L'essence super sera vendue à 10,35 dirhams le litre

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 7 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le gouvernement a annoncé une nouvelle hausse des prix de vente des produits pétroliers. Il s'agit de la deuxième augmentation en moins de quatre mois.
    Ainsi, l'essence super sera vendu à 10,35 Dh/L, le pétrole lampant et le gasoil à 6.96 DH/L, le gasoil 350 à 8,20 DH/L, le fuel industriel à 2.881 DH/tonne.


    Selon le communiqué du ministère délégué auprès du Premier ministre chargé des Affaires économiques et générales, le prix du butane ne connaîtra pas d'augmentation aussi bien pour la bouteille de 12 Kg (40 Dh) que pour celle de 3 Kg (10 Dh).

    Le gouvernement avait déjà décidé, le 15 mai dernier, d'augmenter les prix intérieurs des produits pétroliers. Ces hausses ont été comprises entre 5,3% pour l'essence super et 24% pour le fuel industriel. Le prix du gasoil avait augmenté de + 8,4 %. En revanche, les prix pour le gaz butane sont restés inchangés.

    Le communiqué, diffusé samedi par la MAP, précise que ces hausses partielles, qui ne concernent que les combustibles liquides, sont «devenues nécessaires» suite à la flambée des cours du pétrole, enregistrée ces derniers mois et aux contraintes liées à l'approvisionnement du pays.

    Les réactions à cette première hausse différaient en fonction des secteurs d'activités. Alors que la CGEM avait exprimé une certaine compréhension face à cette mesure, le bureau de la Fédération nationale du transport avait jugé que «leur activité sera largement touchée par une baisse des marges bénéficiaires du fait de la hausse des charges d'exploitation étant donné que le secteur est strictement réglementé».

    D'autres secteurs avaient émis des craintes sur leur marge de compétitivité et appelé le gouvernement à agir en vue de corriger les effets collatéraux de cette décision «jugée » nécessaire.

    Le gouvernement a tenu à rappeler que cette augmentation est devenue nécessaire suite à la forte hausse des cours du pétrole brut, qui s'échangeait en janvier 2005 à 40 dollars le baril, et qui s'échange actuellement à 62,40 dollars le baril, soit une hausse de 53 %.


    «Des augmentations importantes des prix intérieurs devaient intervenir depuis quelques mois, ajoute le communiqué, expliquant qu'elles ont été à chaque fois différées dans l'attente d'un retour des cours mondiaux à des niveaux moins hauts». Ainsi, l'Etat a supporté, entre janvier et juillet 2005, du fait de la non-répercussion totale sur les consommateurs des hausses des cours mondiaux du pétrole, un montant de 3,4 milliards de dirhams.

    Le cours du baril de pétrole a pris près d'un dollar la semaine dernière à New York, finissant sur un record de clôture à 62,31 dollars, alors que des problèmes de raffineries aux Etats-Unis continuent à inquiéter les investisseurs.

    Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude pour livraison en septembre a gagné 93 cents à 62,31 dollars, juste en-dessous du record historique à 62,50 dollars inscrit mercredi en séance. A Londres, le baril de pétrole Brent de la Mer du nord a pris 95 cents à 61,07 dollars. Selon Mike Fitzpatrick, analyste de Fimat, "le marché explose" parce que deux raffineries américaines ont échoué à redémarrer.

    "Il est clair qu'il n'y a pas de place pour une croissance de la demande américaine de produits (raffinés) tant que l'infrastructure reste le goulot d'étranglement", a déclaré M. Fitzpatrick.

    Le marché est surtout préoccupé par le retard dans le redémarrage de la raffinerie d'ExxonMobil à Joliet dans l'Illinois.
    Cette raffinerie, d'une capacité de 245.000 barils par jour, est hors service depuis le week-end dernier en raison de problèmes techniques.

    Des incidents la semaine dernière dans plusieurs raffineries américaines avaient déjà provoqué l'inquiétude concernant les approvisionnements alors que l'été, période de grande consommation d'essence, n'est pas fini et que les raffineurs doivent commencer à reconstituer leurs stocks de fioul de chauffage avant l'hiver.


    Source: LE MATIN
     

Partager cette page