L'homme et le bois

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par titegazelle, 10 Avril 2008.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    L’arbre qui jamais n’a eu à lutter
    Pour son air et son ciel,
    Pour son soleil et sa lumière
    Qui a toujours reçu toute la pluie désirée,
    Qui a poussé à l’air libre dans la plaine,
    Jamais n’est devenu un roi de la forêt,
    Mais il a vécu et il est mort insignifiant.

    L’homme qui jamais n’a eu à peiner
    Pour gagner et travailler son arpent de terre,
    Qui jamais n’a eu à mériter sa part
    De soleil, de ciel, d’air et de lumière
    N’est jamais devenu véritablement un homme,
    Mais il a vécu et il est mort sans avoir progressé.

    Le bon bois ne se forme pas dans la facilité.
    Plus le vent est fort, plus l’arbre devient fort,
    Plus le ciel est loin, plus il grandira pour l’atteindre.
    Plus la tempête est dure, plus grande sera la force acquise,
    C’est par le soleil et le froid, la pluie et la neige,
    Que se forme le bon bois,
    Chez les arbres comme chez les hommes.

    Et chez les arbres comme chez les hommes,
    C’est au plus épais de la forêt
    Que l’on trouve les patriarches,
    Ceux qui tiennent conseils avec les étoiles,
    Ceux dont les branches on été brisées
    Et portent les traces de leurs nombreuses luttes
    Et des nombreuses attaques du vent.

    Telle est la loi normale de la vie.

    (Exte de Sterling W. Sill.)

     

Partager cette page