempêtes, qui se transforment parfois en ouragans. Ces conditions météorologiques chaotiques sont souvent imprévisibles.


    [​IMG]


    Carte du Triangle des Bermudes



    Mais ce n’est pas tout. La topographie des fonds marins dans le triangle est également particulière. Des bancs très étendus où les eaux sont peu profondes côtoient les fosses les plus profondes de la planète. Avec les forts courants et les nombreux récifs présents, la zone est donc relativement dangereuse pour un navigateur non averti.

    Et pourtant, le trafic maritime est extrêmement important dans cette zone. Dès le moyen age, les navires qui rentraient en Europe passait à travers le triangle des Bermudes pour profiter des vents dominants qui leur permettaient de gagner un temps précieux. Même plus tard, les navires à vapeur puis à essence continuaient d’utiliser ce passage. Et aujourd’hui encore, beaucoup de routes maritimes le traverse.

    Le trafic aérien ne semble pas non plus avoir souffert de la légende. Beaucoup de routes aériennes entre l’Europe et l’Amérique centrale ou l’Amérique du sud passent au-dessus du triangle. De même, les avions circulant entre l’Amérique du Nord et du l’Amérique du Sud peuvent être amenés à survoler cette zone.

    Chaque jour, pour des milliers de navires et d’avions, le triangle de Bermudes est un passage quasi obligé. D’abord, parce qu’on ne change pas sa route à cause des légendes, mais aussi parce que le contournement du triangle serait une perte de temps énorme. D’ailleurs, le nom de "Triangle des Bermudes" n’est même pas reconnu par l’office américain des noms géographiques.



    [​IMG]
    Carte détaillée des Bahamas



    Disparitions
    Le mystère du vol 1(Décembre 1945)
    05 décembre 1945, base de Fort Lauderdale au nord de Miami, sur la côte Est de la Floride. Le lieutenant instructeur Charles Caroll Taylor, âgé de 28 ans, dirige un groupe de pilotes et équipages inexpérimentés, l'ensemble des équipes totalisant 14 hommes. Il doit emmener 5 appareils de type Grumman Avenger pour un vol d'entraînement à proximité des îles Hens et Chickens à l'Est de la côte américaine. Temps de vol approximatif : deux heures. Les avions ont tous le plein de carburant et leurs instruments (compas, radios, …) sont en parfait état de fonctionnement. A 14:10, les 5 appareils décollent. Ils ne reviendront jamais.
    Récits des évènements
    Les 5 appareils viennent de décoller dans une météo relativement bonne. La mer est un peu agitée. Les appareils doivent se diriger d’abord plein Est sur 198 kilomètres, puis après un premier virage, nord-nord-ouest sur 117 kilomètres, puis un second virage les amèneront à suivre une direction sud-ouest sur 193 kilomètres pour rentrer à la base. Les bombes seront larguées 90 kilomètres après le premier virage, au sud de Grand Bahama, sur les petites îles Hens and Chickens.
    Les communications radio interceptées par les avions dans les environs indiquent que le largage des bombes fut un succès. Mais c’est après le second virage du plan de vol que les problèmes commencent :

