Le PSG peut s'en vouloir

Discussion dans 'France' créé par simo160, 21 Septembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]


    Séduisant, le PSG a dû concéder le match nul face à Lyon (1-1) en clôture de la 6e journée. Au Parc des Princes, les Parisiens ont pourtant ouvert le score mais ont cédé une nouvelle fois en fin de match sur un but litigieux de Gomis. L'OL, toujours invaincu grâce notamment à Lloris, est 2e.

    PARIS SG - LYON : 1-1
    Buts : Giuly (29e) pour Paris, Gomis (85e) pour Lyon

    Grégory Coupet avait sans doute imaginé des retrouvailles plus réjouissantes. Pour le gardien parisien, celles vécues dimanche soir lui laisseront forcément un goût amer. Car face à Lyon, le club dont il gardé les cages durant douze saisons, l'ancien international s'est incliné à cinq minutes du coup de sifflet final. L'égalisation de Bafé Gomis (1-1, 85e) était entachée d'un hors jeu évident et d'une faute sur Clément Chantôme. Mais en reprenant à bout portant un centre d'Aly Cissokho prolongé par Lisandro Lopez, l'ancien Stéphanois a offert à l'OL un point, disons-le, assez inespéré. Il permet aux Rhodaniens de reprendre leur deuxième place, abandonnée provisoirement à Marseille. Il prive surtout le PSG d'une troisième victoire en autant de matches au Parc.

    Un Lloris époustouflant

    Face au Mans (3-1) comme face à Lille (3-0), le club de la capitale avait fait trembler les filets à trois reprises. Le public parisien a longtemps cru que le scénario de la saison passée allait se réécrire. Comme l'an dernier, le but Ludovic Giuly (1-0, 29e) avait placé le PSG sur les bons rails. Bien regroupés derrière, les hommes d'Antoine Kombouaré ont étouffé l'OL au milieu de terrain. Sans Sessegnon et Erding, ils se sont surtout créé un nombre incalculable d'occasions. Toutes magistralement annihilées par un Hugo Lloris des grands soirs. Le gardien lyonnais a sorti le grand jeu dès la 1re minute, sur un tir rasant de Clément. Il s'est montré tout aussi impérial sur un coup franc de Ceara, qu'il a dévié sur sa transversale (23e). Ou encore sur un missile de Giuly, qui prenait le chemin de sa lucarne (54e), et une tête aux six mètres de Guillaume Hoarau (68e).


    Dans son duel distance avec son successeur, Coupet a longtemps été mené aux points. En réalité, il n'a pu se mettre en évidence qu'en toute fin de rencontre, lorsque Lisandro s'est enfin décidé à cadrer une frappe (82e). Le réveil de l'Argentin a coïncidé avec celui de l'OL. Ou plus précisément avec l'apparition de Pjanic (57e), qui a immédiatement apporté le peps et le liant dont manquaient cruellement les Gones jusqu'ici. Pendant une heure, Lyon a eu le monopole du cuir. Mais il fut totalement inoffensif pour un PSG remarquablement organisé et terriblement dangereux en contres. Le changement tactique qui a accompagné l'entrée de Gomis n'a pas changé la donne. Jusqu'à cette fameuse 85e minute. Pour la cinquième fois de la saison, Paris a concédé un but dans le dernier quart d'heure. Une mauvaise habitude que Coupet et consorts, désormais 7es, devront gommer au plus vite. Sous peine de tirer un trait sur leurs ambitions européennes.

    LA DECLA : Antoine Kombouaré (entraîneur du PSG)

    "Je n'ai pas grand-chose à reprocher à mes joueurs. On est malheureux parce qu'on prend ce but en fin de match, mais sur le match, il n'y pas grand-chose à dire. En face, il y a eu aussi la performance de Lloris, qui n'est pas en équipe de France pour rien. On aurait dû mettre un 2e but. Lyon s'en tire bien ce soir. Je suis énormément fier de mes joueurs. Il y a un score de parité, on perd deux points, il faudra aller chercher ces deux points de perdus à Lorient. Pour beaucoup de gens, c'était un match référence pour nous, voir ce qu'on peut faire contre une des meilleures équipes de France. Il faut être capable de gagner, c'est l'étape ultérieure."


    Eurosport
     

Partager cette page