Les télécoms s’en sortent malgré la crise

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 26 Février 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · L’ANRT livre son diagnostic sectoriel de 2009

    · Le mobile cartonne, le prépayé domine

    · Etat des lieux avant l’arrivée d’Inwi


    2,5 millions de nouveaux clients! Voilà ce qu’a accueilli le parc du mobile en un an, de décembre 2008 à décembre 2009. Il compte ainsi 25,3 millions d’usagers. Comme à l’accoutumée, l’Agence nationale de la réglementation des télécommunications (ANRT) vient de mettre en ligne son enquête annuelle sur les marchés de la téléphonie mobile, du fixe et des publiphones.

    Rappelons que le régulateur établit chaque trimestre le tableau de bord qui relate l’évolution du secteur. Indéniablement, l’adoption de la note d’orientation 2010-2013 demeure l’événement majeur . Celle-ci trace les grandes lignes sectorielles et impacte, relativement, les stratégies des trois opérateurs: Maroc Telecom, Méditel et Wana Corporate.


    La note d’orientation vient confirmer que les télécoms «ont été épargnées des retombées négatives de la crise 2008. Mais l’année d’après a «connu un ralentissement du taux de croissance à cause en partie de la baisse des revenus générés par le trafic international entrant et le roaming».

    Toujours est-il que le mobile a accusé un pic de croissance durant la saison estivale: 6,5% de juillet à septembre 2009. Période qui coïncide avec le retour des MRE au pays.
    L’an dernier, l’opération transite a recensé l’entrée de 1,3 million de MRE au Maroc.

    La bonne performance du segment mobile se répercute évidemment sur le taux de pénétration. Celui-ci «a gagné 7 points en un an et affiche ainsi une évolution de plus de 81%», souligne le régulateur télécom.

    N’empêche que le scénario est toujours le même. Car la structure du marché mobile confirme que le prépayé domine largement, plus de 24,3 millions. Le post-payé (abonnement) totalise à peine un peu plus d’1 million, soit 4% du marché. L’on peut déduire donc que le prix de la communication reste cher: Avec 60 mn par mois, les Marocains se classent loin derrière l’Algérie (180 mn) et l’Egypte (120 mn). L’arrivée de l’offre GSM d’Inwi (ex-Wana) et sa facturation à la seconde va-t-elle reconfigurer le profil du marché mobile?

    L’opérateur historique, leader du marché mobile, a déjà perdu trois points au profit de Méditel surtout et de Wana. Entre 2008 et 2009, sa part est passée ainsi de 63,3 à 60,3%.

    En revanche, dans le segment internet sans fil (3G), Maroc Telecom a gagné du terrain: IAM passe, entre septembre et décembre 2009, de 20,5 à 23,7%. Avancée moins significative pour Méditel aussi. Soulignons que dans ce marché, les parts de Wana se sont quelque peu effilochées. Mais cette répartition ne bouscule pas son hégémonie dans la 3G.

    Or, en ce qui concerne le parc internet (ADSL, 3G, autres offres), il totalise plus de 1,1 million d’abonnés. C’est l’opérateur historique, filiale de Vivendi, qui s’impose sur le marché internet (53% des parts). A l’instar du nombre d’abonnés, le taux de pénétration reste timide (3,8%).

    Quant au nombre des publiphones (téléboutiques, cabines téléphoniques et parcs publiphones à cartes fixe ou GSM), il continue de baisser. Ce qui a provoqué l’extinction de près de 2.800 publiphones.
    La filiale de Vivendi, à elle seule, détient 92% du marché.

    Dans l’histoire des télécoms, les données de 2009 garderont un statut particulier. Elles livrent le dernier tableau de bord d’un marché avant la commercialisation (23 février) de la 3e licence GSM détenue par Wana Corporate et dont la marque a été rebaptisée depuis Inwi. Vivement alors le 1er tableau de bord trimestriel de 2010. S’il n’a pas de retard, le régulateur télécom doit le publier fin mars.







    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page