Les banques marocaines, un vecteur de dévloppement local

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 20 Février 2014.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Les banques marocaines, un vecteur de dévloppement local


    Au Mali, les banques marocaines font désormais partie intégrante du tissu économique. Mieux encore, elles se sont imposées comme des partenaires fiables et incontournables qui contribuent au développement du pays. En répondant aux besoins des entreprises, en finançant des projets structurants, mais aussi de petits projets, elles créent une dynamique vertueuse profitable aux deux parties.
    Ces dernières années, ces banques ont pris un essor considérable au point d’être citées en exemple. En effet, le Mali compte treize banques dont quatre possèdent des participations marocaines (trois sont majoritairement marocaines). «Cinq banques centralisent 70% de l’activité bancaire du Mali : Il s’agit de la BIM sa, Bank of Africa Mali, la Banque nationale de développement agricole, la Banque de développement du Mali et Eco banque. Donc trois banques marocaines sont des plus importantes dans ce pays. À elles seules, BIM sa, la banque de développement du Mali et Bank of Africa représentent à peu près de 45% de l’activité bancaire au Mali», explique Abdelahad Kettani, administrateur directeur général de la BIM sa.
    La contribution des banques marocaines au développement de l’économie malienne se traduit à travers le financement de nombreux chantiers structurants qui répondent à des besoins réels exprimés par les pouvoirs publics, mais aussi par le secteur privé. «La coopération bancaire entre le Maroc et le Mali est exemplaire», estime Mamadou Igo Diarra, directeur général de BOA Mali, une banque qui revendique le financement de 50% du matériel roulant du secteur privé dans ce pays. BOA Mali intervient aussi, selon son DG, dans le secteur agricole à travers l’accompagnement des professionnels souhaitant acquérir des machines, des équipements ou des engrais.
    Pour sa part, la BIM a financé d’importants projets infrastructurels. «Avec le secteur public, BIM sa a financé l’extension du port de Bamako, la construction d’écoles et de routes… Avec le secteur privé, nous avons fait preuve du même engagement. En finançant par exemple la réalisation d’une société de fer à béton, d’écoles et de cliniques», précise M. Kettani. Outre les grands projets, les banques marocaines s’intéressent au volet social, en tenant à soutenir des petits projets qui changent le quotidien de plusieurs Maliens. «Nous tenons à être présentes dans le domaine social à travers l’appui de l’Agence nationale de création des emplois. Dans ce cadre, nous avons accompagné des petits projets au profit des agriculteurs et des taximen».


    source : http://www.lematin.ma/journal/2014/les-banques-marocaines--un-vecteur-de-devloppement-local/197047.html
     

Partager cette page