Les dégâts de l'alcool au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 27 Juin 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Les Marocains boivent, et les marchands d’alcool s’en mettent plein les poches. La loi, elle, est contradictoire. Un musulman peut exploiter un débit de boissons, mais il lui est interdit d’en vendre aux autres musulmans. Sujet tabou, l’alcool n’est pas cité parmi les causes d’accidents de la route. Or, entre 3% et 11% des accidents sont dus à l’alcool.

    Omar S. a goûté à sa première bière à l’âge de dix-sept ans. Il était encore lycéen. Il a maintenant 26 ans et il est cadre dans une compagnie d’assurances. Il se rappelle encore la saveur amère de cette initiatique gorgée d’alcool. «C’est plus par mimétisme que par envie de boire de l’alcool que j’ai pris cette première bière. Mais, au fil du temps, sans m’en rendre compte, j’ai pris goût à l’alcool, et je ne m’imagine pas, neuf ans après cette première gorgée, ne prenant pas quelques verres après ma journée de travail». Omar siffle jusqu’à 6 ou 7 bières par jour, sauf le dimanche. «Jour de repos biologique», dit-il. Le samedi, avoue-il, il augmente la dose. Il se défonce complètement puisqu’il lui arrive de mélanger bière et alcool fort (whisky ou vodka), et de fumer quelques joints. «C’est la fin de la semaine, on s’éclate, mes copains et moi. Pourquoi ne pas croquer la vie à pleines dents tant qu’on est jeune ? On s’amuse bien ces samedis soirs, filles et garçons». Ils terminent leur cuite dans un night-club. A l’aube, complètement bourrés, ces jeunes rentrent chez eux pour dormir. Par quel moyen de locomotion ? «En voiture, bien sûr», répond Omar, sans aucun complexe. «Et toujours sains et saufs, on n’a jamais eu d’accident».

    Après une nuit à s’imbiber ils rentrent tranquillement chez eux... au volant de leur voiture
    Youssef, si. Il avait vingt-et-un ans en ce 22 avril 2003, une date à jamais gravée dans sa mémoire. Comme Omar et ses copains, ils étaient ce samedi soir cinq amis à carburer dans une boîte de nuit à Mohammédia. Ils quittent le lieu à 2 heures du matin, tous avec une bonne dose d’alcool dans le sang. C’est Adil, étudiant au Canada, venu passer une semaine de vacances avec ses parents, qui conduisait. Une Mercedes 500 SL. Il roulait à 220 km à l’heure ! Il doublait les voitures en slalomant. L’inévitable arriva : un accident mortel. Trois passagers sont tués sur le coup, Youssef s’en est sorti avec quelques fractures, le cinquième, par miracle, avec quelques égratignures. Ils étaient tous jeunes, entre 18 et 29 ans. Trois ans après ce drame, Youssef témoigne : «C’est la première fois que je réalise réellement ce que veut dire l’expression : ça n’arrive pas qu’aux autres. J’en ai tiré la leçon : après avoir bu deux bières seulement, impossible pour moi de prendre le volant».

    Les bars ne désemplissent pas, et il y a aussi le marché noir des «garraba»
    Peut-on déduire de ces deux témoignages que les Marocains, les jeunes en particulier, sont massivement portés sur l’alcool ? Pas plus que dans d’autres sociétés musulmanes, et certainement beaucoup moins que dans nombre de pays européens, à cause de l’interdiction par l’Islam de la consommation de l’alcool. N’empêche, les Marocains boivent : les bars sont remplis, les boîtes de nuit et autres night-clubs ne désemplissent pas les week-ends, les supérettes et les supermarchés qui commercialisent toutes sortes d’alcool (bières, whisky, vodka ou vin…) font leur beurre. Sans parler du marché noir, ces garrabas qui vendent dans les quartiers populaires à tour de bras, sous le manteau, à toute heure de la journée, et même très tard la nuit.

