Loi de Finances 2006: les chiffres qui inquiétent

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 28 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    "Nous ne pouvons pas continuer à subventionner les carburants de cette manière", a déclaré M. Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, qui a fait part de l'inquiétude que lui inspirent les montants dédiés aux charges communes dans le projet de loi de finances 2006.


    Il y a deux chiffres qui m'inquiètent dans cette conjoncture : la compensation, 12 milliards, et le montant des retraites, 9 milliards", a en effet indiqué le ministre dans un entretien publié jeudi par le quotidien L'Economiste, avant d'ajouter : "Nous ne pouvons pas continuer à subventionner les carburants de cette manière, c'est choquant".

    L'Economiste, qui relève que le projet de loi de Finances 2006 ne prévoit pas de mesure exceptionnelle pour inciter les Marocains à consommer moins d'énergie, cite le ministre affirmant que "la logique de l'indexation (des prix des carburants) s'impose" et trouvant dérangeant que "chacun parmi nous, quand il prend sa voiture, est subventionné par l'Etat". Quand à la question de savoir ce qui retarde la décision, le journal explique qu'il s'agirait des "contraintes sociales ou, plus exactement, politiques à gérer".

    Le ministre a affirmé que l'année 2005 se terminera avec un déficit du Trésor par rapport au PIB de 3,5 % contre 3,2 % prévu, et a exclu toute possibilité de dérapage pour l'année à venir pour laquelle il prévoit un déficit du Trésor de 3,5 %. Il a cependant relevé que si l'on ajoutait le coût des retraites, le déficit passera à plus de 5 %, avant de souligner que la dépense de la retraite n'étant pas une dépense récurrente, "logiquement, nous ne devons pas l'intégrer dans la calcul du déficit".

    Prié de dire comment il s'en sort avec 3,5 % de déficit malgré l'hémorragie des subventions, le coût de retraites des fonctionnaires, les augmentations de salaires promises par le dialogue social, le ministre a répondu : "Parce que nous avons une nette amélioration des recettes fiscales et une bonne performance des dividendes et des recettes provenant des établissements publics".

    A propos de ces établissements, M. Oualalou a indiqué qu'en 2004, les derniers chiffres dont on dispose, leurs investissements avaient augmenté de 30 %, leur chiffre d'affaires de 10 %, et les résultats de 84 %. Leur autofinancement était en hausse de 44 %, tandis que leurs dettes baissaient de 3 %. "Ce sont de belles performances", a commenté la ministre, estimant que c'est "un fait nouveau au Maroc". "Mon sentiment est qu'en 2005, les performances vont être meilleures, notamment chez des établissements tels que l'OCP, l'ODEP, l'ONE, le Crédit Agricole", a-t-il ajouté.


    Menara

    _________________________________________________

    Article proposé par aghilasse
     
  2. Saad.

    Saad. Accro

    J'aime reçus:
    99
    Points:
    48
    Re : Loi de Finances 2006: les chiffres qui inquiétent

    le petrole on l'obtient presque gratis de nos freres !!! mais c l'etat qui impose ce prix cher a noter que nous batons les records des prix parmis les autres nations arabes !!! a lasamir a mohamedia le prix de reviens d 1 litre de super est de 50 centimes alors qu'il coute sur le marche presque 10 dhs !!!
     
  3. Friend

    Friend Bannis

    J'aime reçus:
    24
    Points:
    0
    Re : Loi de Finances 2006: les chiffres qui inquiétent

    @Saadoberh,

    Désolé de te contredire khouya, mais "nos freres" n'ont jamais offert une goutte de petrole gratis au Maroc! Nos fournisseurs traditionnels les plus importants sont l'Irak et la Russie! pour l'Irak (qui nous appliquait à l'epoque un tarif avantageux) on connait tous son drame actuel, quant à la Russie notre principal pourvoyeur actuel, elle applique à tous ses importateurs le prix dicté par le marché! Ce qui revient à dire que la hausse du prix du carburant à la pompe chez nous peut etre consideré comme "justifié" tenant comte de la loi de l'offre et de la demande au niveau international!

    La caisse marocaine de compensation ne peut plus subventionner le carburant pour un degrevement significatif des prix au niveau national faute de quoi ce seront les produits de première necessité ( huile farine sucre ...)qui vont en patir, au detriment du pauvre citoyen marocain!

    Fi Lamane! 
     

Partager cette page