Le Royaume célèbre la Fête de l’Indépendance

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 18 Novembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Le peuple marocain célèbre ce mercredi 18 novembre, l’un des événements majeurs de son histoire contemporaine.
    La Fête de l’Indépendance dont c’est le cinquante quatrième anniversaire, lui offre, à cet effet, l’occasion de se remémorer le contexte historique de cette grande épopée dont l’aboutissement n’a pas été chose aisée, mais plutôt le fruit d’un grand sacrifice et d’une lutte ininterrompue dont le détonateur fut la Révolution du Roi et du Peuple, le 20 août 1953.
    Cet anniversaire nous offre également l’occasion de revisiter ce tournant historique que furent les mois et les semaines qui ont précédé ou suivi la Libération et la mise en place des premiers jalons du Maroc indépendant qui sera d’ores et déjà marqué par sa nature libérale et progressiste, par ses valeurs de pluralisme et de démocratie, par son ouverture et sa tolérance, ainsi que par sa solidarité avec les causes justes et son engagement ferme en leur faveur.
    Le soulèvement qui avait suivi l’exil du Souverain en 1953 était tel qu’il a obligé le gouvernement français à mettre fin au traité du Protectorat et à accorder la pleine souveraineté au Maroc.
    Après qu’il eut engagé des négociations à Antsirabé avec S.M. Mohammed V par l’intermédiaire du général Catroux, Antoine Pinay, président du Conseil français à l’époque, a annoncé, à cet effet, que son pays entendait «donner au Maroc le visage d’un Etat moderne, démocratique et souverain”.
    Ce “visage d’un Etat moderne”, ce sera Mohammed V qui le conférera au pays, balayant du coup les turpitudes de tous les colonialistes et leurs affidés qui s’étaient ligués contre lui lors de la conspiration du 20 août 1953. Après les négociations de Saint-Germain en Laye, et notamment l’entretien du 6 novembre ayant réuni le regretté Souverain avec Antoine Pinay, la libération du Maroc était acquise.
    S.M. Mohammed V pouvait regagner le Royaume. Son retour a eu lieu le 16 novembre 1955. S’ensuivirent trois jours de liesse intense et de ferveur indicible à travers tout le pays.
    Le 18 novembre 1955, jour de la Fête du Trône, Sidi Mohammed Ben Youssef, qui a été intronisé le 18 novembre 1927 a donc célébré la prière du vendredi à la mosquée Hassan à Rabat et y a prononcé le discours du Trône où il a officiellement proclamé l’indépendance du Maroc.
    En ce jour mémorable, Il avait prononcé cette phrase demeurée célèbre : “Nous nous réjouissons de pouvoir annoncer la fin du régime de tutelle et du Protectorat et l’avènement de la liberté et de l’indépendance”.
    “Nous sommes passés de la bataille du petit Jihad à celle du grand Jihad “, a-t-il poursuivi, donnant ainsi le ton: le combat politique contre le Protectorat pour la libération étant achevé, il fallait désormais engager celui du développement, de l’unité nationale, de la mise en place des institutions démocratiques et du parachèvement de notre intégrité territoriale. Il fallait construire un Etat, l’enraciner dans ses valeurs ancestrales que sont l’Islam, la liberté, le progrès, la solidarité avec les peuples, la démocratie et le pluralisme.
    Le premier discours de l’indépendance prononcé par le regretté Souverain devant un peuple en liesse a ainsi engagé la Nation toute entière dans un effort d’édification du Maroc libre, moderne et démocratique pour l’émergence duquel, nombre de résistants et de membres de l’Armée de libération avaient fait le sacrifice suprême.







    Source : libe.ma
     
  2. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    mabrouk 3idkom [22h]
     
  3. maximo-27

    maximo-27 Ghost

    J'aime reçus:
    224
    Points:
    63
    fin saliti salat al 3id [22h]
     
  4. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    f El Pacha allah i9bel [24h]
     
  5. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    La fête de la dépendance
    (Vous pensiez que l’indépendance a été obtenue en 56 ?
    D’après l’Histoire officielle, ce serait plutôt en 55. Bizarre, non ?)



    À en croire Le Matin du Sahara, nous avons fêté, le 18 novembre dernier, le 49ème anniversaire de l’indépendance. Si on calcule, le Maroc aurait donc été indépendant en 1955.
    Cela ne vous semble pas bizarre ? Ce ne serait pas en 1956, plutôt ? Alors, erreur du Matin ? Pas du tout. Ni le "Journal du Palais", ni tous les médias nationaux qui ont donné le même chiffre, ne se sont trompés. Tous, en revanche, ont relayé un maquillage officiel de l’Histoire.

    Aucun scoop, dans cette affirmation. Il suffit de se renseigner pour comprendre. Le 18 novembre 1955, dans la foulée de son retour triomphal d’exil deux jours plus tôt, Mohammed V avait bien discouru d’indépendance devant une foule électrisée. Mais le vrai propos de ce discours était d’annoncer, non pas l’indépendance officielle, mais le démarrage prochain de négociations irréversibles avec la France, en vue de signer un traité d’indépendance en bonne et due forme. Ce qui fut fait 3 mois et demi plus tard, le 2 mars 1956. La voilà, la vraie date de notre indépendance, consignée dans tous les livres d’histoire du monde. Au Maroc, le 2 mars n’est même pas un jour férié - tout juste le nom d’une avenue casablancaise.

    Ce fut Hassan II, qui décida que la "fête de l’indépendance" serait le 18 novembre. Même si on ne commémore, ce jour-là, qu’un discours royal annonçant des négociations chapeautées par le roi. Mais il y en avait eu d’autres, de négociations, plusieurs mois auparavant, en août 1955, plus précisément. Pendant que le roi était à Madagascar, les nationalistes de l’Istiqlal prenaient langue avec Edgar Faure à Aix-les-Bains, et négociaient ferme. Enjeu suprême : le retour d’exil de Mohammed V. Une fois ce retour effectué, tout le reste n’a été que formalités. Il y a bien eu, après le 18 novembre 55, des "négociations royales pour l’indépendance". Mais leur unique but était de formaliser une situation déjà acquise sur le terrain.

    Tout cela pour dire quoi ? Cette petite vérité, toute simple : l’indépendance, la vraie, a été arrachée par les nationalistes, en l’absence du roi. Pendant les années de lutte, Mohammed V était, certes, une icône populaire. Mais concrètement, il n’était qu’un allié (précieux, quoique discret) des nationalistes. Et certainement pas leur "chef politique", comme le prétend Le Matin, référence incontestable en matière d’histoire officielle.

    Moralité : ce n’est pas notre indépendance à l’égard de la France, que nous fêtons le 18 novembre, mais plutôt notre dépendance à l’égard de la monarchie. Reconnaissons-le, le peuple marocain entérine cette dépendance de bon gré. Aidé tout de même en cela par un message subliminal, auquel nous sommes shootés tous les jours via Le Matin et le système qu’il représente : le Palais était, est, et restera l’unique héros de ce pays. Sans aller jusqu’à lui contester son héroïsme (hacha !), le Palais gagnerait tout de même à laisser d’autres héros émerger, et s’activer un peu. Vu le désolant stand-by actuel, on en aurait bien besoin…


    http://www.telquel-online.com/151/edito_151.shtml
     

Partager cette page