Liberté d’expression à la française,

Discussion dans 'Scooooop' créé par mellaite, 23 Mars 2008.

  1. mellaite

    mellaite Visiteur

    J'aime reçus:
    86
    Points:
    0
    J’offre cet article aux gents fasciné par l’occident et ces principes, voici une face de l’hypocrisie française.

    La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a été mise au courant mercredi du contenu de cette tribune et a immédiatement décidé de mettre fin aux fonctions de Bruno Guigue sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), a-t-on indiqué au ministère de l'Intérieur.


    Ses propos tenus sur le Net ne sont pas passés inaperçus. Le sous-préfet de Saintes (Charente-Maritime), Bruno Guigue, a été limogé après avoir écrit, le 13 mars dernier, une tribune «violemment anti-israélienne» sur Oumma.com, un site web consacré à l'Islam en France.

    Bruno Guigue, énarque et normalien de 46 ans, auteur notamment du livre «Proche-Orient : la guerre des mots» (2003), écrit dans cette longue tribune qu'Israël est «le seul Etat au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles». Il ironise également sur les «geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s'interrompt de torturer pendant Shabbat».

    En tête de son post, Guigue précise qu'il répond ici à la «prose haineuse» d'un article publié dans «Le Monde» le 27 février («L'ONU contre les droits de l'homme») et signé Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Claude Lanzmann, Elie Wiesel, Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel.

    Source : 20minutes.fr


    PS : pour voir un extrait des propos de Mr Bruno Guigue c’est ICI
     
  2. L9ant

    L9ant Accro

    J'aime reçus:
    167
    Points:
    63
    Tout le monde sait que l'Occident est otage du lobby sioniste, donc toute critique d'Israel est rapidement détournée vers le racisme et l'anti-sémitisme. Cela constitue une grande hypocrisie quand on nous parle de liberté de l'expression.

    Mais ça n'empêche que l'Occident démocratique reste une grande place pour la liberté de la parole comparé au monde arabo-musulman ou toute autre dictature ! on ne peut pas parler de politique, de religion, de sexe... de rien quoi, sous peine d'être emprisonné, torturé, excommunié ou même tué !
     
  3. Pe|i

    Pe|i Green heart ^.^

    J'aime reçus:
    501
    Points:
    113
    L'article en entier ici --> Article

    En controlant l'économie mondiale, les sionistes tiennent le monde par les c*****. Personne ne peut lever le petit doigts contre eux. Le pire c'est que pas mal d'israéliens ont gagné le prix nobel de la paix, va savoir pourquoi [01m]
     
  4. tyr_aruba

    tyr_aruba Accro

    J'aime reçus:
    140
    Points:
    63
    salam

    l'affaire Dieudonné est l'exemple même de l'hypocrisie de la société Française ...

    le seul truc qui me fait mal au coeur c'est que le lobby sioniste est tellement puissant car ils se sont consacré aux sciences à la la technologie de pointe la maitrise de l'économie mondial donc ils peuvent tout ce permettre ...

    nous les musulmans dinha flala wmali wt9ar9ib stali ...w tecktonik ... wb9ina lour lour


    Merci pour le partage Ba Simo
     
  5. Saad.

    Saad. Accro

    J'aime reçus:
    99
    Points:
    48
    ka tfhamni <D
     
  6. aminechaoui

    aminechaoui Bannis

    J'aime reçus:
    54
    Points:
    0
    Un sous préfet démis de ses fonctions pour ses propos sur Israel

    Bien venue à la liberté d'expression à la française

    Intérieur - Un sous-préfet limogé pour ses propos sur Israël


    Le ministère de l'Intérieur a limogé samedi soir le sous-préfet de Saintes, en Charente-Maritime. Bruno Guigue n'exerce plus sa fonction après avoir publié une tribune "violemment anti-israélienne" sur le site internet Oumma.com, explique le ministère. Dans cette tribune publié le 13 mars, Bruno Guigue estime notamment qu'Israël est "le seul Etat au monde dont les snipers abattent des fillettes à la sortie des écoles". Il ironise également sur les "geôles israéliennes, où grâce à la loi religieuse, on s'interrompt de torturer pendant Shabbat".

    Jacques Reiller, préfet de Charente-Maritime a précisé que son surbordonné "s'est mis lui-même en dehors des conditions d'exercice de sa fonction". Car, explique-t-il "c'est le principe même du respect du devoir de réserve qui était enfreint. Toute la fonction publique repose sur une obligation de neutralité, qui correspond à l'égalité de traitement de tous les citoyens, quelle que soit leur sensibilité ou leur préférence", a-t-il rappelé. "Même s'il voulait publier un ouvrage sur les vases Ming, il devrait en référer, c'est la seule règle", a-t-il continué, estimant que "plus on occupe des responsabilités élevées, plus on doit appliquer rigoureusement ce principe". Enarque, normalien, l'ex-sous-préfet a publié plusieurs ouvrages, dont Proche-Orient: la guerre des mots, et des tribunes sur la situation proche-orientale. Il est considéré comme un bon connaisseur de la situation au Moyen-Orient. Ce qui, estime le ministère de l'Intérieur, ne lui permet pas pour autant de s'exprimer au mépris de son devoir de réserve.
    "Rare que des représentants du corps préfectoral prennent position"

    La ministre, Michèle Alliot-Marie, a "été mise au courant mercredi du contenu de cette tribune et a immédiatement décidé de mettre fin aux fonctions" de
    Bruno Guigue. Interrogé dimanche à la mi-journée sur France Info, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Gérard Gachet, a souligné que cette sanction portait avant tout sur l'expression des opinions de Bruno Guigue, et non pas sur le fond, sur lequel il a refusé de se prononcer. "C'est une décision rare, a reconnu Gérard Gachet, mais il est rare aussi de voir des représentants du corps préfectoral prendre des positions aussi tranchées dans le débat public", a-t-il souligné un peu plus tard sur LCI.
    Prenant l'exemple de Philippe de Villiers, qui avait lui-même été sous-préfet de Vendôme, dans le Loir-et-Cher, avant de demander une mise en disponibilité au lendemain de la victoire de François Mitterrand à la présidentielle et de se lancer lui-même en politique, Gérard Gachet a encore souligné sur France Info : "Monsieur de Villiers avait alors choisi de démissionner de ses fonctions".
     

Partager cette page