    ""Une voix non identifiée demande à Powers (un des élèves pilotes) ce que son compas indique. Mais Powers est perdu :
    - Je ne sais pas où nous sommes. On a du se perdre après le premier virage
    Un appareil au sol à la base militaire entend cet échange radio et informe immédiatement la base de Fort Lauderdale qu’un avion s’est peut-être perdu. Il dit ensuite sur la fréquence radio :
    - Ici FT-74 pour l’avion ou le bateau qui s’appelle Powers : identifiez-vous pour que l’on puisse vous aider.
    La réponse tarde, mais finalement un homme qui s’identifia comme FT-28 (Taylor) répond :
    - Mes deux compas sont en panne. Je cherche à rejoindre Fort Lauderdale, en Floride. Je suis au dessus de terre, je pense être au dessus des Keys, mais je ne sais pas où exactement et je ne sais pas comment rejoindre Fort Lauderdale.
    Un instructeur de la base l’informa que s’il est sûr d’être au dessus des Keys, il doit voler vers le nord, c'est-à-dire placer son aile gauche au soleil. Mais apparemment le leader est déjà arrivé à un point de confusion tel qu'il ne sait vraiment plus déterminer sa position. C'est pourtant un pilote expérimenté. Il pense être au-dessus des Florida Keys, mais en réalité, il se trouve au-dessus d’une île des Bahamas ! A noter que Taylor n’avait pas sa montre, outil indispensable à la navigation. A 16:45, FT-28 annonce :
    - Nous mettons le cap à 030° pour 45 minutes, ensuite nous volerons plein Nord. On sera sûr de ne pas être dans le golfe du Mexique.
    Cette décision condamne les 5 appareils. En virant vers le Nord au-dessus des Bahamas au lieu des Florida Keys, Taylor entraîne sa formation, non vers les terres salvatrices de Floride, mais en direction de la pleine mer ! Le leader ne s'est pas rendu compte avoir volé aussi longtemps à l'Est vers les Bahamas, et pour une raison indéterminée il croit s'être dirigé vers le sud, vers les Florida Keys. Cette idée à laquelle s'est fermement accroché Taylor pour le reste du vol va avoir des conséquences fatales.

    Pour le personnel au Sol, Taylor et ses élèves son perdus. Il propose donc à Taylor de basculer sur la fréquence d’urgence (moins chargée), mais Taylor refuse afin de ne pas perdre le contact radio avec ses 4 équipiers. A environ 17:00, Taylor annonce un changement de direction :
    - On prend le cap 090° pendant 10 minutes.
    Les 5 avions se dirigent donc plein Est, et s’éloigne de plus en plus des côtes. Au même moment, un équipier est entendu sur la fréquence
    - Ce n’est pas vrai… si on allait vers l’ouest on pourrait facilement rejoindre la base, mais dirigez vous vers l’ouest bon sang.
    La panique commence à s’installer parmi les membres du vol 19. Pour ne rien arranger, le mauvais temps arrive, avec de forts vents et une mer démontée, et les contacts radio deviennent de plus en plus mauvais. A 17:15, un bref message de Taylor annonce que le vol 19 se dirige maintenant vers l'Ouest.

    A 18:20, le lieutenant Taylor comprend que les chances de retrouver les côtes sont faibles. Il demande à ses équipiers :
    - Restez en formation serrée… Nous devons nous attendre à amerrir… Dès que l’un d’entre vous aura moins de 40 litres de fuel dans ses réservoirs, on descendra tous ensemble.
    Les stations radio arrivent à estimer la position du vol 19 dans un rayon de 60 kilomètres autour du point 29° Nord et 79° Ouest. Les 5 Avenger sont certainement au nord des Bahamas, et bien loin des côtes de la Floride. Mais les mauvaises transmissions radio ne permettent pas de fournir ces informations à l’équipage. A 19:04, un faible message radio est entendu :
    - FT…FT
    Seul l’indicatif est reconnaissable dans le message. C’est la dernière transmission radio du vol 19 entendu. Les avions avaient du carburant pour voler jusqu’à 20 :00. Ensuite, il se sont probablement abîmés à l’Est des côte de la Floride, ont été engloutis par les vagues et envoyer par le fond en quelques secondes.""

    Toutes les vastes recherches entreprises par des bâtiments de surface et les avions pour les retrouver menées jusqu'au soir du 10 décembre 1945 ont échouées, rien n'a permis de localiser l'endroit exact de la disparition du vol 19, ni retrouver la moindre épave. Les recherches ont été abandonnées tant la mer était mauvaise. Il est supposé qu'ils se sont abîmés quelque part à l'Est de la péninsule de Floride.
    Les conclusions de l’enquête
    L’enquête montre que la cause de la disparition du vol 19 serait liée au lieutenant Taylor, qui, se croyant au dessus des Keys alors que sa formation survolait des îles Bahamas, aurait pris un cap l’amenant en pleine mer, loin des côtes de la Floride. L’enquête rappelle que le lieutenant Taylor, un excellent pilote de combat, avait tendance à voler à l’intuition et s’était déjà perdu. Il avait même déjà du se poser en pleine mer et être secouru.

