Le voyage intérieur de mon iPad

Discussion dans 'High tec' créé par mejihad, 6 Avril 2010.

  1. mejihad

    mejihad ... بوكرش و ودادي على

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    [​IMG]



    Jour 1:
    Miami, samedi 3 avril, c’est le grand jour. J’attends la livraison de mon iPad. J’ai vérifié sur le Web et UPS confirme qu’il le livrera avant la fin de la journée. Je descends, occasionnellement, dans le hall d’entrée de l’immeuble pour me rassurer.
    Je suis prêt! J’ai téléchargé les nombreuses applications que j’installerai sur mon appareil. iTunes les classe en trois catégories selon qu’elles fonctionnent à la fois sur mon iPod et sur l’iPad, une majorité a été conçue pour mon iPod, et finalement certaines sont spécifiquement adaptées pour mon nouveau gadget.
    J’ai aussi listé celles que je téléchargerai dès qu’elles seront offertes pour l’iPad. J’espère, pour bientôt, la nouvelle version de Sling Player qui me branche, partout dans le monde, sur mon câblodistributeur pour voir mes deux émissions favorites : le hockey, « On n’est pas couché, avec Laurent Ruquier ».
    J’ai avidement lu sur Internet les multiples chroniques qui traitent de l’iPad et je me suis fait un plan d’action qui me permettra de rapidement profiter de ma tablette.
    Enfin, je vais dès que possible, télécharger ma bibliothèque de livres électroniques. Ma conjointe attend ce moment pour s’emparer de mon iPad. Je suis soulagé, plus nécessaire de transporter les quarante livres qu’elle lit durant notre voyage annuel en Floride, où la littérature française n’est pas facilement accessible.
    14 h 20, je descend rapidement prendre possession de ma livraison. Je vous quitte et vous raconte la suite…demain

    Jour 2:
    Ma conjointe descend à la plage pendant que je déballe le cadeau. J’ai acheté le modèle de base — Wi-Fi avec disque à mémoire flash de 16 Go. J’ai simplement ajouté comme équipement supplémentaire : Le Dock iPad qui sera livré dans quelques jours. Je m’empare de mon iPad, je le touche et le retouche — quel plaisir; je le sens — comme du neuf; je le regarde — j’admire. Je suis impressionné par sa finesse et sa légèreté. Soudain, je crains, par mégarde, de le laisser tomber et de voir la vitre se fracasser sur les tuiles de céramiques du sol. Je respire, cela ressemble à ma vie : la crainte du futur. Je prends une grande respiration et je souhaite la bienvenue à ma nouvelle peur. Je me sens mieux, je profite de l’instant de joie et de mon acquisition. Déjà, mon iPad semble m’adopter.
    Je fouille attentivement dans la boite et j’y trouve un câble connecteur Dock vers USB et un adaptateur secteur 10 W. Est-ce tout? Je suis soulagé — tout sera simple. Le câble permettra de synchroniser l’iPad avec mon ordinateur puis l’adaptateur secteur (version miniaturisée de celui de mon MacBook Pro), me libérera de mon portable.


    Séance tenante, je le branche sur mon Mac Book. iTunes le reconnaît et affiche le nouveau périphérique comme pour mon iPod : même environnement familier, mêmes questions. Je suis rassuré, je respire profondément et réponds sans vraiment lire (la vie est si courte), à la majorité des questions. Le processus est simple; je dispose d’un compte Mobile.me.

    Jour 3:


    [​IMG]
    Ce matin, avec une amie, nous entrons dans un restaurant pour y prendre le petit déjeuner. J’ai apporté mon iPad. Les regards se tournent vers moi — je le pense. En fait, personne ne me prête attention, ils ont uniquement les yeux rivés sur « BIJOU ». Deux serveurs s’approchent rapidement de notre table et me questionnent poliment sans écouter mes réponses. Ils veulent voir, toucher, essayer… Quelques doigts pointent en notre direction: le petit nouveau fait son effet.
    Le repas terminé, je retourne à la maison — un peu plus seul.
    Je recherchais, en premier lieu, un lecteur de livre numérique. Depuis mars 2009, je lis les livres de ma bibliothèque Kindle sur mon iPod et sur mon ordinateur — Kindle pour PC. Depuis la sortie de la version Mac, j’utilise mon MacBook.
    Toutefois, j’avais vraiment hâte de pouvoir relire ces trente-quatre livres sur un appareil digne de ce nom. L’iPad répond à mes attentes.
    Il faut recourir à l’application Kindle pour lire ce que j’ai acheté sur Amazon.
    J’ai installé sur mon iPad, l’application officielle iBook; elle donne accès à la bibliothèque de livres numériques de l’Apple Store où rien n’est gratuit. Où sont les milliers de livres en format ePub du domaine public? Pour les francophones, c’est encore plus décevant : rien!
    Ma conjointe va me faire la moue! J’ai donc mené quelques recherches sur le Web et voici quelques suggestions.
    J’ai recherché des diffuseurs de livres en format ePub (gratis) ou autre format compatible avec l’iPad. Je n’ai pas repéré d’offres intéressantes dans le monde francophone, mais les anglophones proposent quelques sites valables.Il suffit de télécharger les fichiers qui vous intéressent et les ouvrir avec iTunes. iBook les reconnaîtra et les téléchargera sur votre iPad. Vous aimez les auteurs classiques, vous serez heureux.
    Certains diront que la grande bibliothèque de Google dispose de milliers de livres francophones. Vrai! Armez-vous de patience pour vous retrouver dans ce qu’on propose aux francophones.
    Ma conjointe voulait relire ses classiques, je suis bien servi pour rembourser mon iPad.
    Bien entendu, les distributeurs de produits culturels tels la FNAC, Amazon.fr, Alapage ou Archambault au Québec offrent en ligne des titres en format ePub.
    Ce soir, nous avons dîné au restaurant-bistrot et la serveuse n’a pas même daigné regarder « BIJOU ».

    source: jour1, jour2, jour3
     

Partager cette page