Les arabes 9wadate 3li8om

Discussion dans 'Discussion générale' créé par Brad_Bite, 3 Juin 2005.

  1. Brad_Bite

    Brad_Bite Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Un nouveau racisme en cours celui de ligitimer la présence des juifs marocains et coller etiquette arabe (ou arabophone) à l'islam radical du 19 ème âge, à coller à tout xénophobe berbère à un nationaliste progressite.

    :( il y a des juifs marocains mais pas d'arabes marocains (berbère arabophone) !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Un exemple d'articles haineux :
    La manière dont l'actuel "Président" de la Berbérie centrale (dite "Algérie") défend et impose une langue venue de l'étranger, l'arabe, en prétendant que c'est à cause de la France qu'elle n'a pas été parlée pendant "132 ans" relève d'une vulgarité des plus affligeantes.

    Et d'abord, pourquoi un tel coup bas, s'il était sûr de son fait ?

    Parce que, récemment, il semble que de nombreuses familles aient décidé d'envoyer leurs enfants apprendre plutôt le français (qui descend du latin, parlé et développé par leurs ancêtres comme Apulée et Augustin) dans des lycées privés ; les lycées publics étant de toute façon parasités par des endoctrinés arabo-islamistes ânonnant toujours qu'avant l'arrivée des arabes il n'y avait rien d'autre que l'obscurité et la sauvagerie.

    Le fait qu'il existe en effet des Berbères arabophones descendants, minoritaires, des berbéro-andalous ne signifie pas cependant que leur "arabe" soit comparable avec celui importé d'Arabie Saoudite !

    N'oublions pas que le dit "arabe dialectal" n'existe pas, il s'agit plutôt d'un "parler populaire" comme le dit Kateb Yacine, qui mêle autant de parlers berbères, juifs, andalous, syriens, perses, kurdes, turcs, maltais, romains, avec un mot d'arabe sur dix ; autant dans ces conditions avancer que le français serait du latin populaire ! et qu'il faudrait dans ce cas revenir au latin "pur".

    Sauf que Bouteflika va bien plus loin parce qu'il ne cherche même pas à admettre qu'il pourrait faire de ce parler populaire "algérien" une langue à part entière aux côtés du Berbère et du Français, non, alors que la Suisse a bien trois langues officielles et l'Inde 18 ou 19 ! Il veut combattre autant le parler populaire dit "arabe dialectal" que le français et le berbère, ce qui en dit long sur la volonté d'éradication du passé et du présent berbère dont la diversité est réduite au rang de folklore et de vestiges archéologiques.

    Bouteflika veut en réalité imposer la langue dont s'est servi le nationalisme arabe pour dominer alors que s'il peut être compréhensible qu'un Egyptien parle arabe depuis le temps que ses ancêtres le parle (ce qui est moins vrai du Syrien), il est mensonger de laisser croire qu'il était parlé de façon majoritaire en Afrique du Nord avant l'arrivée des Français.


    De toute façon Bouteflika ne cherche pas à imposer l'arabe parce qu'il aurait été la langue profonde d'un pays qui se serait battu jusqu'à la mort pour la parler sous les Turcs et les Français, ce qui évidemment n'a jamais existé.

    Bouteflika veut imposer l'arabe parce qu'il continue à adorer cette idole, cette chimère raciste qu'est le national-araboislamisme, celui-là même qui a permis à la poignée de voleurs ayant parasité la guerre dite d'Algérie de continuer à faire croire qu'ils se battaient pour une "Algérie algérienne" alors qu'ils roulaient pour le compte de Nasser, de la Syrie, de l'Arabie Saoudite ; ce qui impliquaient d'épurer ethniquement la terre berbère de ses frères juifs et français (maltais, siciliens, corses, espagnols...), frères, parce qu'étant nés sur le sol de Massinissa, d'Hannibal, d'Augustin, de Dihya, ils sont frères de lait, et ceux qui ne veulent pas d'eux doivent partir rejoindre leurs maîtres, là-bas, en Arabie.

    Aussi il faut défendre ces Berbères qui préfèrent renouer avec la langue issue de celle de leurs ancêtres, le français, parce que les Berbères peuvent avoir plusieurs langues, plusieurs religions...ou aucune (ce qui ne veut pas dire absence d'éthique évidemment...).

    Il faut en finir avec le mensonge historique de "nos ancêtres les Arabes", singeant si idiotement le "nos ancêtres les Gaulois".

    Par LSA Oulahbib
     

Partager cette page