Les étudiants marocains de Montpellier dans les filets de la justice

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 3 Octobre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Le procès des trois Marocains Hamid Bach, Youssef Boussag et Réda Barazzouk et du Franco- algérien Amine Liassine s’est ouvert mercredi 1er octobre 2008 devant la 14e Chambre du tribunal correctionnel de Paris.
    Le procès, qui s’étalera sur deux semaines, portera sur les activités terroristes des mis en cause vivant à Montpellier, accusés d’avoir mis en place entre 2000 et 2005 une filière de recrutement de volontaires jihadistes vers l’Irak. Ils sont également poursuivis pour la préparation d’attentats en Europe ou au Maghreb et d’avoir fabriqué des détonateurs télécommandés à distance. Il s’agit de Hamid Bach, 38 ans, arrêté en 2005, Youssef Bousag, 23 ans et Réda Barazzouk, 26 ans, arrêtés en 2006 qui ont comparu devant le tribunal en détention alors que le Franco- algérien a été déféré en état de liberté.
    Les quatre membres de cette cellule islamiste qui ont été arrêtés suite à des enquêtes de la DST de l’Hexagone encourent jusqu’à dix ans de prison pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».
    Les mis en cause sont des étudiants universitaires et de parents aisés. Arrivé en France en 2002, Barazzouk, dont le père est un homme d’affaires prospère, poursuivait son cursus universitaire professionnalisé en génie électrique et informatique industrielle. Quant à Youssef Boussag, natif de Casablanca, il était étudiant à l’Université de technologie de Troyes, où il était arrivé en septembre 2005 après trois années passées à Montpellier ; il y préparait un diplôme d’ingénieur en génie de l’informatique et en télécommunications.
    Selon le Parquet, cité par l’Agence Reuters, cette cellule islamiste avait des connexions au Maroc où certains membres présumés ont été condamnés par la justice, et en Algérie, où le soutien logistique au GSPC devenu Al-Qiaïda au Maghreb islamique aurait été apporté.
    La même source a indiqué que les investigations de la DST font apparaître que Hamid Bach et Ahmed Liassine se sont rendus en fin 1999, début 2000 à Londres pour rencontrer l’imam Otman Mahmoud, alias Abou Qatada, présenté comme un lieutenant d’Oussama Ben Laden en Europre.
    A souligner que c’est le deuxième procès en France d’une filière irakienne, après celui ayant abouti le 14 mai dernier à la condamnation de six Français et d’un Algérien à des peines de prison ferme de 18 mois à sept ans.



    http://liberation.press.ma/
     

Partager cette page