    Mais à la demande de la mère du lieutenant Taylor et en l’absence d’élément probant, le rapport d’enquête conclu que les raisons de la disparition des 5 Avengers sont inconnues.

    Malgré tout, des mystères planent toujours autour de cette disparition :
    Malgré les nombreuses recherches effectuées (non seulement celles effectué après le disparition, mais aussi celles engagé par des enquêteurs au cours des 60 dernières années), aucune trace du Vol 19 n’a été retrouvé
    Pourquoi tous les compas des avions sont-ils tombés en panne ? En effet, parmi les 5 avions, il y avait cinq compas de navigation. Ce serait une invraisemblable coïncidence que tous tombent en panne en même temps !
    Pourquoi le Lieutenant Charles C.Taylor n'avait-il pas sa montre, alors qu'il savait pertinemment qu'il n'y a pas d'horloge dans le cockpit de l'Avenger ? Il sait qu'il a besoin de chronométrer ses temps de vol pour ses calculs de navigation ! Peut-on raisonnablement envisager que le Lieutenant Taylor, un pilote confirmé, responsable de la vie des hommes de sa formation, soit parti en mission sans le plus élémentaire des matériels pour voler ? Pourquoi les élèves pilotes, déjà confirmés puisqu'ils volent seuls, ne sont-ils pas capables de faire une navigation qui est la base élémentaire du pilotage, en qualité d'élèves rien ne les dispensait de faire leur propre navigation en parallèle avec le leader. Avaient-ils tous également oubliés leurs montres ?

    Une disparition le même jour d’un autre appareil dans le même secteur. Un peu moins connu, mais tout aussi mystérieux est la disparition le même jour d’un PBM-5 Martin Mariner dans la zone du triangle des Bermudes.

    Alors qu’il devient évident que le vol 19 était perdu, de nombreux navires et bases aériennes sont mis en alerte. A 19:37, deux hydravions de type PBM-5 Martin Mariner sont envoyés pour retrouver et ramener les 5 Avengers : leur nom de code est Training 32 et Training 49. Les deux appareils décollent de la base navale de Banana River (maintenant nommée Patrick Air Force Base). Training 32 est envoyé plein Est, vers les Bahamas. Training 49 suit les côtes de la Floride quelques minutes avant de prendre un cap Nord-Est, direction le large. Training 49 ne rentrera jamais, et aucun débris ni aucun corps ne seront retrouvé.

    A 19:50, deux navires ont rapporté avoir vu une explosion dans le ciel à l’endroit où était sensé se trouver Training 49, suivie de flammes sur l’océan. Ces informations accréditent la thèse de l’explosion en vol. D’ailleurs, le Martin Mariner (surnommé la citerne volante) était connu pour ses odeurs de vapeurs d’essence qui se répandaient dans le fuselage, et présentait donc un risque d’explosion.

    L’explosion de l’appareil en plein vol pourrait être due à une étincelle dans l’avion, ou avoir été causée par un membre d’équipage essayant d’allumer une cigarette. Mais cet accident pourrait aussi être lié à la présence d’un gaz particulier dans l’atmosphère, déclenchant des explosions d’appareils en vol. Cette théorie est souvent évoquée pour expliquer certaines disparitions au dessus du triangle des Bermudes.



    [​IMG]

    Trait rose : Plan de vol du vol 19.
    Croix rose : Lieu où l'on pense que le vol 19 s'est abîmé.

