Le PSG va à l'essentiel

Discussion dans 'France' créé par simo160, 9 Avril 2012.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]


    Après trois matches sans victoire en L1, le PSG s'est remis dans le droit chemin en battant l'OM (2-1), lors de la 31e journée du Championnat de France. Sans briller, les Parisiens reviennent à hauteur de Montpellier en tête. Dixième défaite toutes compétitions confondues pour Marseille.

    Si la victoire donne raison à celui qui la récolte, le Paris Saint-Germain a eu tout bon, dimanche face à l'Olympique de Marseille. Vainqueur 2-1, le club de la capitale a répondu à Montpellier, vingt-quatre heures après la victoire des Héraultais face à Sochaux (2-1). Les joueurs de Carlo Ancelotti reviennent à hauteur du MHSC en tête de la Ligue 1. Voilà pour le fond. Pour ce qui est de la forme, ce premier succès parisien depuis la 27e journée laisse un petit peu plus songeur. Parce qu'après une entame tonitruante, le club de la capitale s'est arrêté de jouer. Mais a parfaitement réagi après l'égalisation olympienne. L'essentiel était là. Et Paris est allé droit à but face à un OM vaincu pour la dixième fois en onze rencontres.

    Sans véritable avant-centre mais avec une triplette Nene - Pastore - Ménez aux manettes, le Paris Saint-Germain a pris le match par le bon bout. Dominateurs lors de l'entame, les hommes de Carlo Ancelotti ont trouvé la faille sur leur première frappe cadrée, par Ménez. L'international français a finement repris une reprise dévissée de Jallet et battu Mandanda (1-0, 6e). Voilà pour la première période du PSG, qui a décidé (volontairement ou non) de laisser le ballon aux Olympiens. Dans une configuration plus habituelle qu'à Munich, avec Amalfitano à droite, les joueurs de Deschamps ont fait le jeu. Sans trouver la faille et ni être véritablement menaçant, mis à part dans les airs. Et encore...


    Alex, réaction instantanée

    Au retour des vestiaires, la physionomie du match n'a guère évolué. Et quelques minutes après une reprise trop croisée de Nene (56e), André Ayew a remis Marseille à hauteur du club de la capitale. A la réception d'une remise de Loïc Rémy, le Ghanéen a égalisé de la tête, profitant d'un marquage quelque peu élastique d'Alex. Nullement touché, le Brésilien s'est rapidement rattrapé sur un corner de Nene. Souverain dans les airs, Alex a battu Diarra et surtout Mandanda pour donner un avantage définitif à ses coéquipiers (2-1, 61e). L'expulsion de Sissoko, en fin de match, n'a rien changé à l'affaire (86e). Le Paris Saint-Germain reste à hauteur de Montpellier, qui se déplacera mercredi à Marseille. Cela suffit au bonheur de Carlo Ancelotti et de ses ouailles, qui auront une semaine pour reparler de la forme.

    Eurosport
     

Partager cette page