    Les jeunes «biberonneurs» comme Omar et Youssef ne sont pas des cas isolés. Pas mal d’entre eux deviennent accros à la longue et ne peuvent plus se passer de leur dose quotidienne d’alcool, avec son lot d’accidents de la route, de cirrhoses, de rixes, de dépressions et de vies de couples détruites... La liste des méfaits de l’alcool est longue. Si l’on en croit les médecins, il ronge le corps, le cerveau et le psychisme de l’homme. Plus grave : l’alcool est rarement consommé seul par les jeunes. Souvent il est associé à la consommation de psychotropes, de cannabis, ou d’héroïne… «L’alcool est souvent inclus dans une conduite polytoxicomane. On trouve rarement des jeunes qui boivent uniquement de l’alcool», explique le Dr Omar Bettas, psychiatre et professeur au CHU Ibn Rochd de Casablanca. «Généralement, ça commence à l’adolescence. Le jeune commence par la cigarette. Ensuite, il goûte à son premier verre d’alcool, puis vient le haschich», conclut-il.

    La prévention ? un discours moralisateur à forte connotation religieuse
    Y a-t-il des facteurs favorisant la consommation d’alcool par les jeunes ? Le milieu familial, bien entendu, est déterminant, explique le psychiatre : «Lorsque les parents boivent de l’alcool, dit-il, il y a de fortes probabilités que leurs enfants suivent. Il y a le contexte social et psychologique de la personne aussi, qui peut être favorisant. Toujours est-il, la vulnérabilité à l’alcool diffère d’une personne à l’autre. Il y a des personnes qui n’en deviennent jamais dépendants et qui boivent uniquement à l’occasion. Mais il y en a d’autres qui en deviennent tout à fait dépendants. Tout est fonction de la personnalité de l’individu et du contexte dans lequel il vit».
    Les risques d’une consommation précoce d’alcool ? Les accidents de la route, d’abord, partout dans le monde : un taux d'alcoolémie supérieur à 0,5 g/l (environ 3 verres de vin), expliquent les spécialistes, multiplie les risques d'accident par deux ; avec un taux de 1 g/l, le risque est décuplé.

    Les prisons sont pleines de personnes incarcérées pour ivresse publique ou délits aggravés par l’alcool
    Sujet tabou au Maroc, l’alcool est évacué du débat. Jamais les médias officiels, excepté le discours moralisateur à forte connotation religieuse, ne l’abordent pour attirer l’attention sur ses dangers. L’alcool n’est pas toujours cité dans la panoplie des causes des accidents de la route. On invoque l’excès de vitesse, le non-respect du code de la route, la fatigue et le sommeil, la détérioration de l’état mécanique des véhicules, mais peu de place est réservé à l’alcool. Or, constate un officier de police, «les accidents mortels qui surviennent dans les zones urbaines à la fin de la semaine sont souvent dus à des conducteurs jeunes en état d’ivresse avancée. Les contrôles renforcés à la sortie des bars et des boîtes de nuit le week-end sont quasi-inexistants». C’est tout le contraire qui se fait : le contrôle des bars et des boîtes de nuit se fait à l’entrée et non pas à la sortie, pour trier la clientèle, ironise un videur. Quant au contrôle des conducteurs qui prennent le volant en état d’ivresse, il est laissé à la discrétion du policier de la circulation. Or, la loi marocaine est ambiguë sur ce point (voir encadré en page précédente) affirme Abdeljalil Charradou, avocat au barreau de Casablanca. «Le policier ne peut par la seule constatation visuelle ou l’odorat conclure à l’ivresse du conducteur. La dose d’alcool ne peut être mesurée que par une prise de sang ou par l’alcootest, or, aucune indication dans ce sens n’est prévue par la loi marocaine», explique-t-il.

