Loi de finances 2009 Les attentes politiques des parlementaires Les députés mettent l

Discussion dans 'Info du bled' créé par fax02, 19 Septembre 2008.

  1. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    Selon un document du ministère, en 2009, on table sur un taux de croissance de 6%, un taux d'inflation de 2,5% et un prix de pétrole de 120 dollars.

    Les attentes des parlementaires sont grandes en ce projet de loi qui intervient dans un contexte économique international très difficile.
    On s'attend à ce que ce projet soit une loi de résistance à la crise et de relance du pouvoir d'achat des classes moyenne et démunie.

    Contactés par le Matin, nombreux sont, en effet, les députés qui ont tenu à mettre l'accent sur l'aspect social notamment la nécessité de mettre en place des mesures pour juguler la hausse du coût de la vie au cours des derniers mois. Si la majorité affiche bien entendu son optimisme, l'opposition doute de la capacité de l'Exécutif à relever les défis de la conjoncture actuelle.

    En témoigne, selon eux, la Loi de finances 2008 qui s'est basée sur des données erronées en dépit des remarques des parlementaires lors des discussions animées de ce texte au sein de l'institution législative avant son adoption.
    Comme à l'accoutumée, le député du Parti de la Justice et du développement, Lahcen Daoudi, n'hésite pas à épingler la stratégie du gouvernement à commencer par la Loi de finances qui trace la voie de l'équipe gouvernementale pendant toute une année. Faisant partie de la commission des finances de la Chambre des représentants, Daoudi estime que les discussions autour du projet de Loi de finances s'avèrent toujours animées car plusieurs points du texte sont à amender.


    S'agissant du projet de loi en cours de préparation, il pense qu'il est on ne peut plus nécessaire de prendre en compte les mesures nécessaires «afin d'intégrer plus de citoyens dans le marché à commencer par les produits alternatifs qui se sont avérés un véritable échec. Pour faire revenir l'immobilier à son niveau, c'est l'occasion de faciliter l'accès à ces produits. Nous proposons, entre autres, une taxe sur l'habitat vacant qui s'avère une véritable catastrophe»
    Dans le même ordre d'idées, le chef du groupe haraki, Said Ameskane, estime que les attentes de la Loi de finances 2009 sont claires s'articulant autour d'une répartition équitable des richesses notamment en ce qui concerne le monde rural. « La Loi de finances doit s'intéresser à l'autre Maroc», dit-il. Il appelle le gouvernement à donner des explications autour du fonds communal pour le développement de la campagne dont la Loi de finances 2008 a octroyé quelque 300 millions de dirhams. Un fonds qui n'a pas encore été activé alors que l'on est au neuvième mois de l'année. « Je sais que les moyens du Maroc sont limités mais il faut s'attaquer aux priorités. Pourquoi on crée des fonds si on ne passe pas à l'application.

    Ce fonds a-t-il été reporté ou annulé ?», s'interroge Ameskane. Sur le plan fiscal, les députés de l'opposition fustigent la stratégie gouvernementale offrant « des cadeaux » aux grandes entreprises. Ils s'attendent à ce que les mêmes «privilèges» soient accordés en 2009. Certains proposent de procéder par zones au niveau de la fiscalité dans des régions où l'investissement fait défaut comme Errachidia et Ouarzazat. L'exonération pourrait attirer des investisseurs et créer ainsi des richesses. Mais s'il y a une demande pressante de l'opposition c'est bien celle de la baisse de l'impôt sur le revenu. Une mesure jugée incontournable pour rehausser le pouvoir d'achat et éviter la crise.

    L'optimisme est, par ailleurs, au rendez-vous pour les parlementaires de la majorité. Le conseiller Mohamed Ansari, du parti de l'Istiqlal, espère que la future loi traitera les nouveautés, à savoir la diminution de l'effet de l'inflation et la hausse des prix et le redressement de la caisse de compensation. «Sans doute, le projet de Loi de finances 2009 sera axé sur la préservation du pouvoir d'achat mais sans toucher au budget d'équipement ni délaisser la politique des grands chantiers.», précise-t-il. Le député du parti du progrès et du socialisme, Abdelhamid El Mernissi, émet, pour sa part, le souhait que le texte soit à la hauteur des aspirations de la classe moyenne et des industriels.
    «L'année 2009 est déterminante car elle est le passage vers 2010, année du démantèlement des barrières douanières.», affirme-t-il.

    LE MATIN
     
  2. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    j'allais l'article de la vie eco je vais le poster pour vous maintenant mais ce que je trouve bizard c'''est combien argent estimé a donner a la caisse de compenssation environ 20 M de dirhams je crois c'est insuffisant si on regarde l'année precendente plus precisement cette année il ya eu un rajout de 60M deplus donc a revoir
     
  3. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Voila l'article plus detaillé avec ttes les precisons

    source : la vie economique

     

Partager cette page