L'extradition du hacker Mckinnon encore reportée

Discussion dans 'Faits divers' créé par demoniak, 20 Mai 2010.

  1. demoniak

    demoniak Nothing

    J'aime reçus:
    107
    Points:
    63
    Celui qui était convaincu de trouver des traces d'extraterrestres dans les serveurs de la NASA reste sur le territoire anglais. Le hacker Gary McKinnon vient d'obtenir du nouveau gouvernement le report de son extradition. Sur le site du ministère de l'Intérieur britannique, la nouvelle secrétaire d'état pour les affaires intérieures, Theresa May, indique qu'elle compte réexaminer son cas.
    [​IMG]

    McKinnon a avoué avoir cherché des preuves d'existence d'extra-terrestres sur les ordinateurs des organes de renseignement américains. Du coup, il risque jusqu'à 70 ans de prison (contre 4 au Royaume-Uni) dans les geôles de l'Oncle Sam. De leur côté, les autorités américaines estiment que les irruptions du hacker ont causé des dommages s'élevant entre 700.000 et 800.000 dollars.


    Le report de l'extradition se base donc sur le fait que Gary McKinnon souffrirait du syndrome d'Asperger. Cette forme d'autisme affecte la vie sociale de la personne, ses perceptions sensorielles ainsi que sa motricité. Le feuilleton juridique est donc encore loin d'être terminé.


    clubic
     
  2. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    Les anglais ne voudront pas donner leur hacker aux américains, ils comptent surement avoir recours à ses services, même si les britaniques sont alliés aux américains sur certains fronts, ils cherchent leur propre gain en priorité..

    De plus si comme c'est dit, qu'il a cherché uniquement des preuves d'existence des extraterrestres, je me demande bien d'où viennent les 700 ou 800 milles dollars que les américains réclamment. A mon avis, ils cherchent juste de l'argent à utiliser quelque part dans leurs besoins, car ils perdent bcp de leur propre caisse..
     
  3. demoniak

    demoniak Nothing

    J'aime reçus:
    107
    Points:
    63
    Le Royaume-Uni ne s’oppose plus à l’extradition du hacker McKinnon

    Le Royaume-Uni retourne sa veste. Le vice-premier ministre tout fraichement élu Nick Clegg vient de faire une déclaration qui va à l'encontre des dernières informations concernant le hacker McKinnon. Il vient d'annoncer qu'il n'avait « pas plus que le premier ministre ou le ministère de l'intérieur », le pouvoir de renverser la procédure d'extradition du hacker vers les Etats-Unis.
    [​IMG]

    Petit rappel des faits. Gary McKinnon a déjà avoué avoir cherché des preuves d'existence d'extra-terrestres sur les ordinateurs des organes de renseignement américains et de la Nasa. Du coup, il risque jusqu'à 70 ans de prison dans les geôles de l'Oncle Sam (contre 4 au Royaume-Uni). Pour sa défense, l'intéressé plaide le syndrome d'Asperger (une forme d'autisme) afin d'empêcher une extradition qui dure en longueur mais qui ne saurait tarder.

    Nick Clegg, le vice premier ministre a donc répété sur la une chaîne de radio de la BBC qu'il s'agissait d' « une affaire très complexe sur le plan légal ». Pourtant, le même homme politique avait ardemment défendu le hacker l'an dernier. Clegg estimait qu'il était du ressort du gouvernement d'alors de « faire en sorte que Gary McKinnon soit jugé au Royaume-Uni ». Voilà donc un bel exemple qui explique la maxime : « To talk, you talk. To walk, you walk. »


    Clubic
     

Partager cette page