Les footballeuses reprennent du service en novembre : Chassez l’improvisation, elle

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 9 Octobre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    La Commission centrale qui gère le football féminin a décidé de lancer le championnat de cette saison au début de novembre prochain. Cette troisième édition de l’histoire de cette catégorie longtemps marginalisée et gérée au masculin se jouera cette saison avec trois poules : le Sud, le Nord et le Centre. Chaque groupe se composera de huit clubs ce qui prouve que ladite commission dont la gestion a toujours été critiquée par la majorité des clubs a encore une fois opté pour l’anarchie et l’improvisation au lieu d’une véritable restructuration du football féminin.
    Par ailleurs, il semble que la fameuse commission fédérale passera l’éponge sur le projet de la création d’une seconde division dans cette catégorie. Il est donc fort probable qu’on assistera à la même mascarade que celle de la saison dernière avec les mêmes bévues, les mêmes guignols et les mêmes manigances. Donc, c’est un nouveau concours qui n’apportera certainement pas du nouveau ni aux clubs, ni au public ni surtout au Onze National féminin qui fera son entrée en lice dans les éliminatoires africaines en mars prochain. Et il est certain que son sort ne sera pas différent de celui des précédentes éliminatoires car celui qui sème l’anarchie et l’improvisation, récolte les défaites et les déboires.
    Pour la forme et pour officialiser la chose, ladite commission appelle les clubs à une réunion le12 octobre courant afin de calmer les esprits et intimider les protestataires. Et surtout éviter les contestations et les tentatives de la création par les clubs d’un cadre plus démocratique et sain sous l’égide de la FRMF mais avec une gestion plus professionnelle et plus rationnelle. Par la même occasion, on s’attend à ce que la fameuse commission annonce les noms du staff technique qui prendra les commandes de l’équipe nationale. Et là tout le monde est d’accord pour dire que l’ancien coach national a démontré ses limites. Mais le comble de la contradiction c’est que lors de la dernière réunion du nouveau bureau fédéral dirigé par A2F, la même commission a reconnu les lacunes telles le manque de structures et d’infrastructures adéquates pour la pratique et l’insuffisance des moyens financiers (et on est toujours à se demander où va l’argent versé par la FIFA pour encourager le foot féminin). La même commission aux faces multiples reconnaît dans le rapport ce qu’elle nie dans la réalité lors des débats avec les clubs. Elle y avoue entre autres devant le bureau fédéral, l’absence de formation à tous les niveaux, le manque de médiatisation du concours et surtout ce qui est grave, le manque de vision et d’objectifs pour les équipes nationales qui ne disposent d’aucun planning sur le moyen et long termes.
    La fameuse commission réclame un délai pour élaborer un nouveau plan d’action en vue d’émanciper le secteur. On ne le répétera jamais assez : il faut mettre les hommes et les femmes qu’il faut à la place qu’il faut.
    La crise du football féminin est avant tout une question de ressources humaines. Cette commission centrale a été longtemps dominée par des personnes qui ne disposaient même pas de sections féminines et parfois pas de clubs. Ce qui est certain, c’est que la gestion du foot féminin s’est faite toujours dans l’improvisation et l’incompétence et il est temps que cela change.
    Avec l’arrivée du nouveau président, on a émis beaucoup d’espoir de changement mais il semble que certains poches de résistances contre l’émancipation de ce secteur existent encore au sein du corps fédéral.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page