Les comptes et les tendances de compression du personnel de la fonction publique

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 11 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Quelque 38.591 demandes pour le départ volontaire ont été accordées. Près de 95% de ces demandes satisfaites concernent des fonctionnaires âgés de 45 ans et plus. C’est ce qui ressort du dernier bilan publié par le gouvernement au sujet de l’opération de départ volontaire, action considérée comme l’une des principales réformes faites dans l’Administration publique.

    Les plus de 54 ans constituent la tranche d’âge qui a le plus bénéficié de cette mesure avec 16.238 demandes acceptées. Les fonctionnaires âgés de 50 à 54 ans viennent en deuxième position avec 12.423 demandes suivis de ceux qui sont âgés de 45 à 50 ans avec 8.027 demandes satisfaites.
    Le critère de l’ancienneté a été largement pris en considération puisque les fonctionnaires qui disposent de plus de 21 ans d’ancienneté pour les hommes et plus de 15 ans pour les femmes représentent plus de 93% des demandes de départ qui ont été satisfaites.
    Un choix qui constitue effectivement un avantage dans certains secteurs d’activité mais qui dans d’autres représente l’inconvénient de voir l’administration se dégarnir de ses commis les plus expérimentés et perdre un savoir-faire acquis avec les années.
    En matière de répartition par sexe aussi, la disproportion entre hommes et femmes est importante, avec 24.985 hommes et seulement 13.606 pour les femmes de demandes satisfaites.
    En matière de conformité des résultats avec les objectifs annoncés pour le projet de départ volontaire, certaines statistiques ne semblent pas répondre aux prévisions.
    Les données qui illustrent le plus cette tendance sont celles qui concernent la répartition des demandes acceptées par échelle de la Fonction publique.
    L’objectif assigné au projet de réforme qu’est le départ volontaire était de réduire le plus possible les catégories de fonctionnaires des échelles les plus basses et qui représentent le plus gros des effectifs. Il n’en est rien, puisque les statistiques indiquent une proportionnalité quasi parfaite du nombre de partants aux échelles.
    Plus on monte dans les niveaux, plus le nombre de demandes acceptées est important.
    Ainsi, les fonctionnaires (hors échelle) représentent 23,77% des demandes satisfaites, avec 9175 personnes, suivis de l’échelle 10 qui représente près de 16% des demandes satisfaites. En pourcentage, les fonctionnaires de l’échelle 1 ne représentent qu’une proportion insignifiante de 0,26% et 101 candidatures acceptées.
    La logique est plus respectée en matière de classement par département ministériel.
    Le “mammouth”, en l’occurrence le secteur de l’Education nationale, est en tête, et de loin avec pas moins de 33,8% des dossiers qui ont abouti à l’accord pour le départ volontaire. 13047 demandes ont été acceptées.
    Ce département est suivi du secteur de la Sécurité et de l’Intérieur, le premier avec 9% et 3477. Le second vient en 4ème position, après l’Agriculture avec respectivement 2970 (7,7%) et 3464 (8,9%).
    En bas du classement, on retrouve le département du Premier ministre, le secrétariat d’Etat chargé de l’Alphabétisme et l’Education non formelle et le ministère chargé des Relations avec le parlement.
    Dans la comptabilité publiée du départ volontaire, on indique que 50561 demandes ont été présentées, avec un taux d’accord qui atteint 76% et 24% de demandes ont été rejetées.



    LIBERATION
     

Partager cette page