    Quant aux dégâts causés par l’alcoolisation (qu’il s’agisse des jeunes ou des adultes), ils sont incalculables. Comme partout ailleurs, la dépendance à l’alcool varie d’une catégorie sociale à une autre, et sa tolérance est fonction de l’âge et de la constitution de chaque personne. Mais les effets sont partout les mêmes : délinquance, criminalité, drames sociaux… «Les prisons marocaines sont plus occupées par des prisonniers incarcérés pour état d'ivresse publique et manifeste et autres délits aggravés par l'alcool, que pour tout autre motif d'inculpation», confirme M. Rhouma dans son étude. Quant aux accidents de la route, «le facteur alcool, mentionne-t-il, est plus déterminant. Les accidents provoqués en état d'ivresse reconnue dans les statistiques officielles, varieraient entre 3% et 11 % selon les années» (à titre de comparaison, en France, les statistiques parlent de 1/3 des accidents de la route dus à l’alcool). Cela sans parler des autres dégâts sur le corps et l’esprit, comme «la déstructuration de l’architecture du sommeil. Si bien qu’en tant que psychiatres, on est confronté parfois à des troubles psychiatriques sérieux : dépression grave et dépression délirante qui entraîne des comportements agressifs. Auxquels cas, cela nécessite une prise en charge globale aussi bien médicamenteuse que psychothérapique. Les alcooliques chroniques demandent un travail de longue haleine», prévient le Dr Bettas. Si l’alcool est associé à la fête et à la joie de vivre, il y a aussi le revers de la médaille. Question de choix personnel.


    Ce que dit la loi au Maroc
    L’arsenal juridique qui réglemente l’achat et la vente des boissons alcoolisées au Maroc est contradictoire. Si la consommation d’alcool est prohibée par la loi religieuse, malgré quelques controverses doctrinales qui, à travers l’histoire, ont jalonné le débat, elle n’est pas interdite formellement par le droit positif marocain (Mais que dit précisément la loi marocaine sur l’alcool ? Elle stipule que sa vente est licite sous autorisation. Ce qui est illicite, c’est sa vente aux musulmans.). Une personne s’enivrant chez elle ne tombe pas sous le coup de la loi (tout comme le fait de manger pendant Ramadan). Mais le faire sur la voie publique est un délit passible de prison. Les tribunaux traitent quotidiennement des affaires d’ivresse (90 % de dossiers sont liés à l’alcool, note un avocat) et les prisons sont peuplées d’ivrognes arrêtés en flagrant délit. Sans parler des crimes commis sous l’effet de l’alcool, et ils sont nombreux, selon Me Abdeljalil Charradou, avocat au barreau de Casablanca. Crimes pour lesquels les tribunaux condamnent avec des circonstances plutôt aggravantes, «pour couper l’herbe sous les pieds de ceux qui pourraient prétexter l’état d’inconscience pour commettre leurs crimes, sinon on laisserait la porte ouverte à toutes les dérives», explique cet avocat.

    Première contradiction : un musulman a le droit d’avoir un débit de boissons alcoolisées d'après l'arrêté viziriel du 17 juillet 1967, émanant du directeur du Cabinet royal et toujours en vigueur, mais il n’a pas le droit de le servir à ses coreligionnaires. A qui vend-on dans ce cas les millions d’hectolitres de bières et de vin produits par des entreprises comme Sincomar et Brasseries du Maroc, sans parler de tous les alcools importés pour satisfaire la consommation locale (qui va en grandissant) ?

    Deuxième contradiction : un magasin d’alcool sert en toute légalité son produit, mais son acheteur risque d’être embarqué par la police des m½urs à la sortie du magasin pour détention d’un produit vinique.

    Troisième contradiction, soulevée à juste titre par Fouad Rhouma, auteur d’une étude sur l'alcool, intitulée «Statut de l’alcool dans l’imaginaire social des musulmans» (où le cas du Maroc est traité de manière exhaustive). «Hormis les cas d’ivresse manifeste et publique, écrit l’auteur, il n’y a pas d’infraction, aux yeux du législateur. Ainsi un Marocain musulman se trouverait, même en état d’ébriété avancée, protégé à l’intérieur d’un bar, jusqu’au moment où il le quitte pour se trouver exposé au risque d’inculpation pour ivresse manifeste et publique. Le bar serait-il un espace du «h’ram», donc interdit à la fréquentation par des musulmans ou alors, un espace «h’aram», une extraterritorialité dotée d'attributs sacrés d'inviolabilité ?»


