Les pêcheurs espagnols manifestent contre le récif de Gibraltar

Discussion dans 'Info du monde' créé par titegazelle, 19 Août 2013.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Les pêcheurs espagnols manifestent
    contre le récif de Gibraltar
    [​IMG]


    Des dizaines de bateaux de pêcheurs espagnols se sont rassemblés dimanche face à Gibraltar pour protester contre la construction lancée par l'enclave britannique d'un récif artificiel qui a réveillé les tensions diplomatiques entre Londres et Madrid.

    Sous un fort contrôle policier, 38 bateaux de pêcheurs espagnols ont mis le cap en début de matinée vers les 70 blocs en béton du récif qui, accusent-ils, les prive de l'un de leurs meilleurs viviers.

    Sur fond de tensions diplomatiques, un porte-hélicoptères militaire britannique a fait escale dimanche dans un port du sud de l'Espagne avec l'accord des autorités du pays tandis qu'un autre navire de guerre britannique devait arriver à Gibraltar lundi dans le cadre d'exercices militaires prévus.

    Agitant des drapeaux espagnols, portant pour certains des tee-shirts où l'on pouvait lire "Gibraltar espagnol", des passants ont encouragé les pêcheurs tandis qu'environ 500 manifestants brandissant des drapeaux britanniques et de Gibraltar s'étaient aussi rassemblés sur la rive de l'enclave.

    Encadrée par une demi-douzaine de navires de la Garde civile espagnole, la flotte de pêcheurs s'est approchée des 14 navires de la police de Gibraltar et des autorités britanniques qui les ont empêchés de se concentrer aux abords immédiats du récif.

    Après une heure passée en mer, marquée par un échange d'insultes mais sans incident notable, les pêcheurs espagnols sont rentrés au port.

    "Nous voulons simplement envoyer un message à Gibraltar. Nous voulons juste pouvoir pêcher là où nous avons toujours pêché", expliquait Leoncio Fernandez, président de la Confrérie des pêcheurs de La Linea de la Concepcion.

    Les pêcheurs de cette ville, à la frontière avec Gibraltar, et du port proche d'Algeciras se disent très affectés par le récif que les autorités de Gibraltar ont décidé de bâtir le 24 juillet.

    Selon l'enclave britannique, qui n'a pas de flotte de pêche commerciale, le récif permettra aux bancs de poissons de se régénérer.

    La police de Gibraltar a indiqué que la Garde civile espagnole avait travaillé dimanche "en coopération"avec ses agents"pour s'assurer que la manifestation ne serait émaillée d'aucun incident", selon un communiqué du gouvernement du territoire britannique.

    Gibraltar réaffirmait dans le même communiqué que la zone où ont été coulés les blocs de béton "n'était (auparavant) fréquentée que par un bateau" espagnol et n'était pas reconnue comme étant "un terrain de pêche" par le gouvernement régional d'Andalousie.

    Depuis la construction du récif, Gibraltar accuse Madrid d'avoir multiplié les contrôles en représailles, ce qui provoque régulièrement de longues files d'attente à la frontière.


    Le gouvernement espagnol affirme que les contrôles sont obligatoires puisque Gibraltar, comme le Royaume-Uni, n'est pas membre de l'espace Schengen, et nécessaires pour lutter contre la contrebande, notamment de tabac.

    Jugeant au contraire que ces contrôles sont "politiquement motivés", le Premier ministre britannique David Cameron a demandé vendredi à la Commission européenne qu'elle envoie "d'urgence" une équipe d'observateurs à la frontière.

    Avec l'accord du gouvernement espagnol, le porte-hélicoptères HMS Illustrious s'est arrêté dimanche pour une escale technique de plusieurs heures dans la base militaire de Rota, dans le sud de l'Espagne. Il devait repartir pour conduire des exercices militaires prévus de longue date dans la Méditerranée.

    Lundi, un navire de guerre britannique, la frégate HMS Westminster, accompagné de deux bateaux, doit faire escale à Gibraltar pour participer ensuite à ces manœuvres.

    Cédé en 1713 à la Grande-Bretagne, Gibraltar, un territoire de sept kilomètres carrés peuplé de 30.000 habitants situé dans le sud de la péninsule ibérique, est au centre de tensions récurrentes entre Londres et Madrid, qui en revendique la souveraineté.



