LOGEMENT SOCIAL : 13 MILLIARDS DE DIRHAMS DE PRÊTS GARANTIS

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 13 Mars 2012.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    LOGEMENT SOCIAL : 13 MILLIARDS DE DIRHAMS DE PRÊTS GARANTIS

    • AUGMENTATION DES BÉNÉFICIAIRES DE 27%
    • LE TAUX DE SINISTRALITÉ DU FOGARIM À 2,13%

    [​IMG]

    L’activité du fonds Damane Assakane, destiné à garantir les crédits immobilier, poursuit son trend haussier. Son comité de suivi, réuni récemment sous la présidence du ministre des Finances, confirme la hausse de 2011 et le maintien de cette tendance au cours des deux premiers mois de l’année.
    A fin 2011, le nombre de bénéficiaires a augmenté de 27% : 81.000 ménages ont souscrit aux prêts garantis par l’Etat dont près de 90% au titre du produit Fogarim destiné aux populations à revenu modeste et irrégulier. Le Fogaloge, destiné aux salariés du privé et du public et aux MRE, a profité à 6.725 ménages. Au total, 13,1 milliards de dirhams de crédits ont été distribués dont 10,9 milliards pour le seul Fogarim. Mais au-delà de ces chiffres, c’est la qualité du portefeuille qui préoccupe certains banquiers. Dans le cas du Fogarim en particulier, le taux d’échéances en retard de paiement a baissé à 13% en 2011 contre 19% en 2010. Pour autant, le niveau du retard reste élevé comparativement à la moyenne des prêts au logement. Une situation à mettre sur le compte de la particularité de la population ciblée caractérisée par un revenu irrégulier. La Caisse centrale de garantie (CCG) note que «les impayés sont observés depuis le lancement du Fogarim, mais dans beaucoup de cas, les bénéficiaires procèdent à des régularisations après quelques impayés». Aujourd’hui, le taux de sinistralité global de ce fonds de garantie, après 9 échéances impayées, est de 2,13%. Un indicateur jugé acceptable par la CCG et certaines banques contactées par L’Economiste. «Comparativement au risque du départ évalué à 10 et 11%, le taux de sinistralité du Fogarim n’est pas important», indique une source opérant dans le secteur bancaire. Tout dépend de la catégorie de la clientèle. Dans le cas des crédits accordés aux bénéficiaires du programme villes sans bidonvilles (VSB), le taux de sinistralité est un peu plus élevé, soit 4,75%. L’année dernière, les banques ont dû faire face à un nouveau phénomène, celui du refus des bénéficiaires d’un crédit dans le cadre du programme VSB de s’acquitter des traites. Ils ont assimilé la garantie de leur crédit garanti par l’Etat à un «cadeau». «Nous essayons d’être sévères. Nous allons jusqu’au bout de la procédure car nous ne voulons pas de laisser-aller», assure un banquier. Généralement, le dossier est versé au contentieux au bout de la 9e échéance impayée. Mais les banques offrent la possibilité d’un étalement des échéances au même taux.

    Khadija MASMOUDI


    Source : lien
     
  2. rayaning

    rayaning Accro

    J'aime reçus:
    62
    Points:
    48
    les bénéficiaires des crédits FOGARIM je cite les sinistrès d'innondations où ceux qui rentrent dans les programmes de recasement des populations de bidonvilles constituent un énorme problème dans la plupart des collectivités concernés surtout du fait qu'ils ne respectent jamais les échéances de paiement même si les taux sont très préférentiels !!

    à signaler que ces effectifs continuent à augmenter avec les programmes VSB en extension
     
  3. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Là ou il y'a programme des bidons villes se forment la veille!!!
     

Partager cette page