Les prévisions de Lahlimi dérangent

Discussion dans 'Economie' créé par Med Omar, 14 Février 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113



    Les Finances mettent en doute ses chiffres.

    [​IMG]
    La polémique sur les chiffres de l’économie refait surface. Si au cours de ces dernières années elle s’était calmée après avoir connu un point culminant à l’époque du gouvernement Jettou, la dernière sortie d’Ahmed Lahlimi, Haut commissaire au plan, a créé des remous au ministère des finances.

    Mercredi 2 février, le Plan, comme chaque année à la même période, dévoilait son budget prévisionnel comprenant à la fois les estimations de croissance pour l’année écoulée et celles concernant l’année en cours. Des chiffres qui n’ont pas laissé indifférent. Et plus particulièrement ceux concernant le taux de croissance du PIB pour 2010. «Passer d’une estimation de 4,1%, faite en janvier 2010, à 3,3%, c’est tout de même un écart important qui nous paraît incohérent», confie-t-on.

    Plusieurs éléments sont avancés par les experts des finances pour expliquer l’incohérence dont ils taxent les chiffres du HCP. D’abord, les statistiques officielles à fin décembre montrent que les performances des plus gros secteurs d’activité se sont nettement améliorées. Le ministère met en avant les chiffres, actualisés, qu’il collecte pour les besoins des travaux de son comité de veille stratégique. Ensuite, s’interroge une source autorisée, «comment une économie peut-elle croître moins vite tout en créant plus d’emplois et tout en ayant un taux de chômage toujours au même niveau, soit 9,1%» ? En annonçant ses chiffres, le HCP avait bien expliqué que la population active connaît une croissance moins rapide pour des raisons démographiques, tout comme il avait argumenté de manière détaillée les raisons d’une croissance moindre que prévu et qui ont trait à un essoufflement du rythme au cours des 2e et 3e trimestre. Pas convaincant semble-t-il pour les Finances. «Si seulement le HCP venait nous consulter, on pourrait lui donner des chiffres fiables», déplore-t-on.


    Saâd Benmansour. La Vie éco

    Source : lien
     

Partager cette page