Le transport collectif de Casablanca pâtit d’une perte continue du marché

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 22 Août 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Les Casablancais font de moins en moins recours au transport collectif à l’intérieur de la capitale économique du Royaume qui pâtit de l’absence d’une vision volontariste du développement de ce secteur, relève une étude sur le plan de déplacement urbain à Casablanca.

    Ce constat s’explique notamment par un recul du transport collectif qui assurait 14 pc des déplacements en 2004 contre 18 pc en 1976, précise l’étude réalisée pour le compte de la Wilaya.

    Cette étude préconise, par ailleurs, une batterie de mesures pour remédier à cette situation, citant particulièrement dans ce cadre l’accroissement de l’offre des transports collectifs.


    "Les diagnostics des carrefours ont révélé que les types de contrôleurs de feux de signalisation sont d’une technologie dépassée", fait remarquer l’étude, relevant une absence des feux destinés aux piétons et un manque de coordination de feux sur les grands axes routiers.

    Le diagnostic général du secteur des transports collectifs dressé par l’étude met l’accent sur une motorisation grandissante ayant un impact négatif sur la voirie, la circulation, ainsi que sur le manque de coordination entre les secteurs de l’urbanisme et du transport et d’une politique de stationnement.

    Selon cette étude, il est grand temps d’oeuvrer à répartir le réseau entre concessionnaires et M’dina Bus, réorganiser les taxis pour promouvoir les transports collectifs, mettre en oeuvre la politique de maîtrise des déplacements et améliorer la gestion des feux.

    L’étude, qui appelle à redéfinir le rôle de l’Office national des chemins de fer (ONCF), plaide en faveur de la création d’une Autorité régionale organisatrice des transports.


    L'opinion
     

Partager cette page