    Mise à jour : dimanche 18 août 2013 22:00 | Par AFP
    Source : http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/les-pêcheurs-espagnols-manifestent-contre-le-récif-de-gibraltar
     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Gibraltar :
    Madrid veut le retrait du récif avant de discuter



    Sur fond de tension entre Madrid et Londres, l'Espagne a enjoint mardi le Royaume-Uni à retirer un récif artificiel près des côtes de Gibraltar, qu'elle accuse de nuire à l'environnement, afin de faciliter la reprise du dialogue sur ce territoire britannique.

    Dans une tribune publiée mardi sur le site Internet du Wall Street Journal, le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo fustige l'installation le 24 juillet d'un récif de 70 blocs de béton qui empêche l'accès des pêcheurs espagnols à une zone riche en fruits de mer dans les eaux autour de Gibraltar revendiquées par Madrid et Londres.

    Les blocs de béton placés sur les fonds marins "constituent une violation des règles les plus basiques de l'environnement", accuse M. Garcia-Margallo, estimant que ces eaux "comptent pour 25% de l'activité des pêcheurs locaux".

    Affirmant que le récif va à l'encontre des directives européennes sur la protection de l'environnement, le ministère espagnol de l'Agriculture et de l'Environnement a déposé une plainte auprès de la Commission européenne le 31 juillet "contre le déversement incontrôlé de blocs de béton".

    La Commission a annoncé mardi qu'elle commençait l'examen de cette plainte qui, si elle était jugée recevable, pourrait le cas échéant entraîner une procédure d'infraction à l'encontre de Londres.

    Gibraltar affirme pour sa part vouloir, avec le récif, protéger les fonds marins pour qu'ils se régénèrent.

    Depuis la construction du récif, le ton est monté entre Londres et Madrid sur ce territoire stratégique aux portes de l'Afrique et les files d'attente de voitures se sont sporadiquement allongées à la frontière, Gibraltar accusant Madrid d'avoir renforcé les contrôles douaniers en signe de représailles.

    "L'Espagne est prête à reprendre le dialogue. Nous sommes prêts à accepter la création de forums ad hoc dans lesquels d'autres autorités, comme le gouvernement de Gibraltar et le gouvernement régional d'Andalousie, puissent participer concernant des domaines où ils sont compétents", écrit Garcia-Margallo dans sa tribune intitulée "Nous avons besoin de parler de Gibraltar".

    "Mais comme l'a fait remarquer le chef du gouvernement (espagnol) Mariano Rajoy à son homologue (britannique) David Cameron, il est d'abord nécessaire que le Royaume-Uni montre son intention de réparer les dommages déjà causés, en particulier en retirant les blocs de bétons", a-t-il ajouté.

    De son côté, l'organisation écologiste espagnole Ecologistas en Accion accuse Madrid d'utiliser "des argument environnementaux pour justifier le nouveau conflit avec Gibraltar", ajoutant que l'Espagne aussi a construit le même type de récif artificiel au sud de l'Espagne pour permettre aux fonds marins de se régénérer.

    "Il en existe quelques-uns", a reconnu mardi une source du ministère de l'Agriculture, précisant qu'ils visaient à "protéger les espèces marines". "Nous avons tenté d'éviter qu'ils soient très près de la côte pour qu'ils n'abîment pas la quille des bateaux", a-t-elle ajouté.

    L'Espagne, qui a cédé ce petit territoire à l'Angleterre à l'issue d'un conflit militaire en 1713, devenu depuis un territoire abritant une base navale et de renseignement britannique, tente de le récupérer depuis des dizaines d'années et assure que les eaux territoriales lui appartiennent car elles ne figuraient pas dans le traité d'Utrecht.

    "L'Espagne n'a aucun doute sur sa souveraineté sur ces eaux. Elles sont au large de l'isthme reliant Gibraltar à l'Espagne, qui n'a jamais été cédé par l'Espagne au Royaume-Uni", affirme le ministre espagnol, ce que rejette Londres.

    Face à l'escalade verbale entre Londres et Madrid, l'Union européenne s'est engagée à envoyer une mission d'experts "aussi vite que possible".

    http://news.fr.msn.com/m6-actualite...id-veut-le-retrait-du-récif-avant-de-discuter
     

Partager cette page