Les cybercafés multiplient astuces et offres spéciales

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 20 Juin 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le fait est là : les cybercafés enregistrent une baisse d'activité en été. Les diverses attractions de la saison estivale rendent en effet les cybernautes plutôt rares. Les propriétaires eux, cherchent à intéresser un maximum de clients.
    « Bienvenue, salle climatisée » ! Il s'agit là de la dernière innovation des propriétaires de cybercafés de Casablanca pour cet été. Avouons-le, l'astuce est bien choisie. Sortir en ville avec cette chaleur relève plus de l'exploit, et une salle climatisée reste la meilleure manière d'attirer la clientèle.



    Pour Mohamed, gérant d'un cybercafé situé en plein centre-ville « C'est vrai que la climatisation joue un rôle pour fidéliser un certain nombre de nos clients qui considèrent que c'est un plus par rapport à d'autres cybercafés. Surtout avec toute cette chaleur! Ils passent ainsi un moment agréable ».

    Pour accrocher les cybernautes casablancais, certains cybercafés ne lésinent donc pas sur les moyens et investissent en climatisation aussi bien qu'en offres «spécial été».

    Pour encourager les jeunes bidaouis à venir en masse aux cybercafés, les propriétaires proposent différentes offres. Certains baissent leurs prix durant la journée et surtout les matinées. Le prix de l'heure peut ainsi passer de 10 DH à 8 ou parfois à 7 DH.

    Mais il faut dire qu'avec les nouvelles offres ADSL, à petit prix, et permettant d'avoir Internet chez soi, les cybercafés ont tout intérêt à faire preuve des idées les plus inventives pour accrocher une clientèle qui se fait de plus en plus rarissime.

    C'est ainsi que certains établissements s'essaient à de nouvelles offres originales. Pour attirer plus de surfeurs, sur le net bien entendu, un cybercafé propose la formule du «Happy Hour » tous les dimanches.

    Ainsi, pour chaque heure passée à naviguer sur Internet, une autre heure est offerte gratuitement. Une manière toute neuve pour charmer les Casablancais les dimanches, jour de plage sans conteste, et les attirer vers les cybercafés plutôt que vers les vagues.

    Une chose reste sûre. En saison estivale, les cybercafés désemplissent de leur clientèle habituelle. Les attractions estivales, surtout dans une ville comme Casablanca, ne manquent pas. Les sorties en plage, les balades entre amis et les voyages constituent autant d'alternatives, beaucoup plus agréables, que de rester rivé à un ordinateur, même si c'est pour naviguer sur le net.

    Mais ces attractions n'étant pas toujours possibles, certains se tournent vers les cybercafés. Pour Mehdi, un jeune homme rencontré dans un cybercafé «parfois, on ne peut pas partir à la plage ou à la piscine, et comme il n'y a rien d'autre à faire, alors je préfère surfer sur le net ! » Au lieu de surfer sur les vagues, ces jeunes casablancais s'évadent ainsi à travers l'Internet. A la plus grande joie des propriétaires des cybercafés.

    Les cybercafés ont aussi pensé à ceux qui passent leurs journées à l'extérieur. Ils ont de ce fait repoussé l'heure de fermeture durant tout l'été jusqu'à tard dans la nuit. Passée la journée à la plage, la petite flânerie sur la corniche, le moment de grande affluence reste sans conteste la soirée.

    Les gérants prolongent alors les heures d'ouverture jusqu'à 23 heures et parfois même jusqu'à minuit.
    Pour le gérant d'un cybercafé « le fait d'ouvrir jusqu'à une heure tardive est le seul moyen de garder nos clients qui venaient durant la journée au cours de l'année et qui, à cause des vacances et des diverses activités qu'ils font en été, préfèrent venir le soir» .

    Un petit tour à travers les cybercafés de Casablanca nous renseigne rapidement sur le profil des cybernautes qui les fréquentent. Ils sont pratiquement tous des jeunes, plus ou moins «branchés», et dont l'activité favorite lors de leur séance Net est le tchat.
    Une autre activité s'ajoute au tchat, il s'agit du téléchargement de la musique. Les tout derniers tubes de l'année sont ainsi écoutés, au plus grand plaisir des internautes… et des cybercafés.

    Hajar Dehhani
    Le Matin



    [Fichier joint supprimé par admin]
     

Partager cette page