Lever de rideau aujourd’hui du Festival de musique des cimes d’Imilchil

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 26 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    C’est aujourd’hui que sera donné le coup d’envoi de la troisième édition du Festival de musique des cimes d’Imilchil qui se poursuivra jusqu’au 27 août 2005. Outre sa dimension culturelle et artistique, ce festival, organisé par le Centre Tarik Ibn Zyad, ambitionne la valorisation et la protection du patrimoine naturel ainsi que l’instauration progressive d’une économie durable dans cette région.


    Les travaux de ce rendez-vous, qui se dérouleront sur l’axe Imilchil-Village et Sidi Hmad Oulmghani, varieront entre les traditionnelles cérémonies de mariage et les concerts de musique. Le bal musical sera ouvert ce soir par des animations à Imilchil-Village, auxquelles prendront part les groupes “Tamawayt”, “Ahidous”, “Mouha Omar”, “Amlal n Tmazirt, Ait Tsiouant et Ait Matten” sans oublier la participation de Françoise Atlan et la troupe folklorique Tislit.
    La seconde journée sera également riche et variée en musique et chants grâce à la troupe orientale Laalaoui, Taqtouqa Jabalia (Chaouen) et les Malodj (France).
    Le programme de la dernière journée sera aucun doute marqué par la cérémonie de mariage qui aura lieu à partir de 10h00 au bord du lac Tislit. A partir de 15h et jusqu’à 19h30, le public aura droit à des concerts animés par le Concerto Tarcision Pisanu (Italie), les Raices de Malaga (Espagne), Hamza Abderrahim (Khénifra) et Ahwach Taroudant. Autrement dit, cette édition constitue une occasion de rencontre et d’échange. Elle présentera une large sélection d’artistes originaires de la montagne et des artistes venus de l’étranger comme elle permettra de découvrir ou redécouvrir les richesses naturelles d’un espace des plus beaux du Royaume.
    A propos du Moussem d’Imilchil, il faut souligner que la tribu des Ait Hdiddou se compose de deux fractions: les Ait Yaazza et Ait Brahim. Les jeunes de la tribu ont pris l’habitude d’organiser une fête collective de mariage, à la fin de chaque saison estivale. Les festivités sont grandioses quand la récolte est fructueuse. Tout visiteur des tribus avoisinantes est le bienvenu chez les Ait Hdiddou qui lui réservent accueil, gîte et hospitalité.
    Les jours de fête sont animés par la fameuse danse d’Ahidous, exécutée par les Aït Hdiddou, à laquelle seules les femmes veuves et divorcées prennent part, et choisissent leur place entre les hommes.
    Pour la tribu des Ait Hdiddou, le Moussem n’est pas un simple événement, c’est un rassemblement à triple vocation:
    commerciale social et religieuse. le sens du mot berbér étymologiquement veut dire «Imi n Lkil» en berbère et «Foum El Kail» en arabe, c’est-à-dire «la porte d’approvisionnement» car le lieu du moussem servait autrefois comme marché d’échange de certains produits agricoles et d’artisanat entre les deux versants de l’Atlas.
    En plus de la programmation musicale et artistique, une caravane médicale devra sillonner les villages d’Imilchil pour apporter aide et assistance médicales aux populations démunies. Un atelier est aussi prévu. Il traitera de la micro-crédit, la micro-épargne et la micro-assurance. Un second atelier examinera les potentialités du tourisme rural dans la région. Autrement dit, une édition qui concilie musique, chant et développement socio-économique de cette région enclavée du Royaume.



    Source: LIBERATION.
     

Partager cette page