Les grands axes de la stratégie de modernisation de l'administration exposés devant l

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 13 Février 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Rabat - Le ministre délégué chargé de la Modernisation des secteurs publics, M. Mohamed Abbou a exposé devant le Conseil de gouvernement, réuni jeudi à Rabat, les grands axes de la stratégie de modernisation de l'administration marocaine.


    Le ministre a, dans ce sens, indiqué que cette stratégie est initiée dans la perspective d'améliorer le rendement de l'administration marocaine, d'assurer son ancrage à la dynamique du développement économique et social, d'accompagner les chantiers de réforme et de relever les défis dictés par les attentes des citoyens et de l'entreprise, outre les impératifs qu'exige l'ouverture de l'économie nationale et la satisfaction des besoins des usagers du secteur public, a souligné le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Khalid Naciri lors, d'un point de presse à l'issue du Conseil.


    Il a, en outre, fait état des mécanismes susceptibles de promouvoir l'administration, dont la proximité des citoyens à travers la mise en place de guichets de gestion rapide des services et l'adoption du système de permanence dans certains services publics en contact direct avec le citoyen, en plus de la valorisation de la fonction du renseignement et de l'accueil par le biais de l'obligation à créer des unités chargées des relations de l'administration avec le citoyen.

    Le ministre a également soulevé les projets structurants visant la consolidation des fondements de l'administration, en l'occurrence les ressources humaines, les structures d'organisation et les procédures en vigueur, rappelant l'approche adoptée pour la concrétisation de cette stratégie fondée sur le diagnostic des dysfonctionnements sur la base d'une étude de terrain, l'implication des secteurs et des acteurs économiques et sociaux à travers le dialogue social et le sondage d'opinions, outre la capitalisation des expériences modèles à l'échelle nationale, régionale et internationale.

    M. Abbou a, d'autre part, rappelé les derniers mouvements de grève, que le gouvernement déplore, a-t-il dit, en raison de l'absence de motivations objectives, et compte tenu de l'esprit d'ouverture avec lequel le gouvernement avait traité les revendications syndicales lors des rounds du dialogue social.

    La grève est un droit garanti par la Constitution que le gouvernement ne conteste pas, mais qui ne rend nullement caduc le principe du "salaire en contrepartie du travail".

    Source: map.ma
     

Partager cette page