Les agents généraux continuent de s'opposer au projet d'amendement du code des assurances

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 2 Avril 2014.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Les agents généraux continuent de s'opposer au projet d'amendement du code des assurances

    Le texte donne aux courtiers la possibilité d'ouvrir autant de points de vente qu'ils souhaitent et lève l'obligation de l'examen professionnel. Après le décès d'un agent général, le droit de choisir un remplaçant est enlevé aux ayants droit en faveur de la compagnie.
    [​IMG]
    Les agents généraux d’assurance sont très inquiets sur leur devenir. Cette crainte est suscitée par le projet de refonte du code des assurances présenté en juin dernier lors de la réunion de la Commission administration et organisation (CAO), réunissant les professionnels du secteur et la tutelle. «Ce texte favorise clairement les autres canaux de distribution des produits d’assurance, notamment les courtiers», met en garde Jamal Diwany, président de l’Union marocaine des agents généraux (UMAG). Le projet donne, en effet, la possibilité aux courtiers d’ouvrir autant de points de vente qu’ils souhaitent, tout en supprimant l’examen d’accès à la profession. «En plus du fait qu’il encourage une sorte de concurrence déloyale, le projet de texte va à l’encontre des intérêts du consommateur, puisque n’importe qui pourra vendre des produits d’assurance», explique M. Diwany. De plus, selon les agents généraux, si le projet venait à être adopté, il hypothéquerait le sort de centaines d’ayants droit vu qu’il modifie les modalités pour assurer la relève.
    Aujourd’hui, lorsqu’un agent général décède, un délai de 2 ans est accordé aux ayants droit pour déterminer la personne devant le remplacer. Dans le nouveau texte, ce délai est ramené à 2 mois et c’est à la compagnie de choisir la personne qui assurera la relève. «Ce délai est une aberration vu qu’il est trop réduit pour arrêter la situation comptable avec les ayants droit du fait de la confusion des éléments de l’actif et la multitude de détails techniques», précise M.Diwany.

    Par ailleurs, à en croire la profession, le projet n’apporte pas d’éléments nouveaux, notamment en matière d’uniformisation des traités de nomination et de la garantie financière pour l’accès à la profession réclamée depuis longtemps par les agents. «Cette garantie prend tout son sens dans le contexte actuel marqué par la montée des impayés. Elle permet de sécuriser les intérêts mutuels tant de l’agent général que ceux de la compagnie qu’il représente lorsqu’il y a défaillance», insiste M.Diwany.

    Il ajoute que le projet reste silencieux sur la revalorisation du commissionnement. Les agents perçoivent uniquement une commission d’apport rémunérant les nouvelles affaires apportées à la compagnie. «A la différence des courtiers, aucune commission de gestion n’est accordée alors que l’agent, en plus d’apporter une affaire, continue de la gérer pendant toute la durée de la police d’assurance», rappelle-t-on à l’UMAG.

    L’union, qui vient d’achever la tournée des différentes villes pour se concerter avec 380 de ses membres, soumettra au SGG dans deux semaines un mémorandum regroupant ses revendications et observations.


    Cela dit, les agents, dont l’union professionnelle n’est pas reconnue par les assureurs en tant qu’interlocuteur, se disent prêts à se réunir dans un bureau fédéral avec les courtiers, représentés par la FNACAM.
    Naoufel Darif. La Vie éco
    www.lavieeco.com
     
  2. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    koun jate 3lia y7aydou ga3 had les assurances
     
    popo40 aime ça.

Partager cette page