Les bidonvilles regagnent du terrain

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 11 Novembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    L’éradication des bidonvilles est un grand chantier qui avance à petits pas. Pour accélérer le rythme du relogement, un organisme public spécialement dédié est en phase de création. En attendant, de nouveaux foyers émergent à Casablanca.


    Casablanca, ce ne sont pas les bidonvilles qui manquent. A elle seule, la métropole réunit le tiers de ces foyers d’habitat insalubre du Royaume. En tout, ce sont près de 75.000 ménages casablancais qui vivent au milieu de tas de tôles sans les moindres conditions de vie décentes. Depuis longtemps, de nombreuses actions ont été entreprises pour mettre fin à ce fléau mais ont pratiquement toutes échoué devant l’ampleur du phénomème. Même le programme national «Villes sans bidonvilles», lancé en juillet 2004, n’a pu concerner la ville de Casablanca considérée comme un casse-tête.
    Le ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme a préféré s’attaquer à cet énorme chantier en dernier lieu, c’est-à-dire, bien après la signature des conventions-cadres concernant d’autres grandes villes comme Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger qui font partie des 70 villes concernées par ce programme national. Ce n’est que tout dernièrement qu’une approche globale a pu être mise en place. L’objectif est de mettre au point un programme qui prendra en compte l’énormité des besoins, tout en mettant une fin à toute prolifération de l’habitat insalubre. Ainsi, l’éradication des bidonvilles de la capitale économique du Royaume passe par trois tranches. La première, dont le coup d’envoi a été donné par SM le Roi Mohammed VI, s’étale sur la période 2004-2005, concerne quelque 17.500 ménages bidonvillois. Les travaux de construction des différents bâtiments destinés à accueillir ces ménages vont bon train. Le relogement a même commencé pour certains foyers. La deuxième tranche de ce programme spécifique à Casablanca a été lancée en août 2005 et s’est directement inscrite dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Les conventions, qui concernent 34.500 ménages, ont été signées en présence du Souverain. La troisième tranche du programme d’éradication des bidonvilles de Casablanca sera lancée en 2006 et concernera le reste des opérations restées jusque-là à l’écart de la dynamique de relogement et de recasement. Ce méga-chantier nécessitera la bagatelle de 4 milliards de DHS financée conjointement entre le ministère délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme d’un côté et les collectivités locales en plus de la population de l’autre.
    Et pour coordonner l’ensemble de ces opérations, un organisme public, spécialement dédié est en phase de création. Le holding d’aménagement Al Omrane détiendra 49 % du capital de cet organisme qui tournera autour de 20 millions de DHS. Les 51 % restant verront la participation de la CDG, de la BCP du CIH et des collectivités locales concernées. « A Casablanca, le rôle des autorités locales, ministère de l’Intérieur notamment, est primordial pour mener à bien la lutte contre la multiplication des foyers d’habitat insalubre. C’est pour cette raison que nous avons toujours tenu à les associer à toutes les opérations menées dans la métropole », estime le ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, Taoufik Hejira. La mise en place de cet organisme a pour principal objectif de mettre fin à cette complexité de la situation et cette multitude des intervenants qui ont handicapé l’éradication des bidonvilles dans la métropole. Venir à bout de la problématique des bidonvilles suppose une parfaite maîtrise du foncier, du montage financier et d’une mobilisation complète de toutes les institutions concernées. Des conditions qui n’ont pu, pendant longtemps, se réunir. Et malgré toutes les bonnes intentions, le problème persistait toujours. Mais une menace plane dangereusement sur la réussite de cet ambitieux programme, à savoir l’hémorragie de l’habitat insalubre qui continue. Des foyers de bidonvilles s’érigent de jour en jour dans différents quartiers de la capitale économique. « Le rythme d’implantation a certes diminué. Ce ne sont plus les centaines de baraques qui voient le jour chaque semaine. Les contrôles sont effectifs et les autorités beaucoup plus vigilantes. Mais des efforts demeurent insuffisants», expliquent des sources proches du dossier.
    Des bidonvilles qui choisissent, selon ces mêmes sources, de s’installer dans des zones résidentielles. « Il est vrai que les grands bidonvilles connus de Casablanca sont très surveillés. Impossible par exemple d’ajouter une baraque à Douar Thomas, Skouila ou autre. Mais sur des zones qui étaient jusque-là à l’écart de l’habitat insalubre, des terrains vides en plein centre de la capitale économique, de nouvelles baraques en tôles se construisent », estiment-elles.


    AUJOURDHUI
     
  2. Friend

    Friend Bannis

    J'aime reçus:
    24
    Points:
    0
    Re : Les bidonvilles regagnent du terrain

    Bidons villes ou responsables bidon ???
     
