Liquidités : plus de 10 milliards de DH réinjectés sur le marché bancaire

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 1 Avril 2014.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Liquidités : plus de 10 milliards de DH réinjectés sur le marché bancaire

    Face au faible risque de remontée des prix, le taux directeur est maintenu à 3%. Les crédits à l’économie devraient progresser de 4% en 2014.
    [​IMG]
    Petite bouffée d’oxygène pour les banques. Bank Al-Maghrib vient de ramener le taux de la réserve monétaire de 2 points, à 2%. Ce sont donc plus d’une dizaine de milliards DH qui pourront ainsi être utilisés pour remédier partiellement au déficit de liquidité. La banque centrale s’est en revanche abstenue de toucher au taux directeur, maintenu à 3% du fait que le contexte actuel est caractérisé par une prévision centrale de l’inflation en ligne avec l’objectif de stabilité des prix à moyen terme et une balance des risques globalement équilibrée.
    Ces décisions ont été prises lors de la réunion trimestrielle du conseil de Bank Al-Maghrib tenue le 25 mars, à Rabat. Selon le gouverneur Abdellatif Jouahri, «l’inflation devrait se situer en moyenne à 1,8% en 2014, à 2,3% au terme de l’horizon de prévision, soit le deuxième trimestre 2015, et à 2% sur cet horizon».

    Le taux de croissance sera compris entre 2,5% et 3,5% en 2014
    La croissance s’est, pour sa part, établie à 4% au troisième trimestre 2013, avec une progression de 19,9% de la valeur ajoutée agricole. Celle des activités non agricoles a crû de 1,7%, contre 2,4% un trimestre auparavant et 4,5% en moyenne en 2012. Le ralentissement en question s’explique essentiellement par le repli enregistré dans les industries extractives et de transformation, ainsi que dans les BTP, conjugué à une décélération des activités tertiaires. Par conséquent, la croissance devrait se situer entre 4,5% et 5% en 2013, avant de revenir à un rythme variant de 2,5% à 3,5% en 2014.
    Les finances publiques ont, quant à elles, enregistré un creusement du déficit à 19,7 milliards de DH à fin février 2014, contre 13,7 milliards à fin février 2013. Au niveau du compte extérieur, les données à fin février 2014 montrent un creusement du déficit commercial de 4,7% par rapport à la même période de 2013.
    Les transferts des MRE et les recettes voyages ont aussi reculé respectivement de 3,3% et 0,9%. Le flux net des IDE a, quant à lui, subi une contraction de 6,7 milliards de DH, imputable à un effet de base lié à leur volume exceptionnel du début de l’année 2013. Compte tenu de ces éléments, le déficit du compte courant devrait se situer autour de 7,5% du PIB à fin 2014, contre 7,8% à fin 2013. En conséquence, l’encours des réserves en devises s’est établi à 151,3 milliards de DH à fin février 2014, soit l’équivalent de 4 mois et 10 jours d’importations de biens et services, et devrait se maintenir à ce niveau jusqu’à la fin de l’année.
    Pour ce qui est des crédits bancaires, ils sont restés à leur niveau de progression moyen de 3% observé en 2013. Au terme de l’année 2014, la croissance des concours bancaires à l’économie devrait se situer autour de 4%.
    La Vie éco
    www.lavieeco.com

     

Partager cette page