Les médicaments anti-obésité ne sont pas sans risques

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par titima, 20 Novembre 2007.

  1. titima

    titima blanca

    J'aime reçus:
    65
    Points:
    48
    Des médecins danois estiment que la pilule anti-obésité de Sanofi doit être prescrite après un bilan psychologique sérieux, du fait des risques de dépression.


    Le médicament contre l’obésité, efficace et sans effet secondaire, a décidément bien du mal à se profiler à l’horizon. Depuis une quinzaine d’années, la majorité des molécules visant à aider les personnes en surpoids à maigrir se sont toutes, ou presque, révélées induire des effets secondaires non négligeables, voire graves. Aujourd’hui, la revue britannique «The Lancet» publie une étude soulignant que le médicament phare de Sanofi, le ribomanant ou Acomplia, mis sur le marché en Europe il y a quelques mois, mais recalé aux États-Unis par la Food and Drug Administration, n’est pas non plus exempt d’effets secondaires.

    On savait que les complications psychiatriques liées à cette molécule lui avaient valu le veto des autorités américaines. Mais les médecins danois, dans leur article, donnent une évaluation plus précise du risque de dépression et d’anxiété qui serait multiplié par deux avec le médicament. Mercredi, la firme Sanofi avait de surcroît à affronter une class action (plainte collective) aux États-Unis, pour informations trompeuses concernant cette pilule.

    Petite consolation cependant, cette semaine, la Commission eu­ropéenne a donné son aval à ce qu’une étude sur le diabète soulignant les effets métaboliques favorables du ribomanant apparaissent dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP).

    L’enquête publiée aujourd’hui repose sur l’analyse des quatre essais cliniques comparant les effets de 20 milligrammes par jour de ribomanant à un placebo sur 4 105 patients souffrant d’obésité. Leurs résultats montrent que ceux ayant pris le médicament actif ont, au bout d’un an de traitement, 4,7 kilogrammes de moins en moyenne que ceux qui n’ont eu que le placebo.

    Conditions très rigoureuses

    En revanche, les personnes pre­nant la molécule active ont été deux fois et demie plus nombreuses à arrêter le traitement du fait de troubles dépressifs que celles sous placebo. De même, trois fois plus de patients ont cessé le traitement actif du fait de troubles anxieux par rapport à ceux sous placebo. Ces résultats sont d’autant plus significatifs que dans ces études les personnes souffrant de troubles anxio-dépressifs ont été exclues.

    Chaque médicament actif a ses revers. L’objectif de toute thérapeutique est que le rapport entre les ­bé­néfices et les effets secon­daires reste favorable. S’agissant d’af­fections graves, certains risques appa­rais­sent acceptables.

    Ainsi, l’Agence eu­ropéenne du médicament a accepté de commercialiser le Ribomanant dans des conditions très rigoureuses. Uniquement pour le traitement de patients obèses avec un indice de masse corporelle (poids en kilos divisé par la taille en mètre au carré) supérieur à 30 (ou à 27 en cas de diabète associé). Enfin, il est contre-indiqué en cas de dépression ou de traitement par antidépresseur. Il n’est destiné en aucun cas aux personnes souhaitant perdre quelques kilos pour des raisons strictement esthétiques.
     
    1 personne aime cela.

Partager cette page