Lettre ouverte d'un élève marocain à la société catalane

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 1 Novembre 2008.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Barcelone - Dans une lettre ouverte inédite, adressée à l'opinion publique catalane, un élève marocain qui poursuit ses études dans un collège de Manresa près de Barcelone (Nord est de l'Espagne) décrit sa mésaventure avec le père d'un camarade espagnol qui l'a sauvagement agressé à l'intérieur de l'enceinte scolaire et proféré à son encontre des propos racistes. [​IMG]
    Les faits, qui ont suscité l'intérêt également de plusieurs journaux espagnols et catalans, ont eu lieu le 14 octobre dernier lorsque le père du camarade de classe, voulant "régler son compte" à l'élève marocain Kamal. D, qu'un différend opposait à son fils, n'a rien trouvé de mieux que de faire irruption dans le collège, comme un taureau furieux, brisant une porte de l'institut scolaire et muni d'un marteau.

    A l'intérieur de la classe, Faustino. S.M, commence à proférer des propos racistes à l'encontre du jeune élève marocain du genre "où est ce maure. Où est ce P..... de maure qui s'est battu avec mon fils", avant d'assener plusieurs coups au jeune marocain, sur lequel s'est également acharné son camarade de classe à coups de poings et de pieds, selon les médias espagnols.

    L'élève marocain, qui avait perdu connaissance, n'a dû son salut qu'à l'intervention d'autres camarades de classe. Il a été transporté à l'hôpital où les médecins lui ont posé plusieurs points de sutures à la tête.

    Faustino. S.M, âgé de 44 ans, arrêté par la police catalane, a été remis en liberté après avoir été traduit devant la justice. Il a été condamné à 565 euros d'amende pour blessures et désordre public.

    Dans cette lettre ouverte, écrite dans un espagnol parfait, publiée par plusieurs journaux catalans et par des sites Internet espagnols et catalans, l'élève marocain a tenu à expliquer "les faits tels qu'ils se sont déroulés".

    "Je suis le jeune garçon qui a été victime d'une agression au moyen d'un marteau de la part du père d'un autre élève de l'institut Lacetania de Manresa.

    Je suis originaire du Maroc et ceci, dans ce pays, peut représenter ta sentence de mort. J'écris cette lettre pour clarifier les faits qui ont eu lieu le 14 octobre dernier".

    Le camarade de classe avait l'habitude de s'en prendre au jeune marocain pour le simple fait "d'être né dans un autre pays" et l'accueillait souvent avec des propos racistes du genre "Heil Hitler. P..... Maures de M....", affirme l'élève marocain dans cette lettre ouverte.


    "J'ai la rétine éclatée et le médecin m'a averti que je risquais de perdre un £il. J'ai peur de marcher dans les rues de Manresa. Je vis dans cette ville depuis l'âge de 4 ans. Est-ce le prix à payer pour être accepté?", s'interroge le jeune marocain.

    La lettre ouverte du jeune élève marocain n'a pas laissé indifférent plusieurs citoyens espagnols. Ce vendredi, le journal "El Periodico de Catalunya" a publié une lettre d'un professeur d'un Institut de Barcelone, Maria Aurelia Vila Calsina dans laquelle elle écrit: "Je suis professeur depuis une trentaine d'années et je sais que lorsqu'un adolescent reçoit des attaques racistes comme celles que reçoivent les Marocains comme lui, il est compréhensif qu'il réagisse. Que compte faire l'Institut Lacetania pour changer les attitudes xénophobes?".

    "Que ce jeune Marocain sache que les habitants de Manresa ne sont pas tous racistes. Ce qui se passe c'est que les personnes non racistes ne font pas la une des journaux. Je lui conseille également de se mettre en contact avec SOS racisme et le défenseur du peuple de Catalogne (Sindic de Greuges) pour qu'ils l'aident à se faire justice...".

    Et de conclure : "le racisme est le résultat du manque d'intelligence et de culture", se félicitant au passage de l'excellent niveau de langue du jeune élève marocain qui "démontre un niveau de langue et de culture très supérieur à celui de plusieurs catalans et bien évidemment à celui de ses agresseurs. C'est cela le vrai problème!".




    Source : emarrakech.info
     

Partager cette page