  3. cavalier

    cavalier Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Les bidonvilles regagnent du terrain

    @ Friend : c plutôt responsables bidon,

    mauvaise politique de developpement tout simplement

    au lieu de donner des aides financières, il vaut mieux changer la situation de ces gens en leurs offrant des emplois et en encouragant les entreperises a créer des emlois. comme ça les menages seront autonomes et ils pourront se procurer tt les biens dont ils ont besoin. et donc leurs niveau de vie va augmenter-->leur consomation va augmenter --> les entreprises vont se developper --> ils vont payer plus d'impôts --> l'Etat a son tour va avoir d'avantage de reçettes --> augmentation du PIB et ainsi de suite

    d'abord pour qu'une telle decision soit prise il faut que tt les reponsables soient des gens bien Formés
    mais vous savez kel est le vrai problème de notre pays? : c LA FORMATION (ATTA3LIM), je le dit et je repete LA FORMATION LA FORMATION
    packe on avais vraiment une bonne formation au maroc, et si on avais pas un taux d'analphabetisme de 60%, koune gua3ma nkounou f had lhala
    koune kanou hadouk nass li 3aychine f les bidons villes, 9aryine w wa3yine, koune gua3ma yhajrou l mdina, packe on é pas un pays industrialisé et donc ils n'ont rien a foutre en ville, et d'ailleur ils ne changent leurs situations qu'au pire
    w koune kanou hadouk les responsables bien formés dans le domaine qu'ils occupent, je dis bien qu'ils occupent, pack'il y en a qui sont formé mais dans un autre domaine qui n'a aucune relation. ya3ni arrajoul al mounasib fil makane al mounasib

    bon bref, si vous faite une analyse macroeconomique de s qui s passe dans notre pays, eh ben vous allez trouver que tt les prob sont a l'origine de l'education, la formation, la conscience generale. d'ailleur dine dialna badi b kalimate IKRA2
    wakila khrejt 3al mawdo3, walakine c comme ça que je vois les choses, et je c qu'il y a des gens qui sont d'accord et d'autres non, et j respecte tt les opinion

    enfin, notre pays n'a besoin que d'un ptit nettoyage des cerveau
     
  4. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : Les bidonvilles regagnent du terrain

    Les responsables bidon c’est pas vraiment ce qui manque dans le pays, des infrastructures bidon, une mentalité bidon o zid o zid, la conjoncture actuelle du pays est presque désespérer économiquement et sur le plan social c’est la catastrophe, dans l’attente d’une sécurité social pour les nécessiteux, dans l’attente d’une solution contre cette privatisation qui nous bouffe, mais aussi dans l’attente d’un vraie coup de karcher pour nettoyer nos établissement de la corruption, finalement dans l'attente d'un avenir plus clair, moins sombre devant les générations a venir.
     
  5. stiwtiwa

    stiwtiwa Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Les bidonvilles regagnent du terrain

    il est vrai qu'il est difficile de faire un grand pas avec un taux d'analphabète à 50% , mais il est vrai aussi que ce n'est pas un problème qu'on peut éradiquer du jour au lendemain.
    je pense que nos autorités en sont conscientes et bcp deffort ont été mis en place pour pousser les gens à se reprendre en main:)
    quand à la création d'emploi, ça serait l'idéal, que tt ces gens là trouv un boulot, qu'ils gagnent du fric, et voilà sachète de jolis maisons, mais bon les équations macro économiques, applicable à la réalité, ça ne donne pas tjr le résultat attendu!!mais c clair que le chomage la pauvreté y est pour qq chose.
    mais bon, pour casablanca, je pense que le cas est vraiment spécial, c plus un problème social que de pauvreté ou de chomage, de prise de conscience comme vs lavez dit.
    ces gens là sont ils ts au chomage?? je ne le pense pas, ils vivent dans la précarité oui, mais c vraiment compliké, et tt les plans mis en place auparavant justement pck la dimension sociale du problème na pa vraiment été cerné.
    parmi les problèmes ka rencontré les gens en cherchant à reloger certaines familles, c k1famille, habitant ds1petite berraka, réclame 3appart!!, on leur donne1appart é concerve malgré tout la berraka, pkoi?? pour gagner du fric, oula dès ke le bruit court de ce douar, va bénéficier de mesures spécifik, on s'y installe pour en bénéficier aussi ( c difficile à croire mais c vraiment la vérite c ouf!!!!!!)
    donc kan les autorités disent qu'ils ont affaire à1vrai casse tête, c1vrai casse tête!!
    c1peu bizar de croire à ces histoires là mais c la vérité!!, c pa le cas général de tt le monde, ça ne veut pas dire ke tt les gens ki y habitent sont à labri du besoin, mais ça démontre juste la dimension sociale du problème, et ke c de distribuer des apprt, leur accorder des financement avantageux é tt ça, c pas tjr la bonne solution, on ne peut pas obliger des gens à changer de mode de vie, on doit leur apprendre à changer de mode de vie.
    certains préfèrent vivre ds la précarité pour gagner de largent, on doit les initier à vivre dans un environnement sain, la propreté et tt ça,
    je sais pas peut être en mettant à leur dispositon des sanitaires, en les sensibilisant, mais les forcer ou juste résoudre le problème par largent, je ne pense pas ke ça résoudra le problème pck c bien+grave ke ça.
    enfin, la meilleure solution bien sur c ke tt le monde soit conscient ds notre pays, k'il y ait une bonne formation à la dispositon de tt lmonde, walakine, hada c1problème de longue haleine, les résultats des mesures entreprises dernièrement ne donneront leur résultat kà kk générations peut être, mais les bidonvilles c à court terme qu'il faut les faire disparaitre:s
    gardons espoir malgré tt, on va y arriver;)
     

Partager cette page