    Trait jaune : Trajectoire du PBM-5 Martin Mariner (Training 49).
    Croix jaune : Lieu où l'appareil a disparu.​



    Mythes et légendes du Triangle des Bermudes
    Les mythes et légendes proviennent directement de l’imagination et des croyances des humains. Il s’agit parfois de très vieilles histoires qui remontent à la surface du monde moderne parce que l’on a fait une découverte étrange, ou peut-être parce que l’on s’intéresse aujourd’hui un peu plus à ce qu’écrivaient nos anciens. La légende de l’Atlantide existe depuis plus de 2000 ans, sans que personne n’ait pu prouver l’existence de ce monde. Voilà pourquoi après des découvertes étonnantes de plongeurs près des Bermudes, le mystérieux monde de l’Atlantide est parfois évoqué pour expliquer les disparitions d’avions et de navires dans ce secteur.
    Il n’est pas nécessaire de croire à un mythe ou une légende pour comprendre que ces histoires fournissent des détails très intéressants sur la perception qu’a l’homme d’un phénomène inexpliqué ou mal connu. Dans le cas du triangle des Bermudes, le mythe du trou spatio-temporel, par exemple, permet de visualiser à quel point les disparitions d'avions et de navires sont soudaines.

    Les mythes et légendes reflètent également l’angoisse et l’anxiété de l’homme face à des situations incompréhensibles. Ils peuvent aussi évoquer certaines craintes développées par notre société, jusqu’à devenir conspirationistes comme dans le cas du complot gouvernemental.
    Loin de n’être que pure divagation, les mythes et légendes ont souvent des racines réalistes. Parfois, un phénomène qui existe est transposé en un lieu où il n’est pas prouvé qu’il puisse exister. De même, certains fondements peuvent ne pas être admis par la communauté scientifique, mais pas démentis non plus. La présence d’une vie intelligente sur une autre planète est possible, et cette vie a peut-être trouvé le moyen d’atteindre la Terre et occasionnerait quelques troubles près des Bermudes. Qui sait ?


    Théories réalistes du Triangle des Bermudes
    Les théories scientifiques et réalistes pour expliquer les disparitions enregistrées dans le triangle des Bermudes ne manquent pas. Bien que dans quelques catastrophes ont pu être expliquées, il faut quand même constater que personne n’arrive à comprendre vraiment ce qu'il se passe dans ce secteur.

    Certes, la disparition d’un navire ou d’un avion dans les profondeurs de l’océan est beaucoup moins étrange que ne le serait celle d’un train entre deux gares. Et aujourd’hui, il n’est pas recensé de disparition de train ! Mais le nombre de disparitions et leurs caractéristiques (disparitions soudaines et souvent aucune trace retrouvée) soulèvent de nombreuses questions.

    Au vu de la fréquentation aérienne et maritime du secteur, de son relief et de sa météo imprévisible, il ne s’agit peut-être que d’un phénomène statistique ou d’erreurs humaines.

    Mais le Triangle des Bermudes a sans conteste des caractéristiques magnétiques peu communes, qui peuvent perturber les instruments ou faire perdre le nord à un pilote. A quoi sont dues les perturbations magnétiques régulièrement enregistrées ? Et puis phénomène rare sur Terre : dans ce secteur, le nord vrai et le nord magnétique sont alignés.

    Le danger pourrait venir aussi des fonds marins, qui éjecteraient des gaz qui mettraient en péril navires et avions. L’atmosphère pourrait aussi devenir menaçante si elle est proie à l’effet Hutchinson.

    Peut-être faut-il chercher une explication dans plusieurs de ces théories à la fois. Il n’est d’ailleurs pas rare que la cause d’un accident d’avion résulte d'une combinaison de plusieurs facteurs, dont certains sont pourtant très improbables.




    Source :
    http://www.triangle-bermudes.com/index.html
     
  2. alexander

    alexander Weld Azrou Membre du personnel

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    je pense que c est en reponse a dima bella,

    c est tres gentil de ta part gazelle.
     
  3. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Allah ya weddi ! na7no ta7ta l2ichara [22h]
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113

Partager cette page