Le premier robot anesthésiste est testé en France

Discussion dans 'Scooooop' créé par فارس السنة, 11 Avril 2008.

  1. فارس السنة

    فارس السنة لا اله الا الله

    J'aime reçus:
    326
    Points:
    83
    [​IMG]
    Un prototype d'automate qui endort et réveille le malade tout seul a été inventé par des médecins de l'hôpital Foch à Suresnes.
    Extraordinaire ! Le Figaro a pu, en exclusivité mondiale, assister au travail quotidien du premier assistant d'anesthésie infatigable, un prototype d'automate chargé par les médecins anesthésistes de piloter en leur présence et sous leur contrôle permanent la descente dans le sommeil et la remontée vers la conscience des opérés. Tout comme un système de pilotage automatique dans un avion, la machine (c'est un système informatique) contrôle le «pilotage» de la profondeur du coma et la lutte contre la douleur de l'opération. Pour le moment, au bloc opératoire de l'hôpital Foch (Suresnes) où les Drs Chazot et Liu peaufinent leurs prototypes, seuls deux salles sur douze sont équipées. Mais les hôpitaux Beaujon, Cochin, la Pitié-Salpêtrière, tout comme les CHU d'Angers, Tours, Besançon, des centres anticancéreux (Marseille, Saint-Cloud, bientôt Toulon), et Berlin, Bruxelles, Nouméa (en tout, 50 investigateurs) participent également à ce projet de recherche biomédicale multicentrique.

    Tout a commencé dans les années 1980, lorsque les anesthésistes se sont aperçus qu'une poignée d'opérés, souvent par insuffisance de dosage, racontaient le déroulement exact de l'opération avec les dialogues des chirurgiens ! (Voir encadré.) Combien ? entre un pour cent et un pour mille. Ce fut d'ailleurs l'objet de plaintes pénales aux États-Unis. À l'inverse, une anesthésie trop profonde (Anesthesiology, 2005) s'associe statistiquement à une surmortalité à un an, quand les doses de produits ont été importantes. Pour le Pr Marc Fischler, qui dirige le département d'anesthésie de l'hôpital Foch, «il fallait sortir du trou noir». Autrement dit, il fallait enfin mesurer directement sur le cerveau, et plus seulement avec les signes cliniques indirects classiques (pression artérielle, rythme cardiaque) la profondeur réelle de l'anesthésie, véritable «cœur du métier» de ces spécialistes.


    Un confort cérébral

    Des moniteurs de l'électroencéphalogramme (EEG) frontal ont été mis au point à la fin des années 1980 par les firmes Ohmeda Datex et Diatek (Lifescan). Aujourd'hui, dans ce robot, une seule électrode capte les ondes complexes produites par le cerveau (ondes rapides de l'éveil, envahissement d'ondes lentes du sommeil, suppression des pics du sommeil profond). L'appareil connecté à l'électrode calcule à partir des fréquences présentes un nombre sans dimension (appelé BIS, pour bi­spectral index) entre 0 et 100 grâce à un algorithme. Zéro, c'est l'absence d'activité cérébrale ; 100, l'éveil conscient. Pour la chirurgie, une anesthésie générale bien conduite réclame d'être entre 40 et 60.


    Plus la dose d'anesthésique utilisée est forte, plus le malade «dort», plus le BIS descend. Mais le BIS peut aussi servir d'alarme : en cas d'embolie gazeuse obstruant les vaisseaux du cerveau, le BIS descend encore. C'est donc un signe du bien-être cérébral pendant l'opération. Améliorant cet outil, les médecins de Foch ont mis au point un automate informatique qui endort et réveille le malade sans intervention humaine. Le malade a donc l'électrode sur le front connecté au moniteur d'EEG qui envoie ses données à un ordinateur portable qui commande à son tour des seringues électriques contenant l'une du Propofol (un hypnotique d'action courte), l'autre du Rémifentanil (un morphinique rapide). Nous avons assisté à «l'induction» d'une anesthésie avec ce robot : comme dans un sous-marin, le «profondimètre» du sommeil descend dès que la séquence est lancée par le médecin d'un clic de souris informatique. Le tracé EEG rejoint sur l'écran la fourchette désirée, la vitesse de débit et la dose de médicaments s'affichent.

    Parallèlement, le capteur de l'activité musculaire spontanée (EMG) affiche une «descente» au fur et à mesure que la seringue électrique injecte le curare paralysant les muscles. Lorsque le malade est totalement relaxé, l'anesthésiste peut introduire dans les voies aériennes supérieures du malade un tube. Il sera branché sur le ventilateur qui va assurer la respiration artificielle pendant l'opération. «Nous sommes les maîtres des machines qui sont nos esclaves», précise le Dr Liu. Il n'existe pour l'instant aucun robot commercial, puisqu'il s'agit d'un projet de recherche biomédicale en cours. Mais les spécialistes sont persuadés que dans cinq ans les robots d'anesthésie auront envahi les blocs opératoires. Libérés de ces tâches de «petites mains» pousse-seringues, les médecins anesthésistes auront plus de disponibilités pendant le take off et l'atterrissage pour la vraie surveillance des signes vitaux, la sécurité du malade, son installation en bonne position. Bref, pour effectuer leur vrai travail de docteur.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/200...er-robot-anesthesiste-est-teste-en-france.php
     
  2. فارس السنة

    فارس السنة لا اله الا الله

    J'aime reçus:
    326
    Points:
    83
    فرنسا تختبر أول إنسان آلي يخدر المرضى

    Version arabe:
    انفردت صحيفة لوفيغارو الفرنسية بنشر خبر اختبار عدد من الأطباء في مستشفى فوش بسيرن في فرنسا لنموذج أولي لإنسان آلي اخترعوه يمكنه تخدير المريض لتمكين الأطباء من إجراء عملية له ومن ثم إعادته إلى الوعي.

    فقد ذكرت الصحيفة أنها تمكنت, بصورة حصرية, من أن تتابع العمل اليومي لأول مخدر مساعد لا يكل, مشيرة إلى أنه إنسان آلي يكلفه أطباء التخدير بإجراء اللازم بحضورهم وتحت إشرافهم الدائم لتنويم المريض شيئا فشيئا ومن ثم جعله تدريجيا يستعيد وعيه.

    ويشبه النظام المتبع نظام القيادة الآلية في الطائرات, فالجهاز الخاضع لنظام إلكتروني يراقب مدى عمق الغيبوبة ومدى نجاح مكافحة آلام العملية.

    وقد بدأ بناء هذا المشروع في ثمانينيات القرن الماضي, عندما لاحظ أطباء التخدير أن عددا من الذين يخضعون للعمليات غالبا ما يحكون تفاصيل كيفية إجراء العملية لهم وربما ما دار بين الجراحين من أحاديث!

    بل إن هذا الأمر أدى لرفع قضايا ضد بعض المستشفيات في الولايات المتحدة, كما أنه ظهر من خلال بعض الدراسات أن الزيادة الكبيرة في جرعة المخدر مسؤولة عن التعجيل سنة على الأقل بوفاة من يتعرضون لها

    http://www.aljazeera.net/NR/exeres/9C783461-248B-4BA1-BDF2-0DBCF97269FD.htm
     

Partager cette page