Les Editions Gallimard ouvrent aussi un chapitre judiciaire contre Google Books

Discussion dans 'High tec' créé par mejihad, 4 Avril 2010.

  1. mejihad

    mejihad ... بوكرش و ودادي على

    J'aime reçus:
    230
    Points:
    63
    [​IMG]
    Antoine Gallimard s'apprêterait à assigner Google pour le présumé "piratage sauvage" effectué avec son service de recherche de livres numérisés. La liste des éditeurs plaignants s'allonge...


    Les Editions Gallimard compte aussi poursuivre Google Books. Son patron Antoine Gallimard a confirmé l’information diffusée par Les Echos dans son édition en date du 31 mars.
    Trois autres éditeurs pourraient entamer une démarche similaire devant la justice : les Editions Albin Michel, Flammarion et Eyrolles.
    Les grands noms de l’édition français ont du mal à s’adapter au service de numérisation des livres de Google qui lui servira de fondement pour créer la plus grande libraire sur Internet. Et pour cause, Google ne prendrait pas précaution en effectuant “une numérisation sauvage”.
    A l’occasion du Salon du Livre de Paris qui fermait ses portes aujourd’hui, Antoine Gallimard a évoqué 12 millions d’ouvrages numérisés en six ans sans l’autorisation des maisons d’édition et des ayants-droit.
    Les procédures risquent donc de s’accumuler pour Google Books…à moins qu’il ne s’agisse d’une manoeuvre d’intimidation de la part des maisons d’édition pour pousser Google à la négociation.
    Pour le moment, c’est le monde de l’édition dans l’Hexagone qui marque des points.
    Le 18 décembre, le tribunal de grande instance de Paris a rendu une décision favorable aux Editions La Martinière et le Syndicat national de l’édition (SNE) en condamnant Google pour contrefaçon. Depuis, le groupe Internet a annoncé son intention de faire appel.
    Début mars, alors que le Salon du Livre se profilait, Google a tenté d’empêcher par voie de justice la publication du jugement du 18 décembre 2009 en arguant qu’elle était “de nature à entraîner des conséquences manifestement excessives à son détriment”. Mais en vain.

    source
     

Partager cette page