Le petit enfant de la forêt

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par HANDALA, 30 Octobre 2005.

  1. HANDALA

    HANDALA Bannis

    J'aime reçus:
    91
    Points:
    0
    Le vent souffle, la neige tombe,
    La mer se déchaine,
    Et les oiseaux volent pour échapper au froid.
    Les ours se préparens à s'endormir dans leur petit nid douillet,
    Tandis que le petit orphelin se prépare à mourir au froid,
    Dans le fond d'une forêt froide et obscure.
    Il réussi à se rendre au village une dernière fois,
    afin de revoir ce magasin dont il a tant rêvé au cours de toutes ces années,
    où il a vécu seul, éloigné de tout le monde.
    Son seul souhait serait de passer un beau noël avec une nouvelle famille,
    mais malheureusement, personne n'a jamais voulu de lui.
    Il n'a jamais eu que muichkas sur qui il avait pu compté.
    Muichkas était le seul qu'il aimait.
    Malheureusement, ce n'était qu'un ours en peluche qui était posté dans
    la vitrine du magasin de
    jouet.
    L'enfant savait bien que ce serait son dernier hiver encore vivant,
    car, il n'avait plus de provisions ni la force d'aller en voler au marché
    public.
    Il regarda une dernière fois le magasin et commença à pleurer.
    Pourquoi fallait-il que son seul ami ait été vendu.
    Le seul qui lui donnait le gout de vivre.
    Il jeta un dernier regard à la vitrine et retourna dans les bois,
    où il s'endormit d'un profond sommeil dont il ne revint jamais,
    malgré le vent qui soufflait, la neige qui tombait,
    les oiseaux qui migraient et les ours qui dormaient,
    Le petit enfant était mort gelé et arriva dans un monde où il fut toujours
    heureux
    et où il se trouva plein d'amis.

     
  2. sofia_harvard

    sofia_harvard Citoyen

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    38
    Re : Le petit enfant de la forêt

    :-( c'est triste
     
  3. HANDALA

    HANDALA Bannis

    J'aime reçus:
    91
    Points:
    0
    Re : Le petit enfant de la forêt

    oui c'est triste !!!!!!!
    j'adore m'exprimer en tristesse car elle reveille le cote afectif en l'etre humain
     

Partager cette page