Le nouveau Betis du 'machote' Luis Fernandez

Discussion dans 'Football' créé par oisis73, 24 Janvier 2007.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Luis Fernandez a changé la mentalité de l'équipe verte et blanche, bien qu'elle soit toujours en zone de relégation. "Avec Irureta, la rencontre face au Barça aurait déjà été perdue", affirme Juanito...

    Le Barça trouvera aujourd’hui à Séville un rival bien différent à celui qui l’aurait attendu le 17 décembre, date initialement prévue de la rencontre si le club azulgrana n’aurait pas disputé le Mondial des clubs au Japon. Il est vrai que le Betis occupe la même place qu’il y a 5 semaines (toujours 18ème, en zone de relégation), mais son moral a changé. Avec Javier Irureta, l’équipe semblait soumise à une dépression avec peu de symptômes d’amélioration. Avec Luis Fernandez il manque encore de la qualité à cet effectif, mais l’optimisme et la confiance des joueurs et dirigeants sont revenus.

    Les relations : l’entraîneur français s’entend bien avec le président Lopera

    Jabo Irureta a démissionné après la victoire du Betis face au Nastic (0-1), lassé de voir son travail sans cesse questionné. L’entraîneur basque n’a jamais été à l’aise avec Manuel Ruiz de Lopera, le polémique propriétaire du Betis. Tout a commencé avec la vente de Joaquin et Oliveira, bien que le président lui ait promis qu’il ne laisserait partir qu’un seul d’entre eux. Il ne lui a pas non plus amené Nené, son souhait principal, et s’est fâché avec Vogel, l’un des meilleurs renforts. Le club lui cherchait un remplaçant depuis le 29 octobre, après être tombé face à Mallorca à Séville (0-1).

    Santini, Hadzibegic, Stoichkov, Lotina et Mané sont des noms qui ont été évoqués avant que Luis Fernandez n’assume cette fonction à la fin de l’année. Avec le machote Luis Fernandez, la joie est revenue. Unique à l’heure de travailler son image et les relations avec les dirigeants, l’entraîneur né à Tarifa et Don Manuel, comme il l’appelle depuis le premier jour, maintiennent une idylle totale. Les rires de sa présentation ont continué avec un discours optimiste. Luis Fernandez semble disposé à avaler n’importe quoi pour continuer à travailler au sein de l’équipe verte et blanche.



    La tactique : Vogel récupère une place dans un système 4-1-4-1

    Comme cela est courant lors d’un changement d’entraîneur, Luis Fernandez a introduit des modifications tactiques. Irureta s’est maintenu fidèle à son 4-2-3-1 et cela aurait été le système face au Barça si la rencontre n’aurait pas été reportée. Luis Fernandez préfère un 4-1-4-1 avec Vogel comme milieu tout proche de la ligne défensive. Le milieu suisse connaissait une relation tendue avec Irureta, qui le maintenait écarté depuis novembre. "Je ne suis pas un chien pour que vous me traitiez ainsi", est parvenu à dire le joueur, qui à présent redevient basique dans l’équipe.

    Le grand perdant suite à l’arrivée du Français est Romero. Le latéral gauche, recruté par Irureta, n’existe pas pour Luis Fernandez, qui mise sur Fernando Vega, un défenseur formé au centre de formation du Sevilla FC. Le replacement de Miguel Angel au poste d’arrière droit est une autre nouveauté, bien qu’aujourd’hui il soit plus probable que ce soit Melli qui tentera de freiner Ronaldinho. Le replacement d’Arzu comme défenseur central a également surpris tout le monde.

    Dans les buts, l’incertitude est maintenue entre Contreras et Doblas, qui semble avoir plus de chances. Les rotations continues et la confiance déposée en Dani, oublié par Irureta, sont d’autres clés de l’arrivée de Luis Fernandez, qui a subi son plus gros revers face à Osasuna (5-1).


    L’attitude : les joueurs sont plus unis et engagés

    Bien que les résultats avec Luis Fernandez en Liga (4 points sur 9 possibles) ne soient pas excellents, l’image du Betis a connu un changement radical. Le laxisme précédait les rencontres de l’équipe andalouse avec Irureta. Les joueurs savaient qu’ils étaient protégés par l’entraîneur et leur engagement sur le terrain était pratiquement nul. L’équipe reflétait une image fidèle de son entraîneur, une équipe bien terne.

    A présent, l’état d’esprit a bien changé. Avec Luis Fernandez presque tous les joueurs ont eu du temps de jeu, entre Liga et Copa. Il manque encore de la qualité à l’équipe, mais les espoirs sont meilleurs. Juanito, le capitaine, explique clairement la métamorphose : "Avec Irureta, la rencontre face au Barça aurait été perdue d’avance. En revanche, à présent nous savons que nous pouvons faire match nul, gagner ou perdre. Avant l’équipe était triste, terne, fracturée. A présent nous sommes plus unis sur le terrain".

    La connexion entre l’entraîneur et l’effectif a changé, chose qui se ressent dans les entraînements. "Nous ne savons pas si Luis est l’entraîneur ou un coéquipier de plus. Presque tout chez lui nous plait, pour ne pas dire tout", commente Capi.


    La Coupe : la qualification face au Real Madrid a regonflé le moral

    Dans une équipe asphyxiée par les mauvais résultats Liga, il n’y a rien de mieux qu’une bonne injection de moral pour aller de l’avant. Le Betis a reçu cette impulsion lors des éliminatoires de huitièmes de finale de la Coupe, où il a éliminé le Real Madrid avec une composition de remplaçants. Cette prouesse a regonflé le moral d’une équipe qui affrontera le bras de fer face aux azulgrana avec l’objectif de rééditer un exploit.

    Le bloc de Luis Fernandez sait que s’il bat le Barça il quittera les postes de relégation avant de recevoir Valence dimanche. "Barcelone et Valence sont candidats au titre de Liga, mais nous ne devons craindre personne sur notre terrain. Il faut être fort, les points sont importants et nous devons en gagner. J’ai déjà perdu de nombreuses rencontres face au Barça car ils ont beaucoup de magie, mais j’en ai également gagné", a commenté hier le préparateur. Avec l’éliminatoire de Coupe face à Séville à l’horizon, le Betis veut gagner aujourd’hui pour faire un pas en avant avec le machote Luis Fernandez.


    www.fcbarcelonaclan.com




    fkhater khay omar ;-)
     

Partager cette page