    Jaouad Mdidech
    Source - La Vie Eco
     
  2. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    oui la loi marocaine est contradictoire à ce sujet, et ce sont nos jeunes mais aussi notre économie et richesse en potentiel humain qui ont payé le prix puisque ce sont pr la plupart des cas des jeunes bien formés (l'avenir du pays en qlq sorte) qui en pays par leurs vies



    fina8owa L9ant y9ra 8ad l'article [21h]
     
  3. raid785

    raid785 raid785

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    tres beau sujet, walakine bezaf dial nass surtout hadouk ki se vantent en defiant Dieu en se montrant com des grands buveurs d alcool , llah yahdihoum
     
  4. Nietzsche

    Nietzsche Visiteur

    J'aime reçus:
    6
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    achnou ban lika baa l9ant?
     
  5. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    L9ant mamsalich mcha ychouf les accessoires de son bureau f image drôle
     
  6. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    waaaaaaaah ! je me retrouve bcp dans les témoignages de ce jeune Omar : le week end, je me défonce à fond, j'y vais en boîte, je prends le volant et je roule à 180 km/h pour rentrer dormir tranquillement !

    voilà le programme que j'aime le plus : sortir de Rabat vers 21 h; arrivée à marrakech vers minuit, n7a66o 9r3a dl vodka, nderdgou tta n3yaw, on prend la route du retour vers 4 h du mat, et on est sur Rabat vers 7 h (sewlo achara w lordvoldemor ;) )

    problème : c'est moi qui conduit dans l'aller et le retour ! des fois ça m'arrive de ne pas me rappeler de ce qui s'est passé qu'une fois arrivés à Settat, c à d 160 km d'inconscience totale, à part si je me rappelle cris des gens qui sont avec moi : ha lli kaychehhed, ghir kayghawwat. Une fois une fille a commencé à pleurer losqu'elle a vu le compteur à 180 km/h f la route de Benguerir : "aaaaa 7e66ni hnaya ! mazala baghya n3ich ! mazala baghya nchouf mmééééé :-(" w ch7al men wa7d hbat yt9eyya men b3d !!!!

    Je sais, je porte des âmes sous ma resposabilités et c'est le comble dial ttahawwor de consuire bourré mais que faire c'est le goût de l'aventure qui nous pousse à consuire en état d'ivresse ! et pour être franc avec vous : je n'attends que le jour où j'aurais un accident mortel ou très grave où je vais être complètement paralysé moi et les gens avec moi ! entre temps, on en profite !!!!

    sinon, moi je ne suis pas un alcoolo ! voilà mon cas :

    moi je bois de l'alcool bach ncha6, je ne fais de mal à personne : ma 3ammarni ma ddabezt ma 3arba6t (kimma kaygoulou : chrabi n9i) ! donc pourquoi m'en priver ?? la loi est mal faite alors je l'exploite au maximum !

    rah déjà goultha f un autre topic : soit tle9 lle3b, soit 7errmou ! ma kaynch bin w bin ! 7it j'utiliserai toujours les contradictions de cette loi pour m'imbiber !
     
  7. omarigno

    omarigno Visiteur

    J'aime reçus:
    23
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    Pour eclaircir les choses : Omar S qui a donne c temoignages ds l article , rah ouellahma ana [17h]
     
  8. malika_26

    malika_26 Citoyen

    J'aime reçus:
    17
    Points:
    38
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    l walid dyali dima f les accidents et a chaque fois kaygol ana nnit kont brit nbadel had tomobila dar liha rabbi sabba :) la derniere fois t9asmat tomobila 3la jouj ,britou ghir chi marra ifakar fina 7na et kangolha lik 7ta nta a l9ant fakkar f nass li kaybriwk kifach radi tkoun 7althoum men ba3dek aw ila wa93at lik chi 7aja o b9iti f iddihom llah i7fad , ma tansach l i7timal annak drab chi 7ad 7ta howa llah i7fad wi b9a lik sur la conscience 7yatek kolha :( llah inajik lina a khoya o llah ya3fou 3lik .
     
