Les grèves de la faim en Tunisie sont "démagogiques" selon les autorités

Discussion dans 'Scooooop' créé par A_mir, 20 Octobre 2005.

  1. A_mir

    A_mir les causes perdues...

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    TUNIS (AP) - Les autorités tunisiennes ont qualifié mercredi "d'opération démagogique" la grève de la faim entamée mardi par des dirigeants d'associations et de partis d'opposition, qu'ils accusent de diffamer le gouvernement tunisien.

    Dans un communiqué transmis à l'Associated Press, une source officielle dénonce "ces soi-disant 'grèves de la faim' démonstratives et programmées pour coïncider avec les grands événements nationaux et internationaux", faisant référence au Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) prévu du 16 au 18 novembre à Tunis.

    Le gouvernement accuse les grévistes de "tenter de manipuler l'opinion publique internationale et de falsifier les réalités tunisiennes".

    Les sept grévistes appartiennent à des formations non reconnues à l'exception du chef du Parti démocratique progressiste (PDP), Néjib Chebbi. Ils s'insurgent contre "l'arbitraire" et les "mesures répressives" du pouvoir et réclament plus de libertés.

    Selon le communiqué gouvernemental, le PDP, un parti légalement constitué, "exerce librement ses activités et publie un hebdomadaire paraissant régulièrement et dans lequel ses dirigeants s'expriment librement".


    La source officielle assure qu'en Tunisie, "la liberté d'association est garantie", mettant en avant l'existence "d'un tissu associatif riche de plus de 8500 associations" opérant dans le pays.

    "Les personnes respectueuses des lois et revendiquant la reconnaissance de leurs organisations n'ont pas besoin de manoeuvres médiatico-politiques pour y parvenir. Il leur suffit de suivre la démarche prévue par les textes".

    Les autorités rejettent par ailleurs l'accusation qui leur est imputée au sujet des "pressions exercées sur la presse". "Les journalistes exercent librement leur métier et ne sont soumis à aucune forme de censure", font-elles valoir.

    Elles nient en outre l'existence de prisonniers d'opinion en Tunisie, en allusion aux quelque 500 détenus essentiellement islamistes recensés par les ONG.

    "Ceux qui sont en prison en Tunisie le sont pour avoir commis des crimes ou des délits de droit commun (incitation aux crimes, actes de violence ou de terrorisme) sanctionnés par les codes pénaux de tous les pays", affirme le communiqué.

    Le document cite le cas de l'avocat dissident Mohamed Abbou qui, selon la source officielle, "n'a pas été emprisonné pour ses opinions, mais après avoir été reconnu coupable de coups et blessures volontaires sur la personne d'une consoeur".

    Les autorités tunisiennes se défendent également de réprimer les internautes. Elles soutiennent que les groupes de jeunes condamnés dernièrement, à l'instar de celui de Zarzis, une ville du sud tunisien, sont "des criminels" qui ont utilisé le réseau Internet "pour planifier des attentats terroristes" et ont été "arrêtés en possession de plans d'attaques terroristes et de procédés de fabrication d'explosifs".

    yahoo.fr
     
  2. benaaouiss

    benaaouiss Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Les grèves de la faim en Tunisie sont "démagogiques" selon les autorités

    ils ont conforté leurs pouvoisr au nom du terrorisme.tout le monde ferme les yeux maintenant.
     

Partager cette page