Lumières et ténèbres. Mawazine : les valeurs et la démagogie

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par anaayoub, 23 Mai 2011.

  1. anaayoub

    anaayoub Accro

    J'aime reçus:
    187
    Points:
    63
    Je pèse bien mes mots, il n’y a aucun festival, même les plus prestigieux, capable d’offrir une telle diversité dans la qualité. Cela finira par se savoir et en faire un évènement phare au niveau international. Cette même année, profitant du 20 février, des tarés, il n’y a pas d’autres mots, manipulés par les intégristes, qui eux savent ce qu’ils font, contestent et menacent « Mawazine ». J’ai tenté de trouver le moindre bon sens à leurs arguments, il n’y en a pas.

    Cela commence par l’argument économique. Je ne répondrai pas en utilisant l’argument des retombées, il est inaudible pour ceux qui attaquent « Mawazine », l’image, son coût, son impact sont des concepts hors d’atteinte pour eux. Ainsi à Khouribga une association de diplômés chômeurs réclame que l’argent de Mawazine serve à les employer. Tout le populisme de l’approche, le populisme le plus crado est dans cette revendication.

    D’abord « Mawazine » n’est pas un festival financé par le budget de l’Etat, il n’y a aucun moyen que les fonds qu’il utilise servent à financer des emplois fictifs au profit de diplômés non formés. Mais il est impossible de faire entendre raison aux populistes, malgré toute la transparence des dirigeants du festival. La moitié du budget est constituée par les recettes propres de « Mawazine », celles-ci n’existeraient pas sans la tenue du festival. Le reste c’est du sponsoring, c'est-à-dire des dépenses d’entreprises publiques parfois mais surtout privées, prélevées sur leur budget communication. Ce n’est pas de la philanthropie. Ces entreprises profitent de l’image de « Mawazine », de son impact. Le rapport qualité prix est excellent pour eux. Les fonds servis à Mawazine, n’iront pas à la veuve, l’orphelin, l’inculte disposant d’un parchemin et d’un statut de diplômé chômeur, si le festival s’arrêtait. Ces fonds iraient à la publicité tout simplement. Il y avait une partie de fonds publics : la subvention du conseil de la ville de Rabat ; elle a été suspendue sous la pression des intégristes, du PJD. La capitale du Maroc est la seule ville au Monde qui ne soutient pas une manifestation culturelle qui draine des dizaines de milliers de visiteurs et offre une animation de très haut niveau à sa population. On ne peut que regretter la lâcheté des politiques, exprimée clairement par le Ministre de la Culture qui a rappelé qu’il n’avait rien à voir avec « Mawazine » pour sortir de la polémique

    Projet de société visé
    En fait les histoires de sous ne sont qu’un cache-misère populiste, utilisé pour tromper les foules, en particulier les jeunes du 20 février qui pourraient montrer des réticences si on leur dévoilait les vraies raisons. Les intégristes s’attaquent à « Mawazine » et à l’ensemble des festivals depuis toujours.

    A leur sens ces manifestations participent de la dépravation du peuple. En fait ils sont contre l’ouverture, la tolérance, l’amour de la vie et son expression. Ils sont contre la mixité, les corps qui exultent. Leur choix de société est celui où les individus sont cadenassés par un carcan, ne jouissent d’aucune liberté, n’existent pas en tant qu’individu mais en tant que membre de la Jamaâ. Shakira qui trémousse devant 400 000 personnes, ce n’est pas un mouvement festif pour eux, c’est l’expression du diable !

    Ils s’attaquent à Mawazine parce que c’est plus important mais aussi parce qu’il jouit du soutien royal et que c’est de notoriété publique. Les « fans » de Cheikh Yassine font de la politique et rien d’autre. On aurait pu s’en désintéresser, cela fait des années qu’ils dénoncent les festivals. Mais cette année justement en transformant leurs arguments, en épousant le populisme, ils ont pu rallier d’autres sphères. Surtout ils menacent de s’attaquer physiquement au festival. Si nous étions dans un état de droit, ceux qui ont proférés ces menaces seraient déjà jugés et embastillés.

    « Mawazine » est un moment festif où des gens écoutent de la musique, dansent, s’expriment, sont heureux, cela n’a pas de prix pour eux. L’adolescent qui va suivre gratuitement un show de Shakira en gardera un souvenir indélébile. Rien que pour cela il faut le défendre.


    Mais « Mawazine » c’est aussi une image du Maroc, celle d’un pays où toutes les cultures se rencontrent, d’une identité plurielle, d’une cohésion sociale permettant tous les métissages d’une ouverture réelle. Celle d’un pays où il fait bon vivre et où les individus normaux sont à l’affût d’occasions pour faire la fête. C’est cela qui gêne les islamistes et c’est cela que nous devons défendre
    jamal berraoui
     
  2. YSF

    YSF Khasser

    J'aime reçus:
    109
    Points:
    63
    dima knte kangol had l9adya men ch7aaaaaaaaaaaal hadi :
     
  3. kechia

    kechia Accro

    J'aime reçus:
    211
    Points:
    63
    « Mawazine » est un moment festif où des gens écoutent de la musique, dansent, s’expriment, sont heureux, cela n’a pas de prix pour eux. L’adolescent qui va suivre gratuitement un show de Shakira en gardera un souvenir indélébile. Rien que pour cela il faut le défendre.

    LOL
     
  4. belami

    belami إنا لله و إنا إليه راجعون

    J'aime reçus:
    56
    Points:
    0
    on défend leur culture et on l'accueille à bras ouverts et prix élevés , mais pourquoi on ne voit pas la notre défendue de la sorte dans leur pays? quand est ce qu'on verra nos artistes envahir les scènes en Colombie et en inde.., bien payés peu importe si c'est avec un budget privée ou public puisqu'ils offriront des moments heureux à leur adolescents qui vont danser et s'exprimer et en plus on dira de leur pays un vrai paradis de tolérance et ou les différents cultures se rencontrent?! pourquoi faut-il tjrs accepter ce qui nous vient de l'autre alors que lui il ne sait quasiment rien à propos de nous?
     
  5. nournat

    nournat Wld l3iyachiya

    J'aime reçus:
    344
    Points:
    83
    kaynine des articles lli ghir kan9ra lkatib dyalhoum kanchma2azz mnnhoum , w kan9ra l'article deja b 7oukm moussba9 ...
    je sais blli 9a3ida khayba mais llah ghalab , had jamal barrawi ... kankarhou ...
     

Partager cette page