L'Union européenne adopte l'accord de pêche avec le Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 23 Mai 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Bruxelles versera 163 millions d'euros pour la modernisation de l'industrie halieutique

    Les ministres européens de la Pêche ont adopté lundi l'accord de pêche Maroc-UE dans sa nouvelle version. Différent et d'une ampleur moindre que les précédents, aussi bien par le nombre limité de bateaux autorisés que par la dimension de la flotte, majoritairement artisanale, le nouvel arrangement devrait permettre à 119 navires européens, essentiellement espagnols et portugais, de pêcher dans les eaux marocaines, pour une contrepartie financière de 163 millions d'euros.


    [​IMG]

    119 bateaux européens (dont 100 pour l'Espagne) pourront opérer au large des côtes marocaines pour pêcher jusqu'à 60.000 tonnes de poisson par an, notamment des anchois et des sardines

    Une enveloppe financière qui sera consacrée à la modernisation de la flotte de pêche côtière marocaine, à la mise à niveau du réseau de commercialisation des produits de la pêche et au soutien des associations professionnelles du secteur.


    Par ailleurs, cet accord prévoit un quota annuel de 60.000 tonnes pour la pêche pélagique industrielle, qui devrait bénéficier principalement aux flottes des pays du nord de l'Europe.

    Devant entrer en vigueur le 1er juin prochain, et après l'aval de la première Chambre, ce nouvel arrangement, qui prend en compte l'état des stocks halieutiques, privilégie le développement de la filière de pêche marocaine, le financement du plan marocain de restructuration de la pêche artisanale et la recherche scientifique, avait précisé la Commission européenne.

    Pour de nombreux observateurs, le renouvellement de cet accord ouvrirait donc de nouvelles perspectives en terme de partenariat visant le transfert de technologie et la modernisation du secteur tout en tenant compte de la nécessité de la préservation des ressources halieutiques.


    Le Matin
     

Partager cette page