  9. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    3lach bghiti tkhabi ton identite??...rah ana li dert m3ak l'interview [17h]

    @L9ant: kan7ayik dima 3la had sara7a dyalek w nta rak mat7amel lmass2oliya dyal rassek walakeen ila metti f accident (alah ya7fed) kif ma golti, fa matedich dnoub dyal nass li ghadi ykono m3ak 7ta homa. fekker fihom aussi [06c]
     
  10. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Re : Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    c ce que dit tt les alcoolo malheureusement


    en lisant ton commentaire j'ai eu froid ds le dos, non à cause de tes 180km/h mais à cause de la fiéreté que tu affiche et du ton que tu as utilisé ds ton texte
     
  11. omarigno

    omarigno Visiteur

    J'aime reçus:
    23
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    En parlant d alcool et d accidents de la route , je vous invite a voir cette petite video :

    http://www.youtube.com/watch?v=tth9krDtxII

    Chkoun lli chareb ? moul tonbil ouella moul motor ouella ta oua7ed fihoum ? [22h]
     
  12. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    ah non ! je n'en suis pas fier ! c'est juste que j'y trouve un grand plaisir en étant saoul, me je te raconte pas dakchi lli kandem 3lih fach kanfi9 f sba7 ! Je regrette d'avoir conduit en état d'hébriété ! walakin quand je suis en état d'ivresse je ne me rends pas compte, w hadi hya makha6ir ttassa !

    de toute façon ma kaynch ma khter annaka tsog wnta skran : les refléxes kay9lalou, matatb9ach tkhaf, tatn3ess... transfert direct la morgue !

    rah goultha : chi nhar ghadi njibha f rassi, w ghadi ndem 3liha mziaaaaaaaaaan (ila b9it 7ay) surtout ila ddi m3aya d'autres gens ! w de toute façon, deux de mes amis ont fait des accidents en étant saouls : l'un est mort, l'autre souffre d'une paralysie totale, il y a un mois, une parente de mon amie a trouvé la mort elle et son petit ami car il roulait à 200 en état d'hébriété ! donc je sais ce que ça fait !

    ana kangoulha, je suis conscient du fait que boire et conduire, c'est dangereux (7it kayn chi w7din kaygoulou kaywelliw wa3rin f ssogan fach taysekrou : hada khata2 cha2i3 w 3ya9a zayda)

    lmouchkil houwa le plaisir est trop grand ! donc on prend la le risque d'être moutahawwirin au péril de notre vie, mais on profite comme même !

    je sais c'est dur à comprendre mais c'est comme ça !
     
  13. uncles_03

    uncles_03 Touriste

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    18
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    khouya L9ant wach katehdar bessa7 ??!!!

    Arrjou3 llah a khouya !!

    Au lieu d'attendre ce jour, essaies plutôt de t'en priver juste pour voir l'effet que cela fait !!

    & ne me dit pas cela fait aucun effet !! ;)
     
  14. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    hehehehhehe L9ant ollah ta saliti rassek... Chrab f Rabat ohani lwa9t [22h]

    lanaftared anak kenti ghadi bdak l vitesse odkhalti f chi wa7ed a pied !! après lkiti bi 2ana dak lwa7ed men les membres dial wladi bladi... Cheno andiro lik dak sa3a [22h]
     
  15. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    bien sûr a sa7bi ! je sais très bien que conduire en état d'ivresse c'est très dangereux ! alors je prépare psychologiquement au cas où on m'emputerais une jambe ou un bras !

    m'en priver ???? et que ferai-je le samedi soir ??? ntfarraj f sshra dl 2itm ?? nmchi nterkel w corniche m3a l3a2ilat w ndkhoul n3ess ??? c'est pas possible wllaft had le train de vie ! maymkench ma ndir walou ssabt 7it kan9ne6 wila ma dert walou kan6i7 f la routine !! c'est très difficile à khouya !!

    sirou 3ddo f l'assurance :p
     
  16. raja_casa

    raja_casa دمعة و ابتسامة

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    L9ant : ce qui m'étonne, et me met en colère en mm tmps, c que tu semble bien informer des risques qu'il y  en a, quoi ? tu attend la mort ou la paralysie pr changer (je ne le pense pas) déteste-tu ta vie à ce point là?? j'en doute fort, un bon vivant ne l'ai pas en tt cas... quoi de plus significatif dans la vie d'un homme que de voire périr celle de ces proche ?? si ta peine suite à la mort de ton amis, la vue d'un autre paralysé devenu entièrement dépendant de ces proches, un transfert d'un état débordant d'activité à une stagnation totale, si toi tu n'as eu aucun sentiment ni réaction pense à la peine que tu as vu sur les visages de leurs parent et proche.... et pourtant tu continu à faire la mm chose, je n'ose pas parler d'inconscience puisque tu es plus intelligent que ça mais je pense plutôt à un esprit rébellion, si c réellement le plaisir du risque et l'aventure que tu cherche, il y a mille et une façons de de l'obtenir sans mettre la vie des autres en danger (je ne te parlerais jamais de la tienne :p )

    et puis je me souviens de ton sujet sur la cigarette, tu disais connaître le risque de la cigarette mais en mm tmps que le fait qu'on vous en parle te met en colère c après avoir arrêter de fumer et que tu as goûté ax plaisir d'une vie saine que tu t'es rappelé ttes ces conseils auxquels tu fermais tes oreilles avant... ne fais pas la même chose
     
  17. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    je ne crois pas qu'il judicieux de comparer la cigarette à l'alcool :

    - quant on fume, on ne peut pas avoir une idée comment va être la qualité de la vie sans cigarette, parce qu'on fume tout le temps !

    - par contre, je sais ce que c'est ne pas boire le samedi soir, ça m'arrive des fois !! w kimma guelt ma kanl9a mendir w impossible nb9a gualess f ddar wlla ndir tta 2ana b7al "l3a2ilat" : ns8er 9ddam tlfaza wlla nmchi nt3echa f l3rjat wlla ntserkal w corniche !!! c'est hyper chiant

    pour revenir à l'idée du début, tah kimma guelt, puisque je peux pas arrêter et tout en sachant pértinnement que conduire sekrane comporte des risques énormes, je me prépare psychologiquement à un tel sinistre pour ne pas sombrer dans la dépréssion une fois paralysé ou emputé d'un membre !!
     
  18. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    L9ant wa la réputation dialek mrawena hnaya akhouya, gha kaykon chi sujet 3la Chrab ola 3la el 3ahirate nta lawel kay3ayto 3lik...

    Sir chof lik chi 7al [22h]
     
  19. uncles_03

    uncles_03 Touriste

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    18
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    Psychologiquement.. c'est toute une alchimie : et franchement khouya je serais pas pas sûr (mm préparé psychologiquement) de ma réaction une fois ma jambe emputée (Allah yehfed) & surtout du regard de pitié lancé par les autres (crois moi ca ce serait très difficile aussi) !!

    Il y a une solution pour le Samedi Soir :

    Si t pas très chaud pour le lire le Coran et prier Dieu de t'aider à te débarasser de l'alcool, au moins tâche de prendre soin de ta guitare (je t'ai vu une fois uploader un truc dans ce sens) pour faire une sorte de répétition avec les copains et pkoi pas réaliser une autre chanson ; au moins ca t'éviterait d'avoir des responsabilités/morts sur la conscience.

    Khouya, rah c pas pour jouer le malin ou te faire la morale je sais que tu "assumes" .. mais est-ce que tu assures ?? (penses aux copains qui sont morts de la mm manière & qui sont navrés de te voir tomber dans le mm piège)

    Mais, je sais pas si, vraiment, tu réalises (consciemment) la gravité de tes propos envers ta personne ... c choquant !!

    [21h]
     
  20. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Les dégâts de l'alcool au Maroc

    je trouve que c vraiment stupide de conduire en etant ivre, nnas lli taycherbo dima mataysougouch... ya tjrs qlq´un qui n´a pas ou pas trop bu et qui peut conduire

    wa7d sou2al l L9ant 7int 3aref fach katcherb maba9ich kat3erf ach kaddir walakin men rabat l merrakech o walo chi bollissi weguefk ??

    Ana kent ghi dayz..
     

Partager cette page