Le projet vise la consécration de la gouvernance locale

Discussion dans 'Info du bled' créé par fax02, 12 Juillet 2008.

  1. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    [​IMG]

    Dans un entretien diffusé jeudi soir par la première chaîne de télévision nationale, M. Benmoussa a souligné que les collectivités locales jouissent d'un champ de compétence élargi pour répondre aux besoins de la population en matière d'équipements de base et de services publics, mettant l'accent sur les efforts déployés durant les dernières années en vue d'améliorer les moyens des collectivités locales et d'accélérer le rythme du développement local.
    La ministre, qui a toutefois relevé la nécessité de dépasser certains dysfonctionnements révélés au niveau de la pratique, a souligné que le projet d'amendement de la charte communale vise à mettre en place un cadre pour transcender ces problèmes à travers la réalisation de quatre objectifs essentiels.


    Le premier objectif, a-t-il expliqué, tend à développer le système de la gouvernance locale et à clarifier les rôles des organes responsables dans chaque commune, tant sur le plan des instances exécutives qu'à celui du conseil, outre l'amélioration de la transparence et du contrôle au sein du conseil, alors que le deuxième objectif consiste à consacrer le système de l'unité de la ville et à créer les conditions de concordance et de complémentarité entre les conseils de la ville et des arrondissements. Le troisième objectif, a-t-il poursuivi, vise à améliorer l'efficacité et le professionnalisme de l'administration locale, tandis que le quatrième ambitionne de créer de nouveaux mécanismes en vue d'améliorer la gestion et la qualité des services publics.

    M. Benmoussa a, en outre, estimé que cet amendement de la charte communale constitue "un pas fondamental pour une réforme globale de la chose locale", en ce sens qu'il définit un cadre légal et ouvre la perspective de nouvelles réformes, tant sur le plan de la fiscalité, des finances locales, de la gestion du foncier ou du renforcement de l'administration locale. "Nous sommes en train d'élaborer le projet d'adaptation du découpage électoral qui prend en compte toutes les évolutions qu'a connues le pays durant les dernières années au niveaux démographique, social et économique", a-t-il dit dans ce sens, faisant savoir que ce projet sera présenté dans les prochains jours dans le cadre d'une rencontre nationale qui se tiendra à Rabat.

    Et d'ajouter: "Nous avons choisi une approche globale et progressive en même temps afin de capitaliser les acquis que nous avons réalisés en matière de gestion locale et de corriger les dysfonctionnements révélés au niveau de la pratique".
    Toutes ces réformes, a-t-il précisé, s'inscrivent dans le cadre de la préparation des élections communales de 2009 qui seront "une occasion pour révéler des compétences locales à même d'accompagner le processus de développement local".

    Il a, d'autre part, relevé que conformément aux Hautes orientations Royales relatives à la consécration du nouveau concept de l'autorité, il était nécessaire d'opérer une révision radicale des programmes de formation de l'Institut Royal de l'Administration territoriale (IRAT), aussi bien en matière de formation initiale que complémentaire des agents d'autorité. L'objectif, selon le ministre, est d'adapter la formation avec les défis de l'administration territoriale, y compris dans les domaines de la préservation de la sécurité et de la stabilité, de l'écoute et de la proximité avec la population, ou encore de l'accompagnement et d'appui du développement local.
    ---------------------------------------------------------------
    Attributions...
    Lors d'une rencontre, initiée par le groupe du Parti de la justice et du développement (PJD) à la Chambre des représentants, les participants ont indiqué que la pratique quotidienne de la gestion de la chose locale a montré l'existence de nombreuses problématiques, dont l'interférence des attributions dans les villes qui appliquent le système de l'unité de la ville, le poids du pouvoir de tutelle financière, administrative et judiciaire et l'incohérence entre certaines dispositions juridiques. Ils ont aussi mis en exergue l'importance des concertations menées par le ministère de l'Intérieur avec les partis politiques, les élus et les académiciens pour la révision des lois organisant l'action communale afin de parer aux dysfonctionnements relevés aussi bien au niveau de la gestion des services que du système de gouvernance locale.

    Le Matin